Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Leprechaun
avatar


Nom : Caitlinn Flynn
Univers original : Folklore Irlandais
Messages : 15
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t380-et-quand-je-pete-je
Sam 19 Sep - 12:39
La légende dit que la plus petite unité de mesure est le leprechaun.

Foutaises.

Allez dire ça à la rouquine et la chance qu'elle est censée vous porter se tournera en vrai cauchemar. Toute la taverne se souvient de ce soir là où la demi-portion était comme à son habitude entrain de se rafraîchir le gosier tranquillement à sa place habituelle. Oui, c'est pas une taverne très grande ni très célèbre, mais Leprechaun l'aimait bien pour son ambiance. Elle était à l'aise et ils servaient tout ce qu'elle aimait.

La Taverne n'était pas forcément très grande, quelques tables et un comptoir comme c'est chose courante dans les tavernes. Sans l'être pour autant, l'ambiance de la taverne était plutôt un savant mélange entre irlandais et écossais, c'était souvent bon enfant et les bagarres d'ivrognes n'étaient pas rares. Quelques trèfles à 4 feuilles décoratifs étaient disposés dans la pièce et l'ambiance restait sobre et n'en était pas moins déplaisante. L'endroit rêvé pour la rousse en somme.

C'était donc ce soir là que, pinte après pinte, elle fût dérangée par un homme que ce n'était pas un lieu pour les enfants. Vous voulez savoir ce qui est arrivé ensuite ? Elle a mis des épices dans sa chope et il s'en est souvenu toute sa vie. D'ailleurs, il ne remet plus jamais les pieds ici, parce qu'elle se débrouille pour l'avoir à chaque fois.

Ce n'est pas le tavernier qui va s'en plaindre, Chaun est probablement sa meilleure cliente.

Oui car on dirait pas comme ça, Caitlinn a beau être haute comme trois pommes, elle a l'Irlande elle-même dans le sang. Enfin, une rumeur court que les irlandais ont de la bière à la place du sang, mais vous savez ça, ce sont les mauvaises langues.

Cela dit, les habitués n'ont jamais douté de la descente de Chaun et ceux qui ont essayé ne s'en souviennent plus. Mais vous savez, un Leprechaun sobre, c'est terrible. Mais imaginez un Leprechaun saoul ? Non, vous ne voulez pas imaginer et personne ne veut s'en souvenir.

Aujourd'hui n'est pas coutume, elle se rends à nouveau à sa taverne préférée. C'était le début de soirée et peu de personnes étaient présentes. Elle salue d'un signe de la main et d'un grand sourire les quelques habitués quel connais et s'installe au comptoir, comme d'habitude.

« Tavernier ! Comme d'habitude j'vous prie ! »


Son grand sourire espiègle adressé au brave homme, elle sort déjà la monnaie sur le comptoir. Elle était de bonne humeur ce soir et c'est suffisant pour bien démarrer la soirée. C'est limite si elle n'a pas sa pinte customisée et réservée à chaque fois qu'elle vient ici quoi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gawain
avatar


Nom : Sir Gawain White Hawk
Univers original : Cycle Arthurien
Messages : 142
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t346-main-dans-la-main-c
Mar 22 Sep - 14:39
Enfin la terre ferme. C'est bien le grand large, mais rien ne vaut le contacte du sol stable loin de toute forme d'eau salée. Ce fut une expérience enrichissante néanmoins, mais il est tant de retourner travailler. Mon oncle doit m'attendre et si j'ai un vieil ami à revoir si nos destins se recroissent, et c'est bien sur terre que je peux avoir cette chance. A l'heure actuelle, c'est en direction d'Oz que nous remontons le continent, après une traversée du désert chanceuse. Et oui nous. Le Capitaine Sindbad semble avoir eu envie de m'accompagner. En même temps il faut dire que son navire est au fond des sept mers, il va surement lui falloir un peu de temps pour faire son deuil. Quoi qu'il à l'air d'humeur joviale, comme à son habitude, peut-être est-il curieux et friand de nouvelles aventures plus terre-à-terre. Ce long trajet pédestre nous aurait bien quelque peu fatigués. Ou du moins assoiffé, et puis, comme résisté à l'appelle d'un pub de la capitale ? Un peu de bon temps après toutes ces péripéties nous fera du bien, surtout que je sens déjà l'odeur de l'hydromel m'appeler pour un verre au comptoir.

Arrivés devant la porte du bar, j'entends alors cette ambiance familière de musique irlandaise que j'ai eu l'occasion d'entendre dans l'autre monde. Ces gens là ont toujours eu le sens de la fête et de l'hospitalité. C'est le Capitaine Sindbad qui ouvre la porte et entre le premier. A peine la porte ouverte qu'un homme voltige, traversant la salle devant nous, ce qui m'extorque un large sourire. A, le bon vieux temps, les bagarres de piliers de comptoir. Ça m'avait manqué. Sindbad rentre donc avec son charisme habituel et son en train, l'air fier, un homme plein de ressource qui à l'air de se sentir comme un poisson-clown dans l'eau. Un vrai numéro également. Le voilà déjà reparti avec ses grands gestes et ses histoires, fortement semblable à ce que j'ai pu constater sur son propre navire.

Je rentre à mon tour, observant autour de moi, assuré et prévenant. C'est quand j’aperçois une tignasse rousse au comptoir que je reconnais une de mes collègue de légende. De petite taille avec une descente à toute épreuve, tenant l'alcool comme personne. Tout le monde la connait. Et pourtant qu'est-ce qu'il lui arrive d'être pénible. La grande farceuse de la chance. Celle qui donne de l'espoir et des rires. C'est bien elle, c'est notre Lepreuchaun. Non pas que j'ai déjà eu affaire à elle, mais il n'est pas impossible qu'elle soit dans le coup de la chute dans des flaques de boue de certains de mes collègue. A cette pensée hilarante j'esquisse un sourire. Ça aussi c'était le bon temps. Je m'approche de la jeune rouquine malicieuse et l'interpelle dans son dos.


"Bonsoir mademoiselle. Cela fait longtemps que je n'avais pas entendu parler de vous. Je ne suis pas étonné de vous voir ici cela dit."

Je lui offre un de mes plus beau sourire, à la fois taquin et respectueux. Il ne faut surtout pas se mettre à dos le maitre de farces, ça peut vraiment être une peste quand elle s'y met celle là. Je me tourne donc vers le tarvernier, lui adressant un geste de la main et commande une verre.

"Un hydromel mon brave je vous prie."

Je me retourne vers Chaun.

"Cela ne vous dérange pas si je me joins à vous j'espère ? A moins que vous n'ayez d'autres plans."
Revenir en haut Aller en bas
Sindbad
avatar


Nom : Sindbad
Univers original : Great Sandplace
Messages : 110
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t344-toutes-voiles-dehor
Jeu 24 Sep - 13:33
La Cité d’Emeraude. Capitale du pays, ville de grande richesse et un endroit où Sindbad n’avait absolument pas l’habitude de mettre les pieds. Il passait sa vie à s’aventurer en mer, par contre, le continent, il ne l’avait pas plus exploré que ça. D’habitude, il restait aux alentours de Great Sandplace, à dilapider son argent dans des tavernes. Mais là, il innovait. Il venait tout juste de rentrer de voyage et il avait décidé d’accompagner son nouveau compagnon Gawain un peu plus loin. Juste comme ça. Parce qu’il était sympa et voilà. Les joies de travailler pour soi et de n’avoir de comptes à rendre à personne. Il pouvait faire ce qu’il voulait. Et là, ce qu’il voulait, c’était aller boire un verre ! Ils étaient dans la capitale, les tavernes devaient être formidables ! Sindbad entendait justement de la musique joyeuse qui caractérisait souvent ce genre d’endroits. Le marin ne se fit pas prier ! Il entra d’un pas assuré et enjoué dans la taverne, mais se stoppa quelques instants en voyant un homme traverser la salle de manière fort peu conventionnelle pour aller s’écraser magnifiquement contre le mur. La routine habituelle quoi ! C’est bien ça qu’il manquait sur les îles désertes !

Enfin les bagarres c’est bien joli, mais place au spectacle !  Il s’avança dans la pièce d’un pied ferme, montrant toute son assurance. Il s’adressa aux personnes présentes de sa voix puissante et tellement charismatique.

-Bien le bonjour camarades ! C’est ma tournée alors buvez autant que vous le voulez !

Des cris de joies vinrent répondre à cette nouvelle. Voilà comment on fait une entrée ! Avec plats et dessert s’il vous plait ! Allez hop ! Direction le comptoir ! C’est qu’il avait soif, le Sindbad !

-Tavernier, j’espère que vous avez remplit vos réserves de rhum ! Je meurs de soif ! Et je ne cache pas qu’après plusieurs jours passés sur une île des plus hostile, un peu d’alcool, ça fait pas de mal !

Il vit bien que par cette phrase, il attira sur lui quelques regards interrogateurs. C’était bien évidemment le but. C’était pas pour des clopinettes qu’il parlait fort. Bon, c’était aussi naturel, il y avait de ça. En tout cas, il savait attiser la curiosité de son entourage. Notamment celle de la jolie brune à côté de lui. Il lui adressa un clin d’œil ainsi qu’un sourire charmeur avant de reprendre à l’intention de qui voulait bien l’entrendre.

-Enfin, pour moi, ce n’est pas si terrible, j’ai l’habitude de me sortir de situations dangereusement mortelles. Après tout, je ne suis pas le grand Sindbad pour rien !

Les gens qui l’avaient entendu ne restèrent pas indifférents à cette révélation. Sindbad était ravi d’apprendre que même loin de la mer, son nom était toujours aussi réputé. Cela se voyait aux regards d’admirations que certains lui lançaient. D’un autre côté, ce n’était pas étonnant. Qu’un homme aussi incroyable que lui reste dans l’ombre, ce serait du gâchis.

-C’est incroyable tous les trésors que les Sept Mers peuvent renfermer. Mais aussi les dangers ! Même après avoir autant voyagé, j’en découvre encore ! Je ne vais pas m’en plaindre, c’est ce qui rend le voyage si intéressant !  

