Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Headless Horseman
avatar


Nom : Dullahan & son cheval Gan Cean
Univers original : Folklore Irlandais, La Légende de Sleepy Hollow
Messages : 81
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t330-dullahan-le-cavalie
Mar 3 Mar - 2:39
Retour aux sources, gardons la tête sur les épaule et pistons la mienne ! HIHA ! C'est au rythme du trot soutenu de mon fidèle Gan Cean que je redécouvre cette vielle forêt ! Enchanté, c'est comme ça qu'elle était. Enfin je crois, c'est du moins ce que mes orbites dépourvus de globe oculaire ont vu OHOHO ! Je ne me souviens PAAAAAAAAAAS du tout de ce monde, dans ma mémoire, que je suis actuellement en train de rechercher, cette terre ne ressemblait PAAAS DU TOUT à cela MWAHAHAHAHA ! Cette forêt à l'air sage, pourtant, mon chère Gan Cean, tu le sens toi n'est-ce pas ? Elle est habitée et en mouvement ! Comme si les gens se cachaient. QUELLE MERVEILLEUSE IDEE ! Auraient-ils été informés de ma venue ? Savent-ils que leur présence ne m'échappera pas ? Ou bien... Est-ce donc parce que l'autre type nous a expliqué que la magie était interdite à présent ? AHAHAHA ! Qu'ils les crament ces sorciers ! De toute manière, j'ai déjà la tête en feu et la vie loin de moi. Du moment qu'ils me laissent récupérer leurs têtes tant qu'elles sont encore fraiches. Une tête toute noir de suie est beaucoup plus salissante et peu pratique à transporter si elle finit en poussière. Et je n'ai que faire d'un crâne privé de chaire, je ne les différencierais plus. Ce serait dommage, comment pourrais-je leur parler et m'adresser à eux s’ils ne peuvent plus me voir ni m'entendre ?

Mais ! Mon chère Gan Cean, tout comme moi, bien que je n’aie pas de nez, tu sens cette délicieuse odeur ? La chair fraiche de l'être vivant encore entier ! Comment rendre cette merveille olfactive encore plus excitante ? J'entends déjà le bruit des vertèbres craquant au milieu du sifflement aigüe de ma lame dans le vent, ne venant s'assourdir que lors du contacte avec la chair. Brrr ! J'en frissonne déjà ! La première pièce de collection de notre NOUVELLE MAISON YAHAHAHAHAHA ! Je ris à plein poumons avec, vous sentez, ce brun de folie psychopathe dans ma voix ? Notre jour de chance ! Concentres-toi sur le son, tu entends ? Ce grincement infernal, et pourtant mélodieux et agréable, d'un instrument que nous n'avons pas souvent l'occasion d'entendre. Qui jouerait du violon à proximité de moi ? Il faut être fou n'est-ce pas ? Cachez-vous et ne sortez pas de chez vous, pas de tête, pas d'oreille, mais une ouïe double ! C'est parti Gan Cean ! Allons annoncer sa mort à cette "tête en l'air" AHAHAHAHA !

Demi-tour sur le jarret, triple galop direction le violon, si Gan Cean pile devant la cible, sa tête finira à terre. Mais, je crois que par chance pour le musicien, Gan Cean semble aimer le violon, et piétine devant le suicidaire. Pas vraiment habituelle comme tête. Est-ce que nous avons des têtes avec des oreilles de chats ? Mh... Je n'ai pas emmené ma collection d'ici là bas, je n'en ai pas le souvenir, il n'y en a pas là bas. Belle prise n'est-ce pas ?


"Tiens tiens tiens ! Et bien tu apprécies le son de cet instrument mon ami. La chance est avec lui..."

Descendons de Gan Cean, lancer de jambe par dessus le garrot, atterrissage souple, énergique, je m'approche de ce que j'aimerais en trophée, ne dégainant pas mon épée de suite.

"Bonsoir, je vous annonce que vous allez sans doute perdre la tête sous peu, dès que mon fidèle camarade ici présent aura décréter que vos tête sera la prochaine à notre collection. N'essayez pas de mes raisonner, je n'ai moi-même plus toute ma tête et cela ne serait qu'une perte de temps ! Je vous promets une décapitation rapide, sans douleur et propre. Nous ne récupérons tout de même pas des têtes dégoulinant encore le sang ou à moitié déchirées cela va de soit. AHAHAHAHA"

Gan Cean tu arrêtes de danser quand tu veux, on a toute la mort d'accord mais quand même, on ne va pas attendre qu'il se dessèche quand même. Si nous on l'a ce n'est pas le cas de tout le monde.


