Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Sindbad
avatar


Nom : Sindbad
Univers original : Great Sandplace
Messages : 112
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t344-toutes-voiles-dehor
Dim 2 Aoû - 22:41
Sindbad passa un coup d’eau sur son visage.  La fraîcheur bienfaisante des courts d’eau était toujours la bienvenue dans un milieu aussi aride, quand bien même on en avait l’habitude.  Cela faisait quelques temps qu’il avait quitté l’Oasis Luxuriante, et la chaleur du désert était vraiment étouffante. Ah, l’étendu bleue de l’océan lui manquait. Et là vous vous demandez « mais pourquoi est-ce qu’il n’y est pas, sur son étendue bleue ? Qu’est-ce qui amène notre sublime aventurier dans le désert ? » Et bien la réponse était simple. Il venait de rentrer de son dernier voyage et, comme à son habitude, il était passé boire un peu beaucoup à la taverne. Et c’est là qu’il avait entendu parler d’une rumeur fort intéressante au sujet d’une caverne, d’un trésor, d’une énigme. Tout ce qu’il faut pour que ça intéresse notre aventurier. Il avait donc traversé le désert en direction de l’Oasis Luxuriante, endroit qu’il connaissait fort bien étant donné les années qu’il y avait passé avant de prendre la mer. Une fois arrivé, il avait prit soin de se réapprovisionner en boisson hydratante avant d’aller s’aventurer dans le désert à la recherche d’une galerie que nul n’avait alors trouvé ! Et il avait ainsi tourné en rond pendant des plombes, sous un soleil particulièrement chaud pour la saison. Il avait pourtant l’habitude de la chaleur de cette région qui était sa région natale, mais quand même, là, il trouvait qu’un petit vent ne serait pas de refus. Enfin bref, après plusieurs heures à fouiller le désert, il remarqua que le fond de son sac était légèrement humide. Après un rapide examen, il se rendit compte qu’un trou était apparu dans sa gourde… qui était maintenant quasiment vide…  Bon, ce n’était pas comme s’il n’avait pas l’habitude d’être sur le point de mourir de soif mais quand même… Du coup il entreprit de se rediriger vers l’Oasis avant de finir totalement déshydraté. Avant d’y arrivé, il trouva un court d’eau salvateur auquel il s’arrêta pour se rafraîchir.

Et nous voici de retour au temps présent où ce brave Sindbad s’aspergeait le visage de ce liquide bienfaiteur. Il ne se gêna pas pour boire également quelques gorgées, humidifiant sa barbe soyeuse au passage. Puis il regarda le court d’eau. En le suivant, il ne tarderait pas à arriver à l’Oasis, il ne devait plus être bien loin… enfin par rapport à tout ce qu’il avait parcouru dans la journée, ce n’était pas loin. Par contre, en regardant mieux, il lui semblait apercevoir quelque chose au loin… Un mirage ? Non. En général, les mirages, c’est quand tu vois un truc cool. Quand tu vois un truc pas cool, c’en est pas un. Loi de Murphy, tout ça. Et peu importe comment on regarde ça, une tempête de sable, ce n’est JAMAIS cool.

-…Manquait plus que ça…

C’est dans un soupir blasé que le marin se releva et commença à marcher dans la direction inverse, tout en choisissant de suivre le court d’eau. Et quand je dis « marcher », je veux dire « courir » parce qu’il n’avait pas des masses envie de se retrouver en plein dedans. Même s’il savait d’avance qu’avec ces trucs-là, courir, ça ne servait à rien. En deux-deux, il se retrouva malmené par des vents extrêmement violents. Sindbad utilisa le pauvre bout de tissu qu’il avait généralement dans les cheveux pour se couvrir le visage de toutes ces particules de sables qui volaient dans tous les sens. Voilà qui changeait des tempêtes en pleine mer. D’ailleurs, la première fois qu’il avait affronté une tempête en mer, il s’était dit « voilà qui change des tempêtes de sables ».  Comme quoi.

Dans tous ce remue-ménage, il ne pouvait même pas voir où il allait. Ses pas allaient de manière aléatoire et surtout comme il pouvait avec ce vent qui changeait autant de sens qu’une femme change d’avis sur la robe qu’elle va mettre pour la journée. Et il finit par heurter quelque chose… Une falaise ? Oh peu importe, de toute façon, c’était à peine s’il pouvait ouvrir les yeux dans tout ça. Une main dessus, il longea donc ladite falaise et très vite, il entendit un grondement, puis il sentit des gouttes d’eau arriver sur son visage. Mais pour le coup, il était tellement fatigué de lutter contre le vent qu’il n’essaya pas de comprendre le pourquoi du comment. Il continua à longer, même si le grondement se faisait de plus en plus fort et de plus en plus insupportable, jusqu’à ce que la falaise disparu sous sa main. Un trou ? Peu importe, il s’y engouffra sans se poser d’avantages de question. Il était désormais à l’abri du sable et il pouvait ouvrir les yeux. Devant lui, un immense tunnel dans la roche. Derrière lui, un rideau de flotte qui tombait. Sans doute une cascade. C’était donc ça, le grondement… Et apparemment, il avait pu se glisser ici entre l’eau et la roche en passant sur le côté.