Et un bel éclat de rire pour clôturer sa phrase. Ouaip, il était de bonne humeur ! Il aimait être au centre de l’attention. Mais bon, il allait les faire un peu patienter, il n’était pas obligé de tout raconter tout de suite, d’autant plus qu’il voulait d’abord étancher sa soif. Priorité absolue. Par ailleurs, lorsque le tavernier lui apporta sa boisson, son rhum, son Graal, il lui demanda de lui laisser la bouteille avant d’en prendre plusieurs gorgées salvatrices. Bon dieu ce que ça faisait du bien. La taverne, le bruit, les femmes, l’ambiance, le rhum ! Il n’y avait rien de plus agréable sur le continent. D’autant plus que les femmes de la capitale n’étaient pas moches à regarder. Il en avait déjà repéré des pas mal du tout. Oh ça allait être une bonne journée. Il repéra un peu plus loin la chevelure rose caractéristique de son nouvel ami. C’est vrai que pour le coup, il l’avait un peu laissé tombé, tellement il s’était emballé. Enfin, c’était un grand garçon, il n’avait clairement pas besoin de lui. Il lui semblait même qu’il était déjà en plaisante compagnie. Un sourire malicieux vint étayer ses lèvres. Il se leva pour aller rejoindre Gawain, n’oubliant évidemment pas sa précieuse bouteille de rhum et posa son avant bras sur l’épaule du chevalier une fois arrivé à sa hauteur.

-Alors Gawy, déjà en train de draguer ?

Il observa un peu plus attentivement la fille qui avait eu la chance de se faire aborder par le marin du dimanche aux cheveux roses. Une jolie petite rouquine avec quelques formes avantageuse pas désagréables pour les yeux. Bon, elle n’était pas très grande, mais du moment que les centimètres étaient là où il le fallait.

-Il faut dire que t’as bon goût. Salut ma jolie, moi, c’est Sindbad !

Au cas où elle n’ait pas entendu la première fois.


Dernière édition par Sindbad le Mar 6 Oct - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mad hatter
avatar


Nom : Elena Chapelier
Univers original : Wonderland
Messages : 59
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Sep - 15:03
Les tavernes sont toujours des endroits animés, pleins de vie et de bagarres entre joyeux soulots. Autrement dit, pas vraiment un endroit ou Elena met d’elle-même les pieds, sauf quand il y avait le chat de Cheshire, mais cela est une autre histoire. Sauf qu’en tant que parrain de la mafia de Fairy tales, elle possède plus ou moins légalement plusieurs établissements, et elle apprécie d’aller voir comment ils fonctionnent pour voir comment sont géré les stocks, et pour savoir si on ne l’embobine pas sur le chiffre d’affaire.

C’est donc pour cela qu’elle est actuellement dans une petite salle, derrière le comptoir  d’un pub à l’ambiance celtique, à vérifier les livres de comptes et les stocks. D’où elle est placée, elle a un aperçu sur la petite salle à l’ambiance chaleureuse, malgré quelques petites bagarres. Elle vit donc une jeune femme rousse s’installer à une table.

- Tavernier ! Comme d'habitude j'vous prie !

Cela montre donc que cette demoiselle est une habituée, qui dit habitué, dit bonne qualité et bons services, c’est très important dans les affaires.

Peu de temps après, en relevant la tête, elle vit un homme voltiger et traverser la salle, encore un bagarre, la quatrième depuis qu’elle est arrivée. Puis la porte s’ouvre sur deux hommes assez atypiques il faut le dire.

Le premier qui entre, teint basané, cheveux bruns, barbu, et avec une dague à sa ceinture, autrement dit un aventurier. Habituellement ils sont plus du côté de Great Sandplace, mais après tout pourquoi dans la capitale. Il parle fort surement pour attirer l’attention, et paie une tournée générale, autant en profiter alors.

-Tavernier, je reprendrais un thé à la menthe.

Ah le thé, quelle merveilleuse invention, celui-ci a une très bonne odeur, et d’après la boite, il vient de ma boutique, très bon choix.

Le second homme, attire plus mon attention du fait de son accoutrement, on dirait un ancien chevalier, comme dans les vieilles légendes qui courent sur l’antique cité nommé Camelot. Il pourrait presque passer inaperçu, les gens ayant tous des vêtements particulier en ce royaume, a croire que c’est au premier qui se démarquera le plus des autres. Non ce qui attire vraiment l’attention, c’est sa couleur de cheveux disons particulière, rose. C’est original au moins, et puis de ce qu’elle voit cela lui va bien.

- Tavernier, j’espère que vous avez remplit vos réserves de rhum ! Je meurs de soif ! Et je ne cache pas qu’après plusieurs jours passés sur une île des plus hostile, un peu d’alcool, ça fait pas de mal !

Le rhum, carburant de bien des aventuriers, elle doit souvent faire venir des cargaisons venant d’iles lointaines pour réapprovisionner les tavernes de Great Sandplace. Maddy n’apprécie pas vraiment la boisson, mais cela fait un sacré revenu à la fin donc elle ne se plaint pas.

Les paroles de l’homme lui confirme qu’il s’agit bien d’un aventurier, ils sont les seuls à pouvoir s’échouer sur une ile déserte suite à un ouragan, mais rare sont ceux à pouvoir en revenir aussi pimpant que celui-ci.

- Enfin, pour moi, ce n’est pas si terrible, j’ai l’habitude de me sortir de situations dangereusement mortelles. Après tout, je ne suis pas le grand Sindbad pour rien !

Sindbad ? Ce nom lui dit bien quelque chose, ne serait-ce pas cet aventurier ayant fait 7 voyages sur les Sept Mers, à en être revenu chaque fois vivant, mais sans navire, ni équipage ? Cela correspondrait à la description qu’elle en a eut, une fois qu’elle s’était rendue à Great Sandplace, un alcoolique notoire capable de vider une réserve complète de rhum, mais payant rubis sur l’ongle.

Mais ce nom lui est aussi familier pour autre chose. Qu’est ce que cela pouvait-il bien être déjà ?
Elle le vit rejoindre le chevalier aux cheveux rose, qui lui avait rejoint la petite rouquine arrivée plus tôt.
Puis cela fit tilt dans la tête de la chapelière, Sindbad le pirate, celui qui avait pillé une de ses cargaison de thé rare, en quête de rhum. Elle n’avait jamais reçu cette cargaison, et cela lui avait fait perdre énormément d’argent d’en faire parvenir une nouvelle jusqu'à la capitale.

- Tu vas me le payer Sindbad, surtout cette fois que je te tiens.

Rancunière la Maddy, n’est-ce pas ? Mais on n’est pas chef de la Mafia en distribuant des petits gâteaux, tout fini toujours pas se payer. Elle se leva donc de sa place, après avoir fini son thé, bien évidement, et se dirigea vers l'homme qui semblait désormais dragué la jeune rouquine.

Quelle chance que le destin est voulu qu’elle le trouve dans cette taverne de la capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Jeu 24 Sep - 22:47
Partir en voyage était une chose, rentrer de ce même principe en était totalement une autre. La joie n'était pas similaire, et même si le bonheur d'être avec son équipage était toujours présent, parfois il était des missions plus douloureuses que d’autre. Des terres il en avait vu, plus que des profondeurs perdues. Il les connaît presque sur le bout des doigts contrairement aux vastes étendues sous-marine, mais ce soir le sentiment qu’il éprouvait à être revenu sur terre était différent. Une semaine, il leur avait fallu une sacrée semaine pour s’organiser après leur retour à leur port d’attache. Ils auraient déjà dû être repartis et pourtant voilà que Nemo se retrouvait à la capitale qu’il prenait tant soin d’éviter d’habitude. La raison ? Une promesse qu’il avait fait à un petit garçon dont les larmes brillaient dans les yeux. Et il s’était laissé attendrir bien évidemment, il n’avait pas pu résister à ce gamin aux joues sale, reniflant et tremblotant. Oui il avait accepté la demande du môme, accepté d’aller libérer son père des prisons du régent parce que le pauvre malheureux n’avait eu d’autre choix que de voler pour espérer nourrir son fils.

Suivi de quelques membres de son équipage, Nemo avait longé les hauts murs de la cité jusqu’à arriver à la prison. C’était une opération dangereuse qu’ils avaient préparé, dangereuse pour leur tête et pour leur liberté mais il était trop tard pour faire marche arrière. Chacun à son poste  à présent, Nemo repéra les quatre gardes qui gardaient l’entrée de la prison, un jeu d’enfant. Il sortit donc deux fumigènes de sa ceinture qu’il lança dans leur direction. Entre les râles et les jurons, il en profita pour se glisser derrière le plus à droite, l’attrapant par l’arc planqué dans son dos avant de l’étrangler silencieusement avec… du moins juste assez pour que ce dernier s’évanouisse dans son sommeil. Les trois autres avaient été neutralisés par le reste de ses hommes, leur permettant ainsi de franchir la porte sous le feu crépitant des torches. Il ne fallait pas perdre de temps et son sac toujours bien accroché à ses épaules, Nemo avança, s’enfonçant de minute en minute, toujours plus profondément dans les dédales sombres de la prison alors que ses hommes se dispersaient. Il avait fini par s’arrêter devant la cellule qui l’intéressait, l’endroit exact où d’après ses informations et sa carte se trouvait le père du gamin. Faisant astucieusement et silencieusement sauter le verrou, il avait ouvert la porte sans plus attendre.

-Qui êtes-vous ?

-Pas le temps de discuter. On s’en va !  s’exclama le capitaine qui vérifiait qu’aucun autre garde n’avait encore repéré leur petite intrusion. Il avait alors juste eu le temps de saisir l’homme qu’il venait de libérer par le bras.

-Pas par-là, de l’autre côté ! Il serait idiot d’espérer sortir par la grande porte.

D’après ses estimations, les gardes inconscients n’allaient pas tardé à être découvert. Nemo avait donc choisi d’en faire la diversion idéale en faisant sauter les portes, attirant le reste des gardes là-bas pendant qu’eux irait faire sauter un autre mur. Les deux hommes dévalèrent les escaliers en colimaçon, prenant le chemin à la dérobée à gauche alors qu’ils entendaient les soldats se presser à droite, et arrivèrent devant un cul de sac où les attendaient le second du Nautilus.

-Reculez !

Obéissant, les deux hommes reculèrent de quelques pas pendant que Nemo allumait la charge qu’il avait confié à son second, craquant une allumette contre le mur sans leur laisser le temps de souffler. Quelques secondes plus tard, ils se baissèrent dans un même mouvement pour se protéger des éclats de pierre alors que le mur volait en éclat, leur offrant la voie libre. Désormais échappé de cet endroit sordide, le père du gamin n’avait pas demandé son reste, remerciant ses sauveurs avant d’aller retrouver son fils et partir loin d’Oz. Nemo et son second quant à eux c’étaient rapidement mêlé à la foule des rues de la cité émeraude. C’était le plan prévu, que chacun se disperse et fasse profil bas avant de pouvoir sortir de la cité et pouvoir rejoindre Wasteland et le Nautilus. Marchant d’un pas léger, les deux hommes s’étaient donc fondus dans la masse. Nemo avait toutefois pris soin de remonté l’ample capuchon de sa cape sombre, cachant ses yeux, dissimulant ce visage trop connu dans les environs. Le plan avait marché à la perfection et personne n’avait pu les repérer mais pour Nemo même simplement se balader ici mettait sa vie en danger.

