Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Chat de Brême
avatar


Nom : Pod'Paille
Univers original : Les Musiciens de Brême
Messages : 215
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t313-la-musique-est-la-l
Mer 4 Fév - 21:11
Carte d'Identité

Nom Réel : Pod’paille. Et je vous déconseille de rigoler.
Conte(s)/Folklore d'Origine : Les Musiciens de Brême
Métier : Musicien, violoniste, pour être plus précis
Orientation Amoureuse : Il n’y a que son violon dans sa vie. Relation fort étrange, je vous l’accorde.

Journal Intime


True Story

Il était une fois, par une nuit glacée, une vieille femme qui parcourait les rues sombres d'un petit village reculé à la recherche de quelques objets de valeur parmis les immondices qui ornaient le sol. Quand soudainement, elle entendit un cris. Intriguée, elle chercha d'où il provenait. C'est ainsi qu'elle découvrit, au sommet d'une poubelle, un bébé qui pleurait. L'enfant paraissait humain au premier coup d'oeil, mais certains détails étaient originaux pour une telle espèce. En effet, deux oreilles d'une allure plutôt féline ornaient sa tête et une queue de chat sortait du bas de son dos. Un hybride. Elle n'en avait que faire. Ce n'était pas ça qui allait lui payer de quoi manger. Quoi que. Là, il était peut-être un peu jeune, mais plus tard, il pourrait peut-être lui rapporter de l'argent. En plus, il était à moitié chat. Dès qu'il pourra marcher, il sera inutile de le nourrir, il n'aura qu'à manger les souris. Elle détestait les souris. Elle ramena donc l'enfant chez elle, une vieille cabane en bois construite par son défunt mari. Il n'y avait plus qu'à lui donner un nom. Bah, il était à moitié chat. Pod'paille ferait parfaitement l'affaire.

Le jeune garçon grandit donc dans cet environnement de misère, se nourrissant de rongeurs car la femme qui était censé l'élever ne lui donnait rien d'autre pour se remplir l'estomac. Lorsqu'il eu sept ans, elle l'envoya travailler dans les champs afin qu'il puisse ramener un peu d'argent. Le travail était dur, et la paye bien faible, mais Pod'paille savait que c'était à ce prix qu'il avait un toit sous lequel aller dormir. Enfin un toit... il tombait pas mal en ruine tout de même. Il avait souvent songé à partir, laisser la veille se débrouiller toute seule avec ses souris, mais il n'avait nulle part où aller, donc il resta, tout en espérant qu'un jour, sa vie serait plus joyeuse que ça.

Et son souhait fût exaucé. Une nuit, alors qu'il fouillait les poubelles à la recherche de nourriture car il en avait marre des souris (on ne sait pas où elles ont traînées, parfois, c'était encore plus écœurant qu'une pomme sortie d'un amas de détritus), il trouva des objets étranges. Un truc en bois avec des cordes et un bâton bizarre, avec une corde reliant les deux extrémités. Les deux objets avaient l'air d'aller ensemble, les matériaux étaient similaires. Lorsqu'il fit vibrer une corde, cela produisit un son qui l'amusa beaucoup. Il voulu en savoir d'avantage sur ces bidules inconnus. Il décida de ramener sa trouvaille chez la vieille.

-Ce truc ? C'est un violon. Tu fais glisser le bâton sur les cordes, là, et ça fait de la musique... Il n'a pas l'air en si mauvais état, je pourrais en tirer quelques pièces !