Revenir en haut Aller en bas
Chat de Brême
avatar


Nom : Pod'Paille
Univers original : Les Musiciens de Brême
Messages : 215
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t313-la-musique-est-la-l
Mar 3 Mar - 19:29
C’était un calme fort agréable qui régnait sur la Forêt Enchantée. Comme souvent. Il y avait peu d’habitants, ce qui expliquait le manque de bruits désagréables qu’on pouvait trouver partout ailleurs. C’était en particulier pour cette raison que Pody appréciait tant se promener dans cet endroit, seul. Il avait laissé ses trois compagnons s’amuser sans lui dans la cabane qui leur servait d’habitat. Il ne détestait pas leur compagnie, loin de là, mais parfois, il aimait se retrouver loin de tout le monde, à contempler la musique de la forêt. Pour lui, c’était une harmonie. Le chant des oiseaux, le bruit du vent dans les feuilles des arbres… tout cela était fort apaisant… et surtout très propice à l’inspiration !

Bien entendu, il ne comptait pas passer sa journée à marcher. Il cherchait un endroit qu’il estimerait convenable afin d’ajouter sa contribution à la mélodie forestière. Et comment déterminer l’endroit idéal ? Bonne question. Le feeling. L’instinct. Ou le moment où il n’arriverait plus à se retenir de jouer. Mais au fil des heures de sa promenade, il finit par remarquer que quelque chose n’allait pas. Dans le paragraphe précédent, on avait mentionné les oiseaux qui chantaient et tout ça… mais là… il n’en entendait plus. Etait-ce déjà la nuit ? C’était étrange. Il ne lui avait pas semblé marcher si longtemps que ça et, de plus, les nuits étaient plus fraîches à cette période de l’année. Son instinct lui disait que quelque chose clochait. Mais il décida de l’ignorer. Il avait une folle envie de jouer. Il comblerait le silence par sa musique. L’inspiration était là, il fallait en profiter. Il repéra un arbre avec son bâton pour l’y adosser, puis il positionna son violon contre son cou, et commença à caresser les cordes avec son archet, puis les notes volèrent en une musique douce, apaisante, mais sans en être déprimante. Pody ne fit plus attention à ce qui se passait autour de lui. Il était dans sa bulle, et rien ne pouvait l’en faire sortir. Pas même un homme sur un cheval qui aurait remplacé sa tête par une citrouille, bien que ce soit hautement improbable.

Pody joua ainsi un long moment, si bien qu’il perdu le fil du temps. Jouait-il depuis une heure ? Six heures ? Trois jours ? Bon, trois jours, il aurait quand même faim. Toujours est-il qu’au bout d’un temps indéterminé, il finit son dernier morceau et sortit de sa bulle. A cet instant, il entendit un drôle de son… comme quelque chose glissant sur autre chose… Il entendait aussi un truc frapper contre le sol… comme des… sabots ? Il y avait aussi un genre de hennissement… un cheval… ce qui confirmait l’hypothèse des sabots… et le glissement était sans doute celui d’un cavalier qui descendait de sa monture. Le son des pas sur le sol qui s’ensuivirent le prouvèrent. Des pas qui venaient d’ailleurs vers lui.

"Bonsoir, je vous annonce que vous allez sans doute perdre la tête sous peu, dès que mon fidèle camarade ici présent aura décréter que vos tête sera la prochaine à notre collection. N'essayez pas de mes raisonner, je n'ai moi-même plus toute ma tête et cela ne serait qu'une perte de temps ! Je vous promets une décapitation rapide, sans douleur et propre. Nous ne récupérons tout de même pas des têtes dégoulinant encore le sang ou à moitié déchirées cela va de soit. AHAHAHAHA"

Pody resta quelques secondes immobile, sans rien dire, toujours en position pour jouer. Quel brusque retour à la réalité. Un instant, vous faites votre art tranquillement, et celui d’après, on vous menace de vous décapiter. Une plaisanterie ? La personne en face de lui riait, ce n’était pas impossible. Ceci dit, ce rire était tout de même emprunt de pas mal de folie, ce qui n’était guère rassurant. Avait-il affaire à un fou ? Il disait lui-même qu’il avait perdu la tête. Quelque part, ça prouvait sa lucidité sur son état. Mais de toute façon, qui était en droit de dire que telle ou telle personne est folle ? En tout cas, son instinct animal pressentait un danger. Et ça, plaisanterie ou pas, c’est jamais bon signe. Ceci dit, Pody était très doué pour garder son sang-froid. Il ne paniqua donc pas le moins du monde. Au contraire. Il abaissa son instrument et sourit à ce mystérieux inconnu.