Se glissant entre les personnes telle une ombre flottante, il avait évité d’accrocher les regards et lui et son second avait rapidement décidé d’aller se réfugier dans la première taverne venu en attendant de pouvoir rejoindre leurs camarades. C’était après tout le dernier endroit où iraient sûrement regarder les Tin Men pour trouver des prisonniers évadés. Franchissant la porte de l’établissement, d'ores et déjà son nez s’était retrouvé agressé par les odeurs qui grimpaient au plafond de la taverne. L’odeur du bois vermoulu, du rhum, et de la cire des bougies qui fond ; le brouhaha des voix grasses et sonores, les poings qui tapent sur les tables et les pieds qui tapent sur le sol au son du violon ; la vue brouillée par l’ivresse et la chaleur étouffante de l’endroit. La maison des marins, l'endroit de refuge des âmes en peines qui se torturent l'esprit à vouloir, c’était la même chose dans toutes les tavernes. A l’exception près qu’ici il y avait toujours un risque pour sa tête, contrairement à la Sirène Borgne, la taverne de The Great Sandplace où il avait parfois ses habitudes. Car même si Dakkar avait définitivement disparu, il pouvait toujours arrivé qu’une personne mal avisé fasse le lien entre cet ancien TinMan et le Capitaine Nemo.

Se glissant parmi les clients déjà bien enivrés, Nemo avait retiré la capuche de sa tête, sondant l’endroit du regard alors que la main caleuse de son second se refermait sur son épaule.

-Tu vois Nemo … commença ce dernier en se tournant vers son ami… Quelques verres… de la musique… de la bonne compagnie… et quelques jolies serveuses  et tout de suite, le monde paraît un peu plus accueillant et coloré !

Attrapant le regard d’une serveuse,  le camarade de Nemo se saisit des deux choppes qu’elle portait sur son plateau. Préférant ne rien répondre si ce n’est un rire sec et sincère, après tout il venait quand même de passé leur début de soirée dans la prison lugubre du régent à essayer de sauver un innocent, le capitaine s’était mis à la recherche d’une table où s’installer et faire croire qu’ils étaient là depuis plusieurs heures. Vidant la choppe que son second lui avait collé dans les mains Nemo entendit alors dans son dos une voix qui lui était familière.

- C’est incroyable tous les trésors que les Sept Mers peuvent renfermer. Mais aussi les dangers ! Même après avoir autant voyagé, j’en découvre encore ! Je ne vais pas m’en plaindre, c’est ce qui rend le voyage plus intéressant !  

Non il ne rêvait pas c’était bien Sindbad qu’il avait sous son nez, ce même Sindbad qu’il avait trouvé échoué sur une île déserte et qu’il avait accueilli le temps d’un voyage à bord de son Nautilus. C’était peut-être l’occasion parfaite pour se forger un alibi et se confondre avec le décor après tout. S’approchant du marin qui avait glissé le long du comptoir pour draguer une demoiselle rousse, Nemo fit son entrée attrapant la bouteille de rhum que Sindbad avait dans les mains, posant au passage sa choppe vide sur le comptoir.

-Alors comme ça on vide les réserves de rhum et on en laisse pas une goutte pour les autres clients qui ont encore besoin d’un verre ou deux pour continuer leur soirée ? … Tu devrais avoir honte.

Faisant signe au tavernier  de lui donner un autre verre, Nemo s’était servi une bonne dose de rhum, gardant la bouteille avec un sourire malin en se tournant à nouveau vers Sindbad et ses compagnons de soirées.

-Messieurs, Dames les salua-t-il alors qu’il buvait une première gorgée de rhum contrairement à ce que sa phrase précédente laissait croire. Tu es bien loin de ton navire et des mers mon ami… le grand Sindbad se serait-il par hasard encore égaré ?

Il ne lui avait toujours pas rendu sa bouteille, s’amusant gentiment de voir la tête que pourrait bien faire le marin devant ce vol qualifié.




Dernière édition par Captain Nemo le Lun 28 Sep - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leprechaun
avatar


Nom : Caitlinn Flynn
Univers original : Folklore Irlandais
Messages : 15
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t380-et-quand-je-pete-je
Lun 28 Sep - 15:14
« Bonsoir mademoiselle. Cela fait longtemps que je n'avais pas entendu parler de vous. Je ne suis pas étonné de vous voir ici cela dit. »

AH. Cette douce voix suave. Il allait de soi qu'elle allait la reconnaître sans même se retourner ! Cela dit, elle lui offre de bonne grâce la chance de la voir de face et non pas que de dos, se retournant en s'accoudant au comptoir.

« Et moi je suis étonnée de ne pas vous voir plus souvent ici, messire Gawain ! »


Un rire espiègle et un sourire chaleureux, ou l'inverse peut-être, c'est difficile à savoir en réalité, elle admire cette magnifique chevelure rose, soyeuse et virile. Gawain fait fangirliser n'importe quelle demoiselle qui a un peu de goût !

« Installez-vous, si vous ne pouvez pas rentrer, je vous porterais ! »

Un autre rire taquin, légèrement moqueur mais gentiment. Malgré son mètre soixante, la rouquine avait totalement la capacité de porter n'importe qui avec elle. Enfin, de téléporter. Suffit qu'elle touche ce qu'elle veut déplacer pour le faire et hop elle l'emporte avec elle. Sinon elle ferait comment pour ses vêtements hein ?

Ils sont vites rejoint par Sindbad qui semblerait ne pas mesurer le poids de ses propos. Oh non, je ne parle pas là du surnom qu'il lui a accordé ou même de la taquinerie lancée au chevalier. Non, je parle là bien entendu du fait qu'il payait sa tournée et qu'on pouvait boire AUTANT QU'ON LE VOULAIT. Mon pauvre Sindbad, je crois que t'es la seule personne à qui ça porte malheur de croiser un Leprechaun. Peut-être pas finalement.

« Sindbad ? Oh et bien, j'espère que tu as assez d'argent pour étancher ma soif ! »

Un rire franc et net, elle va pas lui cacher non, parce que si jamais il ne tient pas parole, il le regretterait toute sa vie.

Le début de soirée est provoqué par une autre entrée, celle de la PATRONE ELLE-MÊME. Elle était imposante, belle et charismatique, enfin c'est comme ça que Chaun la voyait. Et elle avait surtout un immense respect pour elle. CET ENDROIT C'EST LE MEILLEUR ENDROIT DE LA PLANETE.

« Tu vas me le payer Sindbad, surtout cette fois que je te tiens. »

Elle eût un sourire ravi et vînt ajouter.

« Mademoiselle Chapelier, voyons, ne faîtes pas de mal à ce brave homme, je suis sûre qu'il va nous rembourser bien plus qu'il ne faut en une soirée. »

Et puis elle eût une sorte de tilt qui se voit sur son visage, genre elle arrête de sourire un moment avant d'en reprendre un plus grand, moqueur, espiègle et taquin. Tout ça à la fois.

« Mais... Sindbad, attends, tu es le marin qui perds à chaque fois son navire sans même que Nessie ou moi interviennent ? » Elle éclate de rire. « Je ne pensais pas de te rencontrer un jour ! Je pense qu'on peut dire que je suis ta plus grande fan, le prochain épisode de ta comédie, c'est quand ? »

Oui elle se fout ouvertement de sa tronche, c'est pas Caitlinn qui va avoir des manières, ce serait mal la connaître. Elle termine sa chopine cul sec, ça fait du bien et en commande une autre alors qu'une cinquième personne vient compléter la bande. Inconnu au bataillon celui-là. Pas si méfiante que ça cela dit, elle l'accueille avec un grand sourire. Plus on est de fous, plus on rit, et si en plus on peut se payer la poire du plus poisseux des marins, elle va pas dire non.
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gawain
avatar


Nom : Sir Gawain White Hawk
Univers original : Cycle Arthurien
Messages : 142
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t346-main-dans-la-main-c
Lun 5 Oct - 15:16
"Et moi je suis étonnée de ne pas vous voir plus souvent ici, messire Gawain !"

Je ris de bon cœur à la pique de la rouquine. Ai-je une réputation de pochtron à ce point ? Je suis un chevalier que diable ! Un peu de tenu ! Les tavernes ne sont qu'un point de chutes entre deux missions et fort propices à la collecte d'information, étant un lieu d'échanges et de discussions.

"N'exagérez rien mademoiselle, je suis un chevalier tout de même".

J'ai opté pour une approche ironique et souriante, plutôt auto-dérisoire, mais toujours tenue. Même si je traine les bars et que j'aime à boire un verre à l’occasion, je reste toujours à la hauteur de mon rang et ma réputation. Jamais en étant d'ivresse.

"Installez-vous, si vous ne pouvez pas rentrer, je vous porterais !"

Je souris de nouveau. A vrai dire pour rentré il faut avoir un lieu où retourner. Et cela fait tellement longtemps que nous ne sommes pas revenu que je me demande dans quel état ce trouve Camelot...

"Ne vous en faites pas, je compte bien rentrer à Camelot, même avec une seule jambe. Question d'honneur."

Ah Camelot ! La maison me manquait. Mon cousin et compagnons de route, mes frères mon oncles. Nous avons une mission et il faut que je rentre pour la mener à bien et servir le royaume. Mon ami Sindbad revient alors vers nous, toujours enjoué et plein d'entrain. Ça tombe bien, il paye sa tournée, ce qui fait un hydromel à l’œil, un. Finalement le marin revient à ma rencontre d'un air guilleret.

"Alors Gawy, déjà en train de draguer ?"

Je un peu à la remarque, ainsi qu'au surnom. Draguer ? Si tu savais mon ami, mais si je voulais draguer je ne m'attaquerais pas à une Leprechaun aussi susceptible.

"Nous ne pouvons draguer ce qui nous dépasse de loin mon ami ! Miss Chaun et une connaissance de longue date si je puis dire."

Je lance alors un clin d’œil à l'intéressé, le genre amical. Bien que ces paroles puissent sembler mielleuses, en vérité elles contenaient une pointe d'ironie, mais je savais que la farceuse avait un goût prononcé pour l'humour et les blagues. Il est néanmoins vrai qu'elle fait partie de ces personnes à qui il ne faut pas être confronté en cas de conflit. Il est toujours préférable d'avoir la Chance de son côté.

Un nouvel arrivant vient alors faire son entré. Un ami du Capitaine je présume, puisque ce dernier lui subtilise sa bouteille de rhum. Il nous salut.