Et elle l'embarqua, malgré les protestations du garçon. Il attendit qu'elle soit endormie pour aller le reprendre. C'était sa trouvaille à lui, après tout, ça lui appartenait. Il sortit et commença à essayer de jouer, suivant les indications vagues que lui avait donné sa tutrice. Ses premiers essais faisaient plus mal aux oreilles qu'autre chose, si bien qu'il se demanda comment c'était censé donner un truc joli. Mais il se montra patient et continua toute la nuit. Au matin, la vieille était furieuse de la disparition de l'objet. Elle le chercha partout. Pod'paille se garda bien de lui dire qu'il l'avait prit et où il l'avait caché. Après tout, elle le considérait plus comme une chose que comme une personne alors elle ne pensa même pas à l'accuser. Après ça, Pod'paille continua de jouer chaque soir et il finit par devenir très doué et fût vite capable d'improviser de sublimes morceaux. Plus ça allait, plus il avait envie de jouer, si bien, qu'il oubliait d'aller travailler une fois le jour venu. Résultat, il ne ramenait plus d'argent. La vieille femme lui faisait des reproches mais il n'en avait que faire. Il ne voulait pour faire cet insupportable travail. Il voulait faire de la musique.

-Tu ne me sers plus à rien !

Et qu'est-ce qu'on fait de quelque chose qui ne sert plus à rien ? On s'en débarrasse. Elle l'emmena en ville afin de le vendre. Il fût acheté par une famille riche qui cherchait un serviteur pas trop chère. Il fût alors emmené dans une maison. Une vraie maison. Une grande maison. Pod'paille ne pensait pas que quelqu'un puisse posséder autant d'argent. Ses conditions de vie se trouvèrent grandement améliorées. Bon, en tant que serviteur, il n'était pas très bien traité, mais être considéré comme un objet, il avait l'habitude. Il n'empêche qu'il passait ses journées à travailler à l'intérieur, au chaud, plutôt que dehors, avec un temps rarement favorable. La nuit, il dormait dans un petit bâtiment réservé aux serviteurs de la maison. Ce n'était pas le grand luxe mais le toit ne menaçait pas de s'effondrer. La nuit, il sortait de l'enceinte de la résidence par un petit trou dans le muret qui en faisait le tour et il allait retrouver son violon caché dans un buisson (les employés n'avaient pas le droit de posséder des affaires personnelles). Le jour, il admirait les habitants de la maison. Il est vrai que c'était énervant que ces gens aient autant d'argent alors que d'autres mourraient de faim dehors. Mais d'un autre côté, leurs manières, leur façon de parler, de se comporter, c'était tellement plus gracieux que ce dont il avait l'habitude. Entre « Pardonnez-moi, pouvez-vous vous décaler, que je puisse passer, je voue prie » et « Dégage de là sale nabot », il y avait une différence assez flagrante. Pod'paille se mit à parler comme eux, c'était tellement plus élégant. C'est à cette période que le garçon apprit certaines valeurs comme la galanterie. Cette vie était une nette amélioration par rapport à la précédente, mais elle manquait tout de même de liberté.

Et puis un jour, alors qu’il avait 15 ans, tout bascula.

Des cris, de la chaleur, des flammes, un incendie ? La maison prit feu pour une raison inexplicable. Pod’paille tenta de s’échapper mais il était piégé. Une poutre tomba, projetant des particules enflammées qui lui brûlèrent les yeux. Il poussa un hurlement de douleur. Toute la poussière, toute la chaleur lui fit perdre connaissance dans le bâtiment en feu.

Il ne sut comment il avait survécu. Quelqu'un avait dû le sortir de là. Ou peut-être que comme il était à moitié chat, il avait neuf vies, mais cela semblait peu probable. Toujours est-il que lorsqu'il ouvrit les yeux, il entendit des remarques d'une voix qu'il reconnu comme étant celle du maître de maison, qui semblait soulagé de la voir vivant car ça lui faisait un serviteur de moins à racheter. Oui, il l'entendait. Mais pourquoi ne le voyait-il pas ? Pourquoi ne voyait-il rien ? Tout était noir. Faisait-il nuit ? Alors pourquoi ne pas allumer une bougie ? Il posa d'ailleurs la question.

-Excusez-moi, maître, mais pourquoi ne pas mettre un peu de lumière ?


Un silence. Puis il entendit des mouvements près de lui.

-Il est aveugle.
-Aveugle !? Moi qui me réjouissait de faire des économies de serviteur ! Débarrassez-vous de lui, il ne sert plus à rien dans un tel état !