"Bien le bonsoir à vous. Je ne voudrais en aucun cas vous paraître désagréable, mais je vous avouerai que je préférerais garder ma tête à l’emplacement où elle est actuellement. Croyez bien que je suis navré de ne pas vous permettre de l’ajouter à votre collection… Fort originale, d’ailleurs. Comment avez-vous trouvé l’idée ?"

Soit dit en passant, une collection de tête décapité… c’était tout de même assez glauque… Mais à vrai dire, savoir à quel moment cet homme s’était dit «  Et si je collectionnais les têtes ? Ce serait marrant », ne l’intéressait pas plus que ça. Cependant, Pody n’était pas idiot. Si cette personne avait vraiment l’intention de lui prendre sa tête au sens littéral du terme, il était vraiment dans une situation peu enviable. Fuir n’était même pas envisageable. Pour deux raisons. La première… l’homme avait un cheval. Donc même avec toute la rapidité qu’une personne comme Pody pouvait avoir, il serait impossible de semer un tel animal. La deuxième… C’était que de toute façon, il ne courait jamais. Pas par flemmardise ou quoi que ce soit. Mais étant aveugle, il n’aurait jamais le temps de détecter tous les objets avec son bâton et de les éviter dans sa course. En plus, c’était un coup à le casser. Surtout dans une forêt. C’est tout de même réputé pour être constitué de beaucoup d’arbres. Sans parler des racines, des cailloux, des trucs, des machins.

Par conséquent, la meilleure solution, pour l’instant, était de gagner du temps. Et tenter de commencer une conversation pouvait en faire gagner. Bon, ça n’allait pas lui sauver la vie, mais ça ne pouvait pas jouer en sa défaveur. Et au moins, pendant ce temps, il pouvait chercher une issue de secoure. Mais bon, comme il l’avait d’abord pensé, ça pouvait tout aussi bien être un petit plaisantin qui tentait de lui faire peur, et Pody garda cette idée en tête en espérant que ce soit le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Headless Horseman
avatar


Nom : Dullahan & son cheval Gan Cean
Univers original : Folklore Irlandais, La Légende de Sleepy Hollow
Messages : 81
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t330-dullahan-le-cavalie
Sam 11 Avr - 13:42
Une idée ? MWAHAHAHA ! Cet effronté semble déjà privé d'une partie de ses capacités cérébrales avant même que les liens rattachant son cerveau à son corps ne soient rompus ! Quel idiot ! N'a t-il donc pas vu que je n'avais moi-même pas toute ma tête ?! AHAHHAHA ! A moins que ce genre de chose soit devenue monnaie courante ici. Mhhh... C'est une excellente question. Croisons les jambes, tout en restant sur nos deux pieds, et prenons une pose de réflexion quelques instants ! C'est pour le style bien sûr, réfléchir sans cerveau n'est pas simple ! Bien que je m'en sorte relativement bien, je n'ai pas de pensées cohérentes AHAHAHAH ! Qu'est-ce que je suis dingue HYAHAHAHHA ! Revenons donc à nos réflexions. Qu'en dis-tu Gan ? Tu penses que Fairy Tales à tellement changé que l’apparence même des habitants pourrait avoir autant varié ? Il y avait une légende à une époque comme quoi les morts hantaient occasionnellement certaines terres. Mais à MA mort, PERSONNE n'est jamais venue me cherché et mon esprit errant est devenu ce que je suis aujourd'hui : UNE LEGENDE VIVANTE ! AHAHAHA ! VIVANTE MAIS MORTE HIAHAHAHAH ! Je vais finir par m'étouffer tellement c'est cocasse ! Je ne sais même pas comment je peux encore respirer alors que ma tête n'est plus et que seule ma citrouille flotte sur mes épaules.