"Messire." Je le regarde avec ironie et lui confie quelque chose sur un ton plus bas. "En réalité je n'ai peur que ces réserves n'aient littéralement explosées..."

Le nouvel arrivant au teint mâte comment alors à charrier le capitaine. A croire qu'il a vraiment eu sa dose d'aventures qui on moyennement bien finit. Sans surprise Chaun compte bien boire sur le compte du marin, honnêtement je ne sais pas avoir quoi cette homme paye ses dettes alors qu'il vient de couler son navire, mais j'espère qu'il a de l'avance. A priori pas vrai puisqu'un nouvelle personne, qui semble être la patronne des liens, vient pleine d'accusation à son égard.

"Tu vas me le payer Sindbad, surtout cette fois que je te tiens."

Je n'ai pas le moindre idée de ce que lui marin lui a fait, mais j'observe la scène en spectateur dans un premier temps, lançant un regard à Chaun, toujours plein de ressource, je suis assez curieux.

"Mademoiselle Chapelier, voyons, ne faîtes pas de mal à ce brave homme, je suis sûre qu'il va nous rembourser bien plus qu'il ne faut en une soirée."

Voilà, dans ce genre là. Et une belle pique bien placé une. Enfin il semblerait que cela puisse être une bonne chose pour Sindbad cela dit. Que quoi... Il semblerait qu'il me manque des informations moi. J'aime réaliser à quel point le Leprechaun est au point sur les rumeurs.

"Mais... Sindbad, attends, tu es le marin qui perds à chaque fois son navire sans même que Nessie ou moi interviennent ? Je ne pensais pas de te rencontrer un jour ! Je pense qu'on peut dire que je suis ta plus grande fan, le prochain épisode de ta comédie, c'est quand ?"

J'explose de rire. Un rire franc et amusé. Je ne peux m'empêcher de répondre à Chaun.

"Tu es dure avec lui, le pauvre vient de perdre la moitié de son équipage à cause d'une saleté de Kraken. Les temps son dur ici dernièrement j'ai l'impression. N'as-tu point remarqué ?"

Je faisais allusion aux ombres et à notre retour au pays. Quelque chose se préparait sans que je suisse savoir quoi encore. C'est pour cela qu'il fallait que je retourne à Camelot, pour me tenir prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Sindbad
avatar


Nom : Sindbad
Univers original : Great Sandplace
Messages : 110
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t344-toutes-voiles-dehor
Mar 6 Oct - 17:17
-Sindbad ? Oh et bien, j'espère que tu as assez d'argent pour étancher ma soif !

Sindbad rit aux éclats pour toute réponse. Haaa s’il avait assez d’argent ? Quelle bonne blague ! Sindbad avait TOUJOURS de l’argent. Il était vrai qu’il venait de faire naufrage et que, par conséquent, son inventaire s’était retrouvé grandement diminué. Mais Sindbad arrivait toujours à compenser. La plupart du temps, au cours de ses voyages, il parvenait à trouver des pierres précieuses qui valaient leur pesant d’or. Et si cela ne suffisait pas, ce qui était rare, il avait toujours une autre corde à son arc. Et cette corde s’appelait le vol à la tire. Il avait beau ne plus être mendiant depuis des années, il n’avait pas perdu la main. Et entre Great Sandplace et Oz, il y avait eu un paquet de passants à dévaliser. Oooh oui. D’ailleurs, c’est fou tout ce que ces gens de la capitale laissaient traîner dans leurs poches.

-Nous ne pouvons draguer ce qui nous dépasse de loin mon ami ! Miss Chaun est une connaissance de longue date si je puis dire.
-Aaaaah je vois. Sacré Gawy !

Oui, Gawy. Sindbad était le genre de personne à donner rapidement des surnoms aux gens. Surtout quand il était de bonne humeur. Et dans une taverne, il était forcément de bonne humeur ! Et puis Gawy, c’est toujours plus court que Sir Gawain Chevalier de la Table machin bidule truc. Et donc monsieur est du genre à se faire des amies de longues dates du sexe féminin sans les draguer ? Ouais c’est ça, ouais. Un bel homme comme lui, ce serait dommage de ne pas en faire profiter d’avantage la gente féminine. Quoi qu’il n’était pas aussi beau que l’était le grand Sindbad, mais bon, il se défendait. Sur ce, il allait s’enfiler quelques nouvelles gorgées de son alcool préféré lorsqu’il sentit que sa bouteille lui échappait de la main.

-Alors comme ça on vide les réserves de rhum et on en laisse pas une goutte pour les autres clients qui ont encore besoin d’un verre ou deux pour continuer leur soirée ? … Tu devrais avoir honte.

Sindbad se tourna vers l’auteur de ces paroles, bien que la voix lui soit familière. Quand il vit le visage mate de l’homme qui l’avait secouru quelques temps auparavant, son sourire s’élargit.

-Nemo ! Eh bien pour une surprise ! Ça fait un bail !

Pour une surprise, c’était une surprise ! S’il s’attendait à voir le Capitaine Nemo, l’homme qui passait sa vie sous l’eau, au beau milieu du continent ! Mais pour le coup, cela faisait plaisir de voir une tête familière. Même si cette tête appartenait au même homme qui venait de lui subtiliser son rhum. En parlant de rhum, la petite remarque de Gawain n’échappa pas à Sindbad qui s’empressa de répliquer.

-Hé, je te signal que sans ça, tu serais entre les mains de Davy Jones, alors un peu de respect pour ce rhum sacrifié.

Oh tant de rhum qui avait rejoint les fonds marins… enfin bon, maintenant qu’il était dans un endroit où cette boisson se trouvait en quantité, il se sentait déjà consolé.

-Tu es bien loin de ton navire et des mers mon ami… le grand Sindbad se serait-il par hasard encore égaré ?
-Je ne suis pas égaré. Il se trouve que je rentre tout juste de voyage, en compagnie de Gawain ici présent  –dit-il en désignant le chevalier d’un mouvement de tête-.

Et sur ce, il récupéra sa bouteille de rhum et en prit quelques gorgées avant d’ajouter.

-Et puis je pourrais dire la même chose de toi ! Qu’est-ce qui t’amène dans le coin ? J’avoue que je ne m’attendais pas à te voir ic-
-Tu vas me le payer Sindbad, surtout cette fois que je te tiens.

Quoi encore ? Sindbad se tourna pour voir la personne qui venait de dire ça et découvrit une femme, pas moche à regarder, mais qui avançaient en le regardant de manière fort menaçante. Visiblement, elle avait l’air de lui en vouloir. La rouquine eu la gentillesse de le défendre, mais il doutait que cette réponse ne satisfasse la demoiselle au chapeau peu conventionnel. Ce n’était pas la première fois qu’une femme lui faisait ce coup, et il répondit, presque par réflexe.

-Tu dois faire erreur, je suis sûr que cet enfant n’est pas de moi !

Ouais, le nombre de femmes qui avaient voulu lui faire croire qu’il était le père de leur rejeton… C’est vrai que ça devait être le rêve pour elles, il était le célèbre Sindbad, donc forcément, se dire que leur enfant était le fils du plus grand aventurier de tout les temps, espérer que l’aventurier en question laisserait tout tomber pour s’occuper de la petite famille, c’était leur idéal. Ah ce n’est pas facile tout le jours d’être le grand, le talentueux, le…

-Mais... Sindbad, attends, tu es le marin qui perds à chaque fois son navire sans même que Nessie ou moi interviennent ? Je ne pensais pas de te rencontrer un jour ! Je pense qu'on peut dire que je suis ta plus grande fan, le prochain épisode de ta comédie, c'est quand ?

…Ouais bon, là, on ne va pas se le cacher, il se serait prit un poids de 1000 tonnes sur la tête que ça aurait eu le même effet. L’égo venait d’en prendre un coup, mais sévère, là. Il resta figé quelques microsecondes tandis que Gawy explosait de rire pour tout arranger. Heureusement, il tenta de rattraper le coup, comme quoi, c’était quand même un chic type. Rose, mais chic.

-Tu es dure avec lui, le pauvre vient de perdre la moitié de son équipage à cause d'une saleté de Kraken. Les temps son dur ici dernièrement j'ai l'impression. N'as-tu point remarqué ?

Pendant que Gawy lui sauvait la mise, Sindbad se reprit bien rapidement pour rectifier également le tire, et le chevalier lui avait donné une excellente manière de le faire en évoquant le monstre marin. En quelques instants, il était déjà repartit à faire de grands gestes et à parler tellement fort qu’une bonne partie de la taverne pouvait l’entendre, malgré le bruit.

-Eh oui, c’est exact ! J’ai récemment triomphé du Kraken ! Cette vile créature mortelle pour quiconque croise son chemin ! Enfin, presque puisque j’y ai survécu, ainsi qu’une partie de mon équipage ! Par ailleurs, je doute qu’il fasse de nouveau couler ne serait-ce qu’un seul navire à présent !

Et le tout ponctué d’un de ses grands rires bruyants dont il a le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Mad hatter
avatar


Nom : Elena Chapelier
Univers original : Wonderland
Messages : 59
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Oct - 16:21
Maddy se dirigea donc vers la table du voleur de son précieux thé. Entre-temps, un autre homme était arrivé a cette tablée et avait piqué la bouteille de la précieuse boisson du marin.

Elle était assez remontée, enfin il paierait, enfin elle le tenait.

- Mademoiselle Chapelier, voyons, ne faîtes pas de mal à ce brave homme, je suis sûre qu'il va nous rembourser bien plus qu'il ne faut en une soirée.

Elena fini par reconnaitre la jeune femme, Leprechaun, la meilleure cliente de ce bar, une ravissante femme, un brin espiègle, qui lui avait payé une tasse d’un délicieux thé irlandais auparavant.

- Je suis sur effectivement qu’il me paiera effectivement. Mais en attendant Mademoiselle Chaun, souhaitez-vous prendre une pinte de cette délicieuse bière que nous gardons en réserve ? Après tout vous le méritez-bien, vous êtes notre meilleure cliente.

Maddy fit signe au tavernier de lui ramener un pinte de cette bière qu’elle gardait en réserve, la seule qui était hors de prix, mais comme le félon voleur payait sa tournée cela lui serait mis sur son ardoise
Lorsque l’homme fini par la regarder, elle eu l’impression qu’il la détailla de la tête de aux pieds, mais la réponse qu’il lui fourni la cloua au sol, littéralement :

- Tu dois faire erreur, je suis sûr que cet enfant n’est pas de moi !

Mais de quoi parlait-il cet alcoolique, Maddy avoir un enfant ? La bonne blague ! Hormis Cheschire et Nalan, les seuls hommes qu’elle fréquente fréquemment, elle n’était pas réellement intéressé par la drague, sauf quand il y avait des affaires à la clé, ou une partie de poker à gagner. Sauf pour le coup, étant joueuse malgré tout, elle eu envie de s’amuser aux dépends du marin, ce serai un bon début de vengeance avec la consommation couteuse qu’elle « offre » à Leprechaun.