Et sans ménagement, il fût mit à la porte. Comme on jetterait un objet cassé à la poubelle. Plus que de la tristesse ou de la rage, Pod'paille sentit la panique le gagner.
Il ne voyait rien.
Il mit ses mains juste devant ses yeux dans l'espoir d'apercevoir ne serait-ce qu'une forme. Mais rien. Que du noir.
Qu'allait-il faire ? Il n'avait nulle part où aller.
Et il était aveugle.
Son violon.
Il lui fallait son violon. Il avait besoin de lui.
A tâtons, Pod'paille longea le muret de la résidence. Il ne voyait pas, mais il connaissait l'endroit. Il allait bien finir par le retrouver. Il le fallait. Il fouilla tous les buissons alentours et il fût soulagé lorsque enfin il sentit ses doigts sur le bois qu'il avait touché un nombre incalculable de fois. Il le prit, ainsi que l'archet à proximité et joua. Aussitôt, toutes ses angoisses disparurent avec le son des notes qui s'élevaient dans les airs. Il ne savait pas où aller. Il ne savait pas quoi faire. Il était aveugle. Il était inutile. Mais il avait son violon. Et c'était plus important que tout le reste. Il joua des heures et lorsqu'il arrêta, il sourit à la pensé qu'il valait mieux avoir perdu la vue plutôt que l'ouïe.

Mais jouer de la musique ne remplit pas l'estomac. Pod'paille chercha un travail. Il se dit que dans une si grande ville, il finirait bien par trouver. Mais personne ne voulait s'encombrer d'n handicapé. Plusieurs fois, il aurait pu totalement perdre espoir. Mais il avait sa musique. Et à chaque fois que son moral baissai, il n'avait qu'à jouer pour se sentir mieux. Pour se nourrir, il songea à recommencer à chasser les souris. Mais sans sa vue, c'était devenu une tâche bien trop compliquée ne serait-ce que de courir. Et puis il était grand maintenant. Et l'idée de remanger des rongeurs ne l'enchantait pas. Certes, il était à moitié chat, donc ça rendait la chose supportable, mais il était aussi à moitié homme, et ça rendait la chose vraiment immonde. Immonde, mais supportable. Résultat... Retour aux poubelles... Il jouait également dans la rue, dans l'espoir que quelques personnes à l'âme charitable lui donne une pièce, mais dans cette ville, il y avait soit des gens très riches qui n'avaient que faire de son art, soit des gens très pauvres et qui donc étaient dans la même situation que lui. Il pensait qu'il n'allait jamais s'en sortir lorsqu'un jour, alors qu'il improvisait un morceau particulièrement beau, deux personnes approchèrent et l'écoutèrent jusqu'à la fin. Puis, ils s'adressèrent à lui en ces termes.

-Tu as l’air doué pour la musique. Nous allons à Brême pour devenir musiciens, tu te joints à nous ?


Pod'paille ne sut quoi réponde et resta un moment sans rien dire. Avant de leur donner une réponse, il leur signala son handicap et s'attendit à ce qu'ils se rétractent et repartent sans rien ajouter. Mais ils rigolèrent et lui dirent qu'il avait beau être aveugle, il avait tout de même un talent fou. Il fut surprit de cette réponse. Pour la première fois, on s'adressait à lui en tant que personne et non en tant que chose ou que quelqu'un d'inutile. Il était aussi très heureux de trouver des gens qui partageaient sa passion pour la musique. Il décida donc de les suivre. Sur le chemin, ils trouvèrent une quatrième personne qui les rejoignit également. Formant ainsi un quatuor, ils se dirigèrent vers la route de Brême. Une nuit, ils s'arrêtèrent dans une forêt. L'un d'eux aperçut une cabane et ils décidèrent d'aller voir s'ils ne pouvaient pas y dormir. Après quelques minutes d'espionnage, il s'avérait que cette cabane appartenait à des bandits et qu'ils étaient en train de manger à s'en faire péter la panse à l'instant même. S'ensuivit une délibération discrète entre les musiciens. Ils avaient tous les quatre vraiment VRAIMENT très faim. Et il faisait froid dehors. Ils décidèrent donc de piquer la cabane. Pod'paille trouvait ça fort impoli mais bon, c'était des voleurs, après tout, ils n'avaient qu'à se trouver une autre planque. A la guerre comme à la guerre. Ils réussirent à chasser les voleurs et à prendre possession des lieux. Les brigands tentèrent de revenir plus tard dans la nuit, les musiciens les chassèrent une nouvelle fois et ils ne revinrent plus.