Pour en revenir à la question de mon futur trophée, la raison est pourtant bien simple. On m'a pris ma tête, je l'ai perdu et j'en veux d'autres. Non pas qu'elles remplacent ou que je cherche encore la mienne aujourd'hui, mais je trouve ça particulièrement marrant comme situation ! Quand à toi mon chère Gan Cean, ton intervention est là pour mettre du piquant dans mes sélections ! La chance, le hasard, qui aura donc la chance infime de survivre après m'avoir aperçu !


"AHAHAH ! Mais la raison est pourtant simple et visible à voir ma tête ! Alors que la votre fait de la peine à l’extrémité de votre colonne vertébrale, vous pourrez aisément constaté que la mienne n'est plus. Je l'ai donc perdue dans tous les sens du terme et en cherche de nouvelles ! AHAHAHA ! Je n'ai pas la moindre raison d'en chercher, mais l'ironie de la situation m'est particulièrement agréable et je trouve cela particulièrement hilarant ! AHAHAH ! Vous aussi n'est-ce pas ?! Mais quelle ironie du sort, quiconque me voit ne survit jamais bien longtemps... C'est quand tu veux Gan !"

J'attends donc que Gan Cean arrête de piaffer sur place et de nous tourner autour d'un pas régulier. A quoi tu joues ?! On a pas toute la journée !

"Gan Cean ?! Tu m'écoutes ? Tu peux y aller là !"

Il manquait plus que ça... Gan Cean arrêtes de fixer ce violon ! Non on ne collectionne pas les instruments de musique et NON on va pas se mettre a épargner tous les troubadours du coin sous prétexte qu'ils savent jouer ! Et puis si on commence à nous décrire avec précision dans les journaux locaux, que va t-on faire de notre légende qui doit rester un légende et non pas un fait divers nous mettant alors en première page des avis de recherches. Ce serait dommage qu'on y voit ma tête AHAHAHA ! Non mais 2 minutes, mais ce n'est pas drôle du tout ! Gan Cean arrêtes-toi maintenant !

"Tu va quand même pas me dire que t'aimes la musique toi maintenant ?!"

Bon et bien on va planter l'épée dans le sol et s'appuyer dessus avec une tête nonchalante AHAHAH ! Une citrouille nonchalante, c'est très comique ! Surtout quand on sait que je suis toujours des plus enjoué ! AHAHAH ! Mais j'aime l'ironie de cette situation !


Revenir en haut Aller en bas
Chat de Brême
avatar


Nom : Pod'Paille
Univers original : Les Musiciens de Brême
Messages : 215
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t313-la-musique-est-la-l
Lun 13 Avr - 18:48

…Sérieusement  ? Est-ce que la personne en face de lui venait de lui dire qu’il n’avait pas de tête, dans tout les sens du terme ? D’un côté, c’était plutôt difficile à croire. S’il n’avait pas de tête, il n’avait pas de bouche, pas de cordes vocales, donc il ne pouvait pas parler. Il n’avait pas non plus d’oreilles et ne pouvait donc pas l’entendre. Il serait sourd comme un pot. Soit dit en passant, Pody trouvait qu’être sourd était la pire chose imaginable. Il ne pourrait plus entendre le doux son de son violon. Heureusement pour lui, il n’était qu’aveugle. Quoi que là, pour la première fois depuis longtemps, il avait envie de pouvoir voir son interlocuteur. Ce devait être une bien curieuse personne. Il n’avait pas de tête mais il gardait tout ses sens. C’était injuste. Lui qui avait encore la sienne n’en avait plus que quatre. Du coup, effectivement, c’était difficile à croire. Mais d’un autre côté… L’inconnu semblait ne pas avoir remarqué son infirmité. Par conséquent, pourquoi mentir en disant qu’il n’avait pas de tête alors qu’il en avait une ? Surtout pensant que Pody pouvait voir et donc vérifier cet état de fait.
Du coup conclusion : Cet homme n’avait effectivement pas de tête. Pody aurait pu tendre la main pour tenter de vérifier mais tripoter le visage –ou dans ce cas, l’absence de visage- des gens était fort impolie. Il s’abstint donc. Mais pour le coup, la dernière partie de la phrase de son interlocuteur le fit sourire « Mais quelle ironie du sort, quiconque me voit ne survit jamais bien longtemps. ». Il avait bien envie de répondre « Oui mais moi, techniquement je ne vois pas, est-ce que cela signifie que j’ai le droit de vivre ? ». Mais ce n’était peut-être pas le moment de sourire. L’autre semblait vouloir le décapiter. Là, maintenant. Pour de vrai. Et cela lui plaisait moyennement. Pour ne pas dire pas du tout. Il commençait à s’énerver sur son cheval.