- Quoi ! tu m’as oubliée ? Nous et cette superbe nuit au clair de Lune dans cette auberge de the Great Sandplace ? Dire que tu m’avais promis tant de chose, des voyages sur des iles exotiques, des bijoux dignes des plus grandes reines. Comment oses-tu faire des promesses si cela est pour ne pas les tenir !

Histoire de faire un peu plus réaliste, elle s’assit à leur table et se mit à sangloter dans ses mains. Le prix de la meilleure actrice revient à Maddy.

- Mais... Sindbad, attends, tu es le marin qui perds à chaque fois son navire sans même que Nessie ou moi interviennent ? Je ne pensais pas de te rencontrer un jour ! Je pense qu'on peut dire que je suis ta plus grande fan, le prochain épisode de ta comédie, c'est quand ?

Maddy tenta de faire passer la crise de fou-rire qui la pris à l’entente de cette réplique de cette chère Chaun, en la faisant passer pour un pleur, bien que oui elle pleurait maintenant mais de rire. Le chevalier qui était aussi arrivé en même temps explosa de rire, avant de se rattraper.

- Tu es dure avec lui, le pauvre vient de perdre la moitié de son équipage à cause d'une saleté de Kraken. Les temps son dur ici dernièrement j'ai l'impression. N'as-tu point remarqué ?

Un kraken ? Des temps durs ? Maddy voulait bien le croire pour le monstre, après tout qui savait ce qui pouvait se cacher dans les profondeurs des sept mers. Il paraîtrait que quelqu'un a inventé un bateau pour aller sous l'eau, mais n'ayant aucune preuve et considérant cela comme pure fantaisie, elle ne chercha pas plus loin, mais si c'était vrai, cela pourrait être intéressant.
Pour les temps dur, en revanche, elle avait du mal à le croire, les affaires marchaient bien, la preuve avec la richesse de la capitale.

Sindbad bien évidement surenchérit sur cette phrase pour faire une belle pirouette et se sortir de cette situation, le tout avec rires bruyants et grands gestes, un véritable cirque à lui tout seul.

- Eh oui, c’est exact ! J’ai récemment triomphé du Kraken ! Cette vile créature mortelle pour quiconque croise son chemin ! Enfin, presque puisque j’y ai survécu, ainsi qu’une partie de mon équipage ! Par ailleurs, je doute qu’il fasse de nouveau couler ne serait-ce qu’un seul navire à présent !

Devait-elle continuer son rôle ? Pourquoi pas ma foi, voyons ou cela la mènera.

- Tavernier, une tasse de thé noir à l’orange. Demanda-t-elle en relevant la tête laissant voir ses yeux bleus embués de larmes. Et donc mon cher pour votre promesse, allez vous la tenir, maintenant que ce monstre est hors d’état de nuire ?

Bien sur ce fut aussi le moment que choisi l’un de ses hommes pour entrer dans la taverne et lui faire de grand signes, avec un air affolé.

- Je vous pris de m’excuser un instant messieurs, mademoiselle.

Elle se leva donc et alla le voir, tout en se mettant de façon a garder un œil sur ce pirate, il ne lui échapperait pas.

- Chef, On vient de nous avertir, il y a eu un incident a la prison, des hommes auraient aidé un autre, père de famille à s’échapper. Les TinMen vont bientôt arriver et tout fouiller. dit-il en chuchotant
- Ne t’inquiète pas, ils n’ont aucune preuve contre moi, juste des suspicions. En revanche dit aux autres de ce faire discret.

Et sur ce il repartit, et Elena revient vers la tablée de joyeux lurons, en tentant de reprendre le rôle qu’elle jouait, mais elle restait inquiète, les TinMen ne sont pas vraiment ses meilleurs amis.
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Ven 16 Oct - 23:04
-Nemo ! Eh bien pour une surprise ! Ça fait un bail !

Voilà qui était fait pour sa présentation si on pouvait dire. Il avait quand même souri de la remarque. C’est vrai qu’il était très surprenant de le voir mettre les pieds à Oz mais le capitaine du Nautilus n’avait pas encore totalement renoncé à la vie sur terre.

-En réalité je n'ai peur que ces réserves n'aient littéralement explosées...

S’incrustant allègrement dans la conversation, Nemo avait été tout de suite assez bien accueilli, que ce soit par un sourire ou par les politesses d’usage. Toutefois c’est avec un sourire un brin crispé qu’il répond à la confidence de l’homme aux cheveux rose. Mais sans doute en aurait-il bien plus facilement ri si lui-même n’avait pas quelques temps plus tôt fait littéralement exploser un des murs de la prison. Simple coïncidence mais face à ses paroles, la prudence lui avait du coup fait immédiatement vérifier qu’il n’en portait pas quelques traces sur ses vêtements. Rassuré il avait alors repris le fil de la conversation, écoutant Sindbad se défendre que non il n’était pas égaré et lui laissant récupéré sa bouteille sans rien dire. Ainsi donc le marin malchanceux rentrait de voyage… voilà qui expliquait mieux le sort subit par les fameuses réserves de rhum du capitaine. Il comprenait donc mieux la confidence faite par Gawain, notant ce nom dans un coin de sa tête en même temps qu’il prenait note de chercher où Sindbad avait fait naufrage cette fois-ci. Qui sait avec de la chance, quelques bouteilles aurait pu survivre et Nemo aurait pu profiter de son prochain voyage pour les récupérer.

-Et puis je pourrais dire la même chose de toi ! Qu’est-ce qui t’amène dans le coin ? J’avoue que je ne m’attendais pas à te voir ic-

Sans que Nemo ait le temps de répondre, une nouvelle tête venait de faire son apparition au milieu du groupe. La demoiselle avait d’ailleurs l’air fort remonté contre le marin. Curieux, Nemo avait donc contemplé la scène, sirotant son verre de rhum. Grosse erreur, puisque en entendant la réponse du marin à la demoiselle furieuse, il ne manqua pas de s’étrangler, à moitié de rire, à moitié de surprise dans son verre, du rhum lui remontant alors par le nez en lui brulant les narines. Il avait toutefois gardé contenance autant qu’il le pouvait, résistant au fou rire suivant face à la remarque de la demoiselle rousse uniquement parce que la brulure dans son nez était encore bien présente.

En plus avec l’ancienne conquête de Sindbad en pleure à côté, il aurait été au final assez mal venu de rire. Il était d’ailleurs curieux de voir comment le marin allait s’en sortir. En revanche il ne pouvait qu’approuver la remarque du fameux Gawain. Les temps étaient dur pour tout le monde ou presque depuis que le bon magicien n’était plus là pour gouverner. Nemo avait d’ailleurs essayé de retrouver sa trace, mais cela n’avait malheureusement encore rien donné. Sortant de ses pensées, il avait repris le cours de la conversation pile au moment où Sindbad racontait ses prouesses.

-Eh oui, c’est exact ! J’ai récemment triomphé du Kraken ! Cette vile créature mortelle pour quiconque croise son chemin ! Enfin, presque puisque j’y ai survécu, ainsi qu’une partie de mon équipage ! Par ailleurs, je doute qu’il fasse de nouveau couler ne serait-ce qu’un seul navire à présent !

Ne voulant pas en rajouter une couche à son ami qui avait déjà largement prit dans la figure depuis son arrivée, Nemo s’était abstenu de lui confier qu’il n’y avait en réalité pas qu’un kraken au fond des océans et qu’il pouvait fort bien en croiser un autre à son prochain voyage. Après tout vu sa chance, il risquait de le découvrir bien assez tôt… Et puis niveau ennui il avait déjà largement de quoi faire, la demoiselle au chapeau ayant terminé sa crise de larmes et semblant attendre de Sindbad qu’il tienne ses promesses.

-Peut-être devrions-nous les laisser s’expliquer et profiter d’un autre verre ? Je suis le capitaine Nemo.

Il ne s’était pas encore présenté après tout et s’était adressé à l’homme au cheveu rose et à la demoiselle rousse. En plus de ça son verre était vide vu qu’une bonne partie de son contenu avait été perdu quand il s’était étranglé plus tôt. Mais avant que les deux "amoureux" n’aient pu s’expliquer, un homme faisant des grands signes avait attiré l’attention de l’ancienne conquête de Sindbad.

-Et bien mon ami tu as l’air de t’être mis dans de beau drap… Mes félicitations ! Mais si ça peut te rassurer c’est sans doute une belle nuit pour une demande en mariage. Et je suis sûre que personne ne voudrait rater ça…

Il s’était tourné vers Gawain et Chaun un sourire moqueur aux lèvres, les prenant à témoin dans la plaisanterie qu’il lançait au marin. Surtout que même si elle s’était éloignée, la jeune femme au chapeau n’avait pas l’air de vouloir laisser Sindbad s’enfuir. Curieux comme toujours, il avait finalement espionné la conversation d’un œil, lisant sur les lèvres ce qu’ils se disaient. Rien de très difficile, ou tout du moins pas pour quelqu’un qui s’était déjà frotté aux premières écritures cunéiformes de Fairy Tales. En tout cas fini l’envie de rire, l’homme annonçant l’arrivée imminente des TinMen, lui ramenant les pieds sur terre. Il n’avait pas prévu que les forces de l’ordre fouillent les habitations aussi tôt, pensant qu’ils leur faudrait plus de temps pour bloquer toutes les sorties de la ville. Tant pis, il n’allait pas paniquer pour une petite erreur dans ses prévisions. Il avait encore des dizaines de façons de s’échapper de la cité émeraude. Rien dans son attitude ne laissait voir son cerveau qui tournais à plein régime, il avait même fait signe au tavernier de remettre un verre à tout le monde comme il l’avait proposé plus tôt, alors que la gérante revenait vers eux ou plutôt vers Sindbad puisque c’était avec lui qu’elle avait un compte à régler. Faisant passer les choppes à chaque membre du groupe il avait finalement porté la sienne à ses lèvres, profitant de sa gorgée pour scruter la salle du regard, repérant les différentes sorties qui s’offraient à lui, repérant au passage son second qui profitait de l’animation du bar. Faisant un signe discret à ce dernier pour qu’il se fasse discret, Nemo avait alors tenté d’entendre les bruits extérieurs, guettant l’arrivée des Tin Men, mais c’était peine perdu avec le brouhaha ambiant.

De toute façon il n’avait plus le temps de s’enfuir, la porte de la taverne s’ouvrant brutalement, laissant entrer six hommes portant l’uniforme des TinMen et l’air peu amicaux. Alors que ces derniers s’avançaient parmi les clients ivres, Nemo n’avait plus d’autre choix que de jouer son rôle de client également fort éméché.