Finalement, cette cabane était plutôt sympathique alors ils décidèrent de s'installer définitivement ici. Aujourd'hui encore ils y sont, sortant parfois de la forêt pour aller jouer dans la ville la plus proche, histoire de faire profiter les habitants de leur talent.

Note : Je n'ai que peu détaillé la partie avec les autres musiciens de Brême pour laisser un maximum de liberté aux éventuels futurs joueurs qui auraient envie de jouer un des musiciens.
Believe Heart ♥

Pod'paille est le genre de personne qui essaie d'être agréable aux autres en toutes circonstances. La vulgarité est proscrite chez lui et vous ne l'entendrez jamais jurer ou dire de gros mots. Après tout, ces choses-là ne sont pas belles. Et Pody, il aime les jolies choses. Et là vous me direz « mais il est aveugle ! Il ne peut pas voir les jolies choses ! » Et vous avez en partie raison. En effet, il ne peut pas les voir, mais il peut les entendre. La beauté n'est pas toujours visuelle, sachez-le. D'ailleurs pour lui, la beauté est avant tout auditive. Il déteste les sons désagréables, tels qu'une craie qui fait « kriiiii » sur un tableau encore plus que les personnes ordinaires. Peut-être parce qu'il a une ouïe sur-développée. Oui parce que peut-être qu'il ne voit rien, mais même le plus discret des voleurs ne pourrait pas entrer dans la même pièce que lui sans que Pody ne s'en aperçoive. Impossible de le prendre par surprise, il vous entendra toujours arriver. Ses oreilles ne sont vraiment pas à prendre à la légère. Peut-être parce qu'il en a quatre. Ou alors c'est une sorte de compensation par rapport à la perte de sa vue.

S'il déteste les bruits désagréables, il apprécie d'autant plus ceux qui sont mélodieux, harmonieux, bref, qui font des petits nuages en chocolat dans ses oreilles. Pour lui, le monde devrait se résumer à ça : des sons agréables. Et bien évidemment, la chose la plus belle qui existe à ses yeux (enfin, façon de parler), c'est la musique, à laquelle il consacre toute sa vie, toute son âme.

De plus, il se veut un vocabulaire irréprochable. En l'entendant parler, on peut facilement le prendre pour une personne issue d'un rang important ou d'une quelconque famille riche, mais en apprenant à le connaitre, vous verrez qu'il lui manque une chose : l'arrogance. Certes, il a tout de même sa fierté, mais il ne rabaissera jamais personne, considérant que tout le monde est égal. Par conséquent, il est l'égal des autres, et non inférieur, même s'il a souvent entendu le contraire.

Il est également un très bon compagnon, toujours à l’écoute des autres à défaut de pouvoir les voir et fera ce qu’il peut pour aider en cas de nécessité. Toujours franc, il vous dira toujours ce qu’il pense. Il fera peut-être une formulation spéciale si ça risque de ne pas vos plaire, mais il ne vous mentira pas si vous lui demandez son avis. Après, ne lui demandez pas comment il trouve votre nouvelle robe, ce serait un peu stupide. Il n’est pas non plus d’un naturel très bavard. Bien sûr, parler avec les autres, ne le dérange pas, du moment que l’autre en question n’a pas une voix immensément désagréable, mais il fera rarement le premier pas pour aller aborder quelqu’un.