"Gan Cean ?! Tu m'écoutes ? Tu peux y aller là !"

Ainsi donc, c’était le cheval qui décidait de la mise à mort ? L’animal aussi avait-il lui aussi perdu la tête ? Peu importe. Mais étant donné que c’était lui qui semblait choisir les victimes, Pody reporta d’avantage son attention sur lui. Mais il n’entendait aucune agitation du côté de l’animal. Il prêtait attention aux bruits des pas qu’il faisait pour savoir où il était. Mais il n’y avait pas de hennissement, pas de sabots qui se loge furieusement dans le sol. Non, il semblait plutôt calme. Il n’avait pas l’air de vouloir l’attaquer. Du moins pas pour l’instant. Ce qui était plutôt bon signe, même si ça énervait l’autre personne.

"Tu va quand même pas me dire que t'aimes la musique toi MAINTENANT  ?!"

Oh ? Ce cheval avait donc de bons goûts ! Pour le coup, Pody oublia le danger de mort imminent. Dès que le mot « musique » se faisait entendre, ça prenait la priorité sur tout le reste. L’hybride ne put s’empêcher d’arborer un grand sourire heureux. Sans même se soucier du fait que la mélomanie du cheval pouvait potentiellement lui sauver la vie, il se dit qu’il allait peut-être avoir la chance de jouer devant un public ! Avoir un retour sur son travail, ça ne pouvait être que bénéfique ! De plus, c’était tout de même la vocation du musicien que de satisfaire les oreilles de ceux qui aimaient cet art si sublime.

-Ainsi donc ma musique t’est agréable ? Dit-il en s’adressant au cheval et en essayant de regarder à peu près où il devait se situer. Je puis jouer un autre morceau pour toi si tu le désire. Oh, vous pouvez également écouter. Ajouta-t-il à l’intention du décapiteur décapité. Je me ferai un plaisir de vous divertir.

Pour appuyer ses mots, il prit position pour jouer, violon contre son cou et archet près à gratter les cordes. Qu’allait-il donc jouer ? Hm. L’homme sans tête devait être contrarié de voir ses plans retardés par sa monture. Pody opta donc pour quelque chose de beau, d’apaisant. Cela siérait parfaitement au calme de la nuit. Maintenant qu’il avait choisit le style, il n’avait plus qu’à laisser son talent de compositeur et sa capacité d’improvisation faire le reste. Il ferma les yeux, bien que ce ne soit totalement inutile. Son archet commença à caresser les cordes de son violon. Et une musique magnifique sortit de l’instrument comme dans un rêve. Pody avait comme toujours cette impression qu’une bulle se formait autour de lui et qu’il se coupait du monde extérieur. Une bulle agréable, paisible. Une bulle dans laquelle il se sentait bien. Une bulle dans laquelle il oubliait tout ses problèmes, même celui d’être sur le point de se faire assassiner incessamment sous peu. Rien ne pouvait gâcher ces moments où il jouait de son instrument. Il ne se soucia pas du temps de sa prestation. Les secondes passèrent, puis les minutes. Il se laissait porter par sa musique. Il n’avait pas besoin de prendre garde au placement de ses mains. Tous ses gestes étaient naturels chez lui, plus encore que le fait de respirer. Il n’avait pas besoin de réfléchir à la note qui allait suivre la précédente. Elle venait naturellement. Tout s’enchaînait à la perfection.

Puis la mélodie arriva à son terme. Pody garda la position jusqu’à ce que la dernière note ait fini de se perdre dans l’obscurité de la nuit. Sa bulle s’évapora doucement. Puis il abaissa son violon et son archet en ouvrant les yeux. Il dirigea son regard à peu près là où l’inconnu s’était trouvé avant qu’il ne commence à jouer pour s’adresser à lui avec un sourire.

-Cela a-t-il été à votre goût ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: And the Story Begins... :: Enchanted Earth :: La Forêt Enchantée-