-Aaaaaaah Messieurs ! Vous arrivez pile à temps pour la fête !


Revenir en haut Aller en bas
Leprechaun
avatar


Nom : Caitlinn Flynn
Univers original : Folklore Irlandais
Messages : 15
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t380-et-quand-je-pete-je
Dim 18 Oct - 14:49
« Les temps sont durs oui ! Comme ma... ah ben non, je n'en ai pas. »

Dit la petite rousse en guise de réponse. Malheureusement, le pauvre Gawain ne s'était pas adressé à la bonne personne, sauf s'il avait aligné quelques pièces d'or sur le comptoir. Oui parce que Leprechaun garde bel et bien un chaudron rempli d'or quelque part dans le monde dont seule est connaît l'emplacement. Elle aurait pu le mettre à un endroit atteignable que par la téléportation, mais elle était joueuse, et cela n'aurait pas été drôle si personne ne pouvait le trouver.

« Et puis crois-moi, un Kraken c'est pas grand chose. Le Loch Ness, ça a quelque chose de bien plus imposant, et tu pourras jamais l'attraper, quand bien même tu essayes de toutes tes forces. »

De la promo pour une copine, ça fait pas de mal. Et puis ce n'est pas non plus vide de sens, ça voulait aussi dire que les ombres, elle s'en cognait pas mal. Elle n'a rien demandé et vie sa petite vie  de légende tranquillement, à l'image d'une légende trop vieille qui voudrait juste partir à la retraite. Elle veut simplement passer le temps en rigolant, car le temps est long.

Enfin, la conversation risquait de devenir trop sérieuse et ça ne l'enchantait guère. Et puis de toute façon, elle venait de recevoir une pinte d'une bière gardée en réserve et un compliment. De la patronne elle-même !

« Oh, Mademoiselle Chapelier, j'en serais honorée. Cet établissement est un des rares endroits où il fait bon de s'y retrouver, j'espère pouvoir y revenir encore de longues années. »

Un grand sourire, elle était aux anges, se faire complimenter par la grande patronne en personne, ça avait quelque chose de prestigieux. Surtout qu'elle venait souvent ici. C'est pour ce genre de petits plaisirs qu'elle aime la vie.

Et d'ailleurs, elle voit bien le petit jeu de cette dernière et se charge d'entrer à pieds joins dedans, fronçant les sourcils en direction du marin poissard.

« Et bien voilà, on fait pleurer une demoiselle maintenant ! Franchement, il n'y a aucun homme pour rattraper l'autre il semblerait. »

Et voilà Sindbad, il faut croire que tu tends le bâton pour te faire battre en même temps. Cela dit elle hausse les épaules et attrape sa pinte gentiment offerte en prenant une grande gorgée suivit d'un soupir de satisfaction. C'était le pied. On boit et on rit.

Elle remarqua l'évasion d'Elena, sans y porter plus d'attention cela dit, c'était la patronne, elle devait avoir tout un tas de choses à gérer.

« Peut-être devrions-nous les laisser s’expliquer et profiter d’un autre verre ? Je suis le capitaine Nemo. »

« Capitaine, voyez-vous cela. Je suis Leprechaun, enfin ça n'a pas d'importance, on m'appelle souvent juste Chaun. Si cela vous incommode, vous pouvez encore m'appeler Caitlynn, je saurais m'y reconnaître. »

Un rire franc et sincère, elle s'en fichait un peu de toutes ces appellations. Tout ça n'était que formel et les formes, elle n'avait jamais réellement su les mettre. Ça arrive quelques fois, mais elle devait vraiment se forcer. Comme avec Elena, par exemple. Mais c'est parce qu'elle la respecte vraiment pour le boulot qu'elle four-- non juste parce que c'est la patronne de cet établissement et elle veut pas être dehors.

Sauf que voilà six hommes tout entier, portant tous l'uniforme des Tin Men, venant gâcher la fête. C'était vraiment embêtant, mais s'ils faisaient profils bas, elle n'en tiendrait pas compte.

Mais voilà qu'une initiative est prise et cela semblait très intéressant. Pourquoi donc attirer l'attention de ces soldats si on a rien à se reprocher ? Il semblerait que le grand capitaine Nemo ait quelque chose de pas très beau à cacher et ça rendait la situation bien plus intéressante.

Elle attrape une bouteille qui traînait là, elle la débouche et sort une petite flasque de sa sacoche accrochée à la ceinture. Les plus minutieux pouvant facilement voir que sur l'étiquette, il s'agit d'une sauce pimentée de sa propre fabrication. Un gage de qualité !

Après avoir fait le mélange, elle attire l'attention des soldats.

« Je vous sers un verre messieurs ? C'est notre ami juste là qui offre. » Dit-elle en désignant d'un signe de tête Sindbad.
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gawain
avatar


Nom : Sir Gawain White Hawk
Univers original : Cycle Arthurien
Messages : 142
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t346-main-dans-la-main-c
Mar 10 Nov - 1:28
En parlant de temps dur, voilà les gros bras qui rappliquent. Ces braves messieurs, à en juger par leur tenue, semblent être des hommes de mains, ou des gardes de la ville. De ce que j'ai entendu au port et auprès des habitants de la ville, ce n'est pas une bonne chose. Une histoire de brigade anti-magie. Rien de bien bon pour nous-autres Légendes et Ombres. Qui que l'ont soit nous avons tous une part de magie en nous. Même si pour ma part je n'ai pas trop à me plaindre de son effet voyant ou que cela puisse semble magique à l'usage. Je suis juste un peu plus fort que la normal, mais je peux mettre sa sur le compte de mon statut de chevalier et à un entrainement intensif. Je me demande ce que ces bras messieurs veulent, mais à en juger par l'attitude de notre camarade le Capitaine Nemo et son sur-jeu de pochtron en mode pilier de comptoir, je ne pense pas qu'il ait l'esprit tranquille.

Chaun semble elle aussi avoir soupçonné quelque chose de suspect en vu de l'attitude des soldats et de notre camarade. Il semble être un bon ami du Capitaine Sindbad d'ailleurs. Même si moi, à leur place, je ne me risquerais pas à boire quelque chose d'offert à le rouquine, même si c'est notre camarade qui va payer la note, et peut-être les pots cassés. Idéalement une diversion serait de mise en cas de problème, il me semble qu'une bagarre improvisée pourrait faire l'affaire, mais attendons un peu de voir la réaction des hommes de mains. Ils ont l'air sérieux, mais je ne pense pas qu'ils soient très compétent non plus. A vrai dire ils ne savent déjà pas porter leurs armes de manière optimale pour s'en servir. Ah la jeunesse.... Tout à apprendre.


"Ôtes-toi de notre chemin gamine, on cherche un dangereux criminel en fuite ! VOTRE ATTENTION S'IL VOUS PLAIT !"

Les autres distribuent alors des avis de recherches. Mais lui il va sans doute beaucoup regretter ses paroles. Mais VRAIMENT... Le pauvre malheureux vient de gravement insulter un Leprechaun et vous ne voulez vraiment pas savoir quelles sont les conséquences d'un leprechaun en colère croyez moi. Cela dit il ne semble pas vraiment y prêter attention et continu son discours. J'observe néanmoins d'un œil attentif en buvant mon hydromel. Il ne manque que le popcorn. Enfin... je me tiens quand même prêt à intervenir au cas où.

"Si vous voyez cet homme nous offrons une récompense à qui nous le livrera ! Méfiez-vous il est dangereux. Vous autres on fouille la taverne ! Trouvez-le-moi !"

Il est vraiment inconscient... Je pense quand même qu'il va s'en souvenir et qu'on ne le reprendra pas deux fois à traiter la rouquine de gamine... Cela dit, il ne faudrait pas qu'elle aille se mettre dans les ennuis, elle en est capable. Si elle use de la magie elle risque d'attirer des ennuis. Enfin... pas comme si je m’inquiétais pour elle, aucun intérêt de s'inquiéter pour la maline, en revanche il faut que j'en profite et qu'on utilise cette diversion pour s'éclipser d'ici. Je donne un coup de coude à Sindbad et lance un regard à Nemo en indiquant la porte du fond d'un signe de tête. Je sais exactement où il faut qu'on aille et j'espère vraiment qu'on trouvera des chevaux parce que ce n'est pas la porte à côté. Les gardes en ont surement qu'ils ont du laisser dehors, en tous cas d'après les bruits de sabots et les hennissements il y en a entre 2 et 3, peut-être 4 maximum.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sindbad
avatar


Nom : Sindbad
Univers original : Great Sandplace
Messages : 110
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t344-toutes-voiles-dehor
Sam 21 Nov - 20:08
Sindbad. Etait. Dans la merde. Mais qu’est-ce que c’était que cette femme qui c’était mis à chialer en parlant de soi-disant promesses de voyages et de bijoux ? Et à côté Nemo qui était mort de rire… Nan mais franchement… Comme si c’était son genre de promettre des trucs aux femmes… encore, des bijoux… mais les emmener en voyage avec lui ! C’était purement hors de question ! La gente féminine, c’est sympa à terre, mais en mer, non ! Ce n’était pas la peine de leur laisser de faux espoirs là-dessus. Un navire, ce n’est pas la place d’une femme. Il n’y avait pas de meilleur moyen pour attirer la poisse. Enfin, certaines mauvaises langues diraient qu’il y a un meilleur moyen, et que ce moyen, c’était d’avoir un Sindbad à bord, mais c’était pur calomnie. Heureusement que Gawain lui donna l’occasion de à la fois de remonter son égo par rapport à ce que la rouquine avait dit plus tôt, et d’espérer changer la conversation en racontant ses prouesses sur le kraken. Malheureusement, cela ne suffit pas à faire lâcher l’affaire à la jeune femme qui renchérit.

- Et donc mon cher pour votre promesse, allez vous la tenir, maintenant que ce monstre est hors d’état de nuire ?

D’un autre côté, il aurait dû s’y attendre. Mais mince ! Il n’avait fait aucune promesse ! Même ivre, il n’aurait pas promit ça ! Ou alors, il aurait fallu qu’il boive vraiment VRAIMENT beaucoup. Nan, même comme ça, ça ne serait pas arrivé. Ouais mais alors pourquoi est-ce qu’elle insistait ? Soudainement, tandis qu’elle s’éloignait pour une raison x ou y, il commença à s’interroger, à douter. Mais mince, quoi il ne se souvenait même pas d’elle… Bon, c’est vrai qu’elle était loin d’être moche mais quand même… Il n’avait quand même pas…

-Et bien mon ami tu as l’air de t’être mis dans de beau drap… Mes félicitations ! Mais si ça peut te rassurer c’est sans doute une belle nuit pour une demande en mariage. Et je suis sûre que personne ne voudrait rater ça…
-Hein !? Une demande en mariage ? Haha ! Elle est bien bonne celle-là !