-Et bien voilà qui devrait me servir d’abri en attendant que cette fichue tempête ne cesse !

Il n'était clairement pas mécontent de s'être sortit de là. Mais maintenant, il était couvert de sable. Il commença à s’épousseter, tout en pensant que cette tempête tombait bien mal… ça allait retarder sa découverte de la fameuse galerie secrète qui… Attend voir… Sindbad suspendit son geste et regarda le tunnel derrière lui. Il cherchait une galerie secrète. C’était une galerie… et caché derrière une cascade, c’était plutôt secret… Est-ce que par hasard… ?

-Hahaha ! Je suis vraiment génial ! J’ai trouvé la fameuse galerie secrète grâce à mon instinct ! Allez, en route, allons chercher cet objet mystérieux !

Oui, bon, c’était surtout grâce à un gros coup de bol, mais ça, on le dira pas. Et puis le coup de bol, c’était à coup de gourde trouée et de tempête de sable, donc comme coup de bol, y a mieux quand même.

Bref, il observa le tunnel qui disparaissait dans l’obscurité la plus totale. Heureusement, Sindbad s’était attendu à ce fait et avait pensé à prendre des torches ! Se félicitant d’avoir eu cette idée de génie, il en sortit un de son sac, ainsi qu’un paquet d’allume-…attend, elles étaient passés où les allumettes ? Il fouilla son sac de fond en comble pour découvrir qu’au fond, il y avait un trou… Et les allumettes étaient sans doute tomber… Pendant la tempête de sable, peut-être… sérieusement… le trou dans la gourde, ça suffisait pas !? Fichu running gag. Bon, c’est pas grave. Il y a mille et une façons de faire du feu ! Voyons, qu’est-ce qu’il avait dans son sac qui pourrait l’aider ? Au bout de quelques secondes de recherches, tout ce qu’il pu trouver était deux cailloux qui n’avaient rien à faire là et qui, miraculeusement, n’étaient pas tombés. Et là, on remercie l’expérience du naufragé qui sait faire du feu avec deux cailloux tout pourris. Avec ces accessoires, il parvint à allumer sa torche et pu enfin avancer dans le sombre tunnel. Quelle longueur pouvait-il bien faire ? Aucune idée. Il finit par arriver à un embranchement devant lequel il s’arrêta. Un chemin partait à droite, l’autre à gauche. Lequel choisir ?

-Bon aller ! On va pas y passer la journée ! Va pour la gauche !

Et au moment où il fit un pas vers ce chemin, un éboulement se produisit et des rochers énormes vinrent bloquer le passage que Sindbad avait choisit.

-…Donc ce sera à droite.

Il y eu d’autres embranchements dans lesquels Sindbad s’engouffrait en prenant bien souvent la mauvaise décision, car la plupart finissaient en un cul-de-sac. Il était obligé de revenir sur ses pas et de prendre l’autre passage. Bien évidemment, il ne manquait pas d’éclairer au mieux qu’il pouvait les parois et le sol. Cela aurait été dommage de passer à côté de l’objet qu’il convoitait sans le voir. Par ailleurs, que pouvait-il bien être ? Sindbad y avait déjà réfléchit lorsqu’il était à la taverne, une fois qu’on lui ait révélé l’énigme. Et son intellect légendaire aidant (ou le rhum aussi, ça aide à réfléchir), il pensait avoir percé à jour le secret de ce mystérieux mystère. Oui, c’est un pléonasme, mais ça renforce l’aspect mystérieux. Il avançait donc en ayant une idée précise de ce qu’il cherchait, en espérant avoir vu juste. Mais il était le grand Sindbad, il avait forcément vu juste !

Soudain, le tunnel l’élargit, laissant place à une salle. Sindbad eu le sentiment qu’il touchait au but. De sa torche, il éclaira le moindre recoin de cet endroit et son sourire s’élargit lorsqu’il trouva enfin ce qu’il cherchait. Oui, c’était ça, il en était convaincu. Il avait effectivement vu juste. Il venait de trouver ce que personne avant lui n’avait trouvé. Il n’y avait pas à dire, il était vraiment génial.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: And the Story Begins... :: The Great Sandplace :: L'Oasis Luxuriante-