Haha, ce n’était pas du tout un rire nerveux qu’il nous faisait là, le Sindbad. Mais c’est vrai que c’était drôle. Lui, se marier. La bonne blague. Voilà une chose qui ne risquait pas d’arriver. Enfin… techniquement c’était déjà arrivé. Et ça a été une trèèèès mauvaise expérience. Non pas que sa femme eu été mauvaise ou quoi que ce soit… mais il avait bien faillit mourir dans cette histoire…encore… En tout cas, il n’était pas près de recommencer. Déjà que la première fois, ce n’était pas voulu…Enfin bref, il prit quelques bonnes gorgées de rhum pour chasser ces vilaines pensés de son esprit, tandis que la jeune femme dont il n’avait aucune souvenirs revint vers eux. Il était en train de réfléchir à ce qu’il allait dire pour se sortir de ce pétrin lorsque la porte de la taverne s’ouvrit avec fracas, laissant des soldats entrer, et vu leur air, ce n’était certainement pas pour boire un verre. Immédiatement, Nemo prit l’air d’un gars qui avait déjà bien forcé sur la bouteille, alors qu’il avait à peine bu pendant que la jeune rouquine proposait un verre aux soldats. Mais ces derniers ne semblaient pas intéressés et semblaient chercher « un dangereux criminel ». L’un n’empêche pourtant pas l’autre. On peut chercher un dangereux criminel en prenant un verre. Haaa les soldats…tellement sérieux. Ça devait pas être drôle tout les jours. Enfin, ce n’était pas son problème. Et les voilà en train de distribuer des tracts aux gens.

-Tsss, ils se croient malin à gâcher la fête ?

Sindbad ponctua cette phrase en buvant de nouveau un peu de rhum en regardant ces soldats se mettre à fouiller l’endroit. Il n’y avait rien de mieux pour casser l’ambiance. Quand il venait dans une taverne, c’était pour s’amuser, quoi. Mais d’un autre côté, ce n’était peut-être pas un si mauvais point pour lui que ces trouble-fêtes débarquent. Il sentit Gawain lui donner un coup de coude avant d’indiquer du regard une porte de sortie. Tient tient, le flamant rose avait envie de se faire la malle ? En même temps, ça sentait le roussit toute cette histoire. Ajoutons à cela que Nemo avait semblé un peu suspect… ouais il valait mieux se tirer. Et puis surtout… s’il pouvait se retrouver loin de l’autre folle dingue qui parlait d’amour de et voyages sur des îles exotiques. Ouais, se barrer, c’était le bon plan, à tout point de vue. Sindbad sourit d’un air entendu à ses deux compagnons. S’ils pouvaient partir sans se faire voir et éviter les ennuis, ce serait pas mal. Non pas que le grand Sindbad ne se sentait pas capable d’affronter quelques soldats, mais en plein milieu de la capitale, la situation pouvait vite s’envenimer. Il profita donc d’un moment où les gardes étaient trop occupés à fouiller pour se diriger avec les deux autres vers la porte que le chevalier avait indiqué.

Le légendaire Sindbad était en train de prendre la poudre d’escampette à cause d’une femme un peu trop collante à son gout.
Revenir en haut Aller en bas
Mad hatter
avatar


Nom : Elena Chapelier
Univers original : Wonderland
Messages : 59
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Jan - 22:19
Les Tin men, garants de l’ordre à Fairy tales, des gens surement très bien, si seulement ils ne gênaient pas sans arrêt ses affaires, Maddy se serait surement bien entendu avec certain d’entre eux. Mais les choses étant ce qu’elles sont, la seule chose qui lui passa à l’esprit fut une magnifique insulte et une envie de meurtre grandissante pour celui qui venait de défoncé la porte de SON bar.

L’un des hommes accompagnant Sindbad s’exclama à leur entré, l’air passablement éméché :
- Aaaaaaah Messieurs ! Vous arrivez pile à temps pour la fête !
Et Leprechaun renchérie :
- Je vous sers un verre messieurs ? C'est notre ami juste là qui offre.  en indiquant Sindbad d’un signe de la main.

- Ôtes-toi de notre chemin gamine, on cherche un dangereux criminel en fuite ! VOTRE ATTENTION S'IL VOUS PLAIT !

Celui –ci semblait être le chef, et était passablement suicidaire d’après Maddy pour avoir traiter Chaun de « gamine », elle avait en mémoire le pauvre type qu’elle avait traumatiser après que celui-ci est fait la même erreur. Il déclara en montrant une affiche avec l’image d’un homme encapuchonné dont la seule chose que l’on distingue son les yeux bleus :

- Si vous voyez cet homme nous offrons une récompense à qui nous le livrera ! Méfiez-vous il est dangereux. Vous autres on fouille la taverne ! Trouvez-le-moi !

Bon peut être devait-elle allez les voir, surtout que cette fouille ne l’arrangeait absolument pas, elle avait plusieurs caisses de marchandises pas vraiment légales dans la cave, que l’on rejoignait par la porte situé à l’arrière.

- Bonjour Messieurs, je suis la patronne de ce bar. Je peux vous garantir qu’il n’est pas nécessaire de fouiller mon humble établissement, je suis présente depuis le début de l’après-midi et je n’ai pas vu cet homme.

- Nous fouillons toutes les tavernes de la ville ! La votre doit aussi subir ce contrôle !

- Au risque de paraître impoli envers vous messieurs, pensez sérieusement qu’un homme venant de commettre un crime viendrait le fêter dans un bar ? Personnellement je serais déjà loin de la ville. Mais puisque vous êtes là, souhaitez-vous boire quelque chose ?

- Votre remarque n’est pas fausse, mais  comprenez que c’est une mesure de sécurité pour les habitants.  Jon, va dire au autres de fouillez aussi les alentours de la ville, on ne sait jamais ! En revanche, nous voulons bien une bonne pinte avant de commencer !

Un des Tin men sorti donc pour aller prévenir les autre, plus que 5 à faire partir!

- Je vais vous les chercher, installez-vous je vous pris ! elle indiqua une table proche du mur du fond d’ici vous pourrez observer les clients pour voir si l’un d’eux est votre homme.

Sur ce Maddy alla au comptoir et servit 5 pintes, mais elle ajouta un ingrédient à l’intérieur, un produit qui allait la débarrasser pendant un bon moment de ces importuns clients.
- Voila messieurs, 5 pintes de bières. Si vous voulez bien m’excuser j’ai à faire.

Elle s’éloigna, et attendit au comptoir. Les hommes buvaient leurs pintes en observant suspicieusement tout les clients. D’ailleur l’un d’eux l’observait, elle lui sourit donc tout en continuant de faire ses comptes, mais celui-ci écarquilla les yeux, et se leva en s’exclamant et pointant l'affiche derrière elle :

- Chef, je crois que la patronne est Mad Hatter, le chef de la Mafia !
- J’ignore de quoi vous parler monsieur, j’ai plusieurs établissements dispersés dans Fairy tales, ainsi qu’un magasin de thé à Wonderland, peut être m’y avez-vous déjà aperçu, de plus hormis de trafic de thé, j'ignore de quoi l'on peut bien m'accuser.
- Mais non j’en suis certain, vous portez le même chapeau que lui !
- C’est un modèle à la mode, j’ignorais que cela constituait un crime.

Et alors qu’il allait répliquer on ne sait quoi, il s’écroula sur la table, en ronflant, rapidement suivi des 4 autres qui s’étaient levés pour pouvoir l’arrêter.

- Si ce n’ai pas malheureux, incapable de tenir l’alcool, cette bière n'étai tpourtant pas très forte ! Kerwan, peux-tu les installer dans une chambre ?
- Bien sur, patronne.

Ces Tin men devrait maintenant ce tenir tranquille pour au moins 2 heures, elle avait ajouté un puissant somnifère à leur bière. Elle fit signe à l’un des hommes l'accompagnant pour que celui transfère rapidement la marchandise dans un autre lieu plus sur, comme la boutique de thé, qu’elle possède ici.

Cependant elle s’aperçu à ce moment, que le pirate était en train de se faire la malle avec le chevalier et l’autre homme… et sans payer!

- Sindbad, espèce de sale marin d’eau douce, catastrophe ambulante, voleur !!!  Revient ici, j’en ai pas fini avec toi ! Tu dois payer !

Elle s’élança à leur poursuite, laissant le bar à Kerwan le gérant de l’établissement. Cet homme ne s’échappera pas quitte a le poursuivre jusqu'à l’autre bout de Fairy tales, Maddy se le promettais.
Revenir en haut Aller en bas
La Faucheuse
avatar


Nom : Faustine Death
Univers original : Folklore international
Messages : 22
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t318-death-fun-and-rock-
Mer 10 Fév - 22:32
Entre les morts qui voulaient pas mourir, ceux qui ne voulaient que ça et les autres qui s'amusaient de la situation Faustine commençait doucement mais surement a saturé. Elle avait besoin d'une pause. D'une vraie de vraie et pas de quelques minutes grapiller ici et là. Elle allait prendre une heure pour elle et puis au diable les morts ! Elle avait besoin de se détendre ! Bah quoi ? Vous pensiez qu'être la Grande Faucheuse c'était un boulot peinard ? Et bien que neni mes agneaux !! Fallait être organisé sinon ça devenait très vite le bordel. Et en plus fallait pas oublier de prévenir les Limbes et de s'assurer qu'elles étaient pas encombrés sinon c'était tout le reste qui en patissait !

Donc là c'était décidée ! En plus elle était pas la seule récolteuse d'âme sur le territoire. Elle pouvait bien laissez Mephi se tuer a la tâche le temps qu'elle aille s'enquiller une pinte ou deux d'hydromel non ? Un squelette qui se tue a la tache c'était a mourir de rire vraiment ! Quoi ? Non son humour n'est pas complétement tordu il est juste particulier voilà tout.

Elle est porté par le vent et Soul dans son dos râle un peu mais rien a faire. De toute façon ici les gens oser poser des lapins a la Mort en personne alors elle pouvait bien leur renvoyer l'ascenceur non ? Non mais oh !

Elle finit par se poser délicatement a quelques mètres du bar et eut a peine le temps de se pousser qu'un homme en sortait en courant comme s'il avait la Mort a ses trousses.... Ah explication. Il avait du mettre la main au fesse de la jeune femme qui le poursuivait. Ah ces humains. Tous les mêmes. Elle leur laisse leur parade nuptiale. Quoi le sexe ? C'est quoi ce truc ? La Mort n'a pas le temps de perdre son temps avec ce que le commun des mortels nomment "La Petite Mort". Ils auraient pas pu lui trouver un autre nom sérieusement ? Non parce qu'elle n'aimait pas beaucoup qu'on l'invoque a chaque fois qu'un humain venait d'atteindre le coït après l'accouplement.

C'est sur ces pensées très philosophique que Faustine entra dans la salle et elle jeta un coup d'oeil circulaire. Ce n'était pas la première fois qu'elle mettait les pieds dans une taverne humaine mais en régle général elle venait pour prendre une âme. La déco était assez sympathique mais l'ambiance était un peu refroidi. Surtout en tenant compte des regards qu'on posait sur elle.

- Bah quoi ? Vous avez jamais vu une fille dans ce pays ou quoi ? C'est quand même pas la mort du petit cheval que d'en voir si ?
- Ecoute gamine on a pas le temps de t'embarquer alors sois sage et rentre chez tes parents que ta maman te fasse des couettes

Faustine était peut-être âgée de plusieurs millénaires mais elle restait toujours aussi susceptible sur son âge. Et se faire appeler "Gamine" par un bébé en couche culotte c'était pas spécialement un truc qu'elle appréciait.
C'est d'un pas dansant et un sourire torve sur ses lèvres, déformant son jolie visage de poupée, qu'elle se dirigea vers l'homme ayant parlé. Elle lui arrivait tout juste a hauteur de la poitrine mais ce n'était pas lui qui pourrait lui faire peur. Rien n'effrayait la Mort. Elle était folle et multi-millénaire et puis qui pourrait tuer la Mort ? Elle seule pouvait mettre fin a son existence... Si elle le décidait et elle n'en avait pas envie. D'un geste bien placé elle fit descendre l'homme de quelques étages avant de le chopper par le cou pour l'approcher de son visage, ses yeux étincelant de la folie qui l'habitait.

- Ecoute moi bien le projet d'embryon. J'étais déjà plusieurs fois millénaires que t'étais pas un spermatozoide dans les couilles de ton père. C'est la première fois depuis... Depuis trèèèèèès longtemps que je m'accorde une pause. Est-ce que tu sais ce que c'est que d'être la Mort ? Non ? Et bah crois moi c'est pas de tout repos et je te parle même pas des mauviettes qui essaye de te tuer alors que tu es un concept éternel. J'ai bien envie de t'envoyer faire un tour dans les Limbes mais t'a de la chance ça me prendrait trop de temps alors tu la ferme et tu retourne te saouler dans ton coin compris ?

Elle finit par le relacher et s'éloigne de quelques pas avant de sourire. Elle se retourna, ses cheveux roses et jaunes battant l'air, avant d'aller s'installer a côté d'une rouquine plutôt bien foutue. Quoi ? Elle était peut-être totalement asexuée mais elle savait reconnaitre l'art. Quel déchirement cela avait été d'emmener Léonard. Qui se douterais que la fameuse Joconde était la manière du peintre de mettre un visage humain sur la Mort ? Personne.

- TAVERNIER ! Une pinte de ta meilleure hydromel !

Elle fixe le tavernier avant de soupirer et de regarder les soldats qui fouillent l'établissement. Oh génial. Tu te retiens de frapper ton front sur le bois du comptoir quand Soul décide de se manifester.

- Tu va finir en retard Faust
- POurquoi mais pourquoi faut que y'ai toutes ces emmerdes le jour même ou je peux enfin prendre une pause ? Je vais finir par me dessécher, devenir toute racornie et je deviendrais poussière
- TU ne peux pas mourir
- Ah oui c'est vrai, la Mort qui meurt, admet que l'ironie serait quand même tuante non ?
- Toi la gamine
- Je jure sur les Limbes et le royaume des Morts que le prochain qui m'appelle gamine alors que j'existais déjà au temps des hommes des cavernes se retrouvera avec sa tête dans le cul de son voisin. Qu'est-ce que tu me veux ? J'ai pas le temps de perdre mon temps. Si tu me fais perdre mon temps alors je serais en retard pour aller récupérer les âmes qui me sont dû. Si je ne vais pas les récupérer a temps ce monde sera envahi de fantôme. alors un résumé de ce que tu veux et vite, je suis vraiment pas d'humeur
- T'a frappé mon pote tout a l'heure.
- Ah bon ? Peut-être. Tu sais la Mort n'a pas de mémoire. En particulier quand les personnes que je rencontre ont autant d'intérêt qu'un poisson mort. D'ailleurs quel intérêt cela peut avoir un poisson mort ? Encore s'il est vivant je peux comprendre, la passion de la pêche, le combat de l'homme contre la nature. D'ailleurs pourquoi l'Homme tient tant a s'opposer a la Nature ? Car après tout vous les mortels n'êtes rien de plus qu'éphémère sur cette terre non ?

L'ivrogne la regarde. Elle le regarde. Bref ils se regardent et c'est celui qui détourne le regard qui perd. Manque de pot, a ce jeu là Faustine est très forte.

- Je peux rester là jusqu'a ce que mort s'ensuive mais de nous deux je suis celle qui sera toujours debout. Quoique je suis sûr que te voir tomber en décomposition pourrait se trouver positivement marrant !
- Faust tu recommences.
- Tais toi donc un peu Soul ! Je m'amuse ! ah au fait je m'appelle Faustine. Faustine Death. Enchantée, enfin je crois. On s'est pas déjà vu quelque part ? T'es pas un esprit parce que sinon je m'en souviendrais.

On a beau être la Mort en personne on peut aussi être polie, oui messieurs dames. Et puis autant se présenter correctement a la jolie rouquine a ses côtés non ? Qui lui rappelait quelqu'un. Bof ça lui reviendrais.

- Je veux mon hydromel

Oui la Mort pleurniche et alors ?


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Leprechaun
avatar


Nom : Caitlinn Flynn
Univers original : Folklore Irlandais
Messages : 15
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t380-et-quand-je-pete-je
Jeu 18 Fév - 14:50
Les soldats l'avaient appelée gamine, et c'était une des choses qu'il ne fallait surtout pas faire lorsqu'on s'adressait à Leprechaun. Elle ne complexait pas par rapport à son âge, puisqu'elle trouvait ça flatteur que d'une manière on lui accorde une jeunesse qu'elle n'a pas forcément, mais au sujet de sa taille. Elle s'était mise à fulminer dans son coin, silencieusement, préparant très fort un mauvais coup. Peu importe pourquoi ils étaient là, c'en était devenu personnel.

Elle aurait pu faire tout un tas de choses à ces gardes, leur faire subir un nombre de farces incalculable et elle aurait pu le faire toute la journée, inlassablement. Bien heureusement, elle ne faisait pas ça tous les jours, elle avait un minimum de bon sens malgré tout et pouvait faire preuve de patience. Et puis, elle laissa Madame Chapelier s'occuper du cas de ces rustres avec brio, comme quoi, être dans les bonnes grâces de la patronne ça avait du bon parfois. Elle pourrait facilement se faire avoir si elle décidait d'empoisonner sa boisson d'ailleurs et cette pensée la fît frémir malgré tout. Enfin, ça n'allait pas arriver, n'est-ce pas ? Il n'y avait aucune raison pour en tout cas.

Elle était peut-être un peu trop plongée dans ses idées de mauvais coup d'ailleurs, puisque les trois garçons qui étaient autour d'elle il y a peu s'étaient fait la malle. Elle ne le remarqua que lorsque la pauvre demoiselle se jeta à leurs trousses pour payer l'addition. Oh, elle n'allait pas s'en mêler. Elle paierait pour eux, sans problèmes, mais c'est pas bon pour eux si elle venait à en arriver là. Évidemment, elle pourrait parcourir toute la terre pour traquer celui qui avait offert une tournée pour tout le monde à coup de téléportations succinctes. Elle pourrait aussi, là tout de suite, se téléporter devant eux pour les arrêter, mais elle trouvait ça plus marrant de les laisser tenter de s'échapper pour qu'elle règle leur compte après.

Elle s'était retrouvée seule au comptoir, avec sa chope à siroter tranquillement. Peut-être qu'elle pourrait offrir les gardes à Wendigo, elle est persuadée qu'il saura quoi en faire. Cependant, elle avait un peu peur que la disparition mystérieuse des gardes dans un établissement pourrait faire du bruit et causer préjudice à la gérante et ce n'était clairement pas dans ses intérêts.

C'est alors, qu'à nouveau, le terme gamine fût évoqué. Les gens aimaient bien se prôner supérieurs et à peine à l'entente du terme, elle s'était retournée vers la source de la voix. En effet, il y avait une « gamine », mais c'est le propre du Leprechaun de ne pas se fier aux apparences. Elle posa son regard sur elle, et surtout sur l'altercation qui en découla. Pour une fois que ce sobriquet ne lui était pas adressé, elle se mettait facilement à la place de la Mort. Enfin, pas totalement, car personne ne peut réellement se mettre à la place de la Mort après tout.

Puis la petite personne s'installa à ses côtés, Caitlinn ne broncha pas plus que ça, ça ne la dérangeait pas plus que ça et cette place n'était à personne de toute façon. Et puis c'était assez relatif, la rouquine pouvait changer de place à tout instant, bien qu'elle préfère ne pas faire usage de ses capacités en lieu public.

La patience d'un Leprechaun était souvent relative et variable. Et puis, ce n'est pas vraiment de la patience, mais dans certains cas, c'était plus de la clémence. Mais c'est comme tout, il ne faut pas en abuser et là, ça allait trop loin. Elle avait beau se retenir et de ne pas se mêler de ce qui ne la regarde pas, car la mort semblait de toute façon gérer ça avec brio, mais elle finit par interrompre le duel de regard en décollant un bon gros coup de poing dans la figure de l'homme qui était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase.

« Bordel, j'sais pas ce que vous avez aujourd'hui a casser les noix, mais il serait peut-être un peu temps que vous apprenez le respect un jour ou l'autre ! » Les sourcils froncés, l'irlandaise brailla ce qui avait quand même un peu le luxe de calmer le perturbateur. Elle se rassieds en soupirant et offre un maigre sourire légèrement navré à l'autre demoiselle. « Oh. Caitlinn Flinn à ton service. » Elle teinta sa phrase d'un rire léger avant de reprendre. « J'peux t'offrir cet hydromel ? C'est pour t'avoir volé la possibilité de te défouler un coup. » Elle a un geste de la tête vers l'homme qui les a dérangées il y a quelques instants.

Boire un verre avec la Mort ? Nailed it.

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: And the Story Begins... :: The Land of Oz :: La Cité d'Emeraude-