D’un naturel calme et réfléchit, il n’est pas du genre à sauter partout pour montrer au monde sa joie de vivre. Mais il semble tout de même être toujours de bonne humeur, et il le montre par son élégant sourire sur ses lèvres. Et s’il peut être déprimé en de rares occasions, il tentera de le cacher, plus ou moins bien suivant le degré de déprime atteint. Mais en général, il lui suffit de jouer un peu de musique pour se remonter le moral. Ce n’est pas quelqu’un de compliqué et il applique à la perfection « il en faut peu pour être heureux », il faut se satisfaire d’un petit air ~. Du coup, il n’est pas du genre à se prendre la tête et préfère mener sa petite vie simple dans sa forêt. La politique ? C’est leur problème. Lui, il vit dans une forêt avec ses compagnons, alors les lois sur les magiciens à brûler et autres choses morbides, il n’en a que faire.

Après, il peut, très très trèèèèèèèès rarement se montrer en colère. Il y a peu de choses qui l’énervent. Déjà, évoquer, et même pire, se moquer de son prénom. Il est extrêmement complexé par rapport à ça. Evidemment, il le déteste et il a horreur que quelqu’un lui rappelle qu’il a un prénom ridicule. Il vaut mieux l’appeler par un diminutif ou un surnom. Mais jamais par son vrai prénom. Sinon, vous serez aussitôt victime d’un regard plus sombre que le trou noir dans le cerveau d’un éléphant dirigé approximativement dans votre direction. Deuxièmement, son violon. Si. Vous. Abîmez. Son. Violon. Vous. Etes. Mort. Sérieusement, même si la violence, c’est pas joli joli, vous vous prendrez un coup de bâton bien placé. Et malgré son apparence chétive, quand il est énervé, il peut faire mal. Alors ne lui faites pas la blague de « Oh, je vais cacher son violon, comme ça il va flipper à mort » parce que oui, il va flipper à mort. Et vous devriez en faire de même.

Et j’ajouterai un dernier petit paragraphe par rapport au fait qu’il soit à moitié chat. Dans son comportement, ça peut se voir. Déjà quand il monte dans un arbre et qu’il refuse d’en descendre. C’est les gènes, c’est comme ça. Quand il bâille, ça ressemble plus à un miaulement qu’à un bâillement à proprement parler et lorsqu’il a une tâche sur son visage, il se lèche d’abord la main, pour ensuite essuyer la tâche, comme un chat qui fait sa toilette. Ce sont certains détails qu’on ne voit pas forcément mais qui sont amusants à remarquer.
How I look Today ?

Pod'paille est humanoïde. J'entends par là qu'il se tient sur deux pattes, je dirais même deux pieds, qu'il a deux bras, deux jambes, un corps et une tête. Il n'est pourtant pas complètement humain.

Tout d'abord, il est plutôt grand, mince et sa peau est plutôt pâle. De plus, il adopte une posture impeccable, le dos droit. On est loin d'une grosse brute qui fait peur aux enfants dans la rue, je vous l'accorde. Cependant, Pody ne cherche nullement à effrayer les gens donc c'est une bonne chose.

Pour entrer un peu plus dans les détails, les traits de son visage sont fins. Il a des cheveux fins également, raides et bruns qui vont jusqu'à ses épaules. Il a une frange qui va sur les côtés de son visage et atteint presque ses yeux d'un rouge vif qui donnent un regard qui se veut consistant. Pody fait de son mieux pour ne pas avoir le regard vide et essaie de faire comme s'il regardait quelque chose. Lorsqu'il parle à quelqu'un, il essaie toujours d'estimer à peu près où sont les yeux de la personne pour y diriger de manière plus qu'approximative son regard, ne serait-ce que par politesse ou pour rendre la conversation plus agréable pour son interlocuteur. Après, son visage ne s'arrête pas là, bien évidemment, il a également un nez fin et une bouche arborant un léger sourire.

Après, j'ai dit qu'il n'était pas totalement humain. En effet, si vous avez lu ne serait-ce que mon pseudo, vous vous doutez qu'il a un petit côté félin. Effectivement, cela se traduit de manière la plus flagrante au niveau de sa tête, surmonté par une paire d'oreilles de chat orange, et au niveau du bas de son dos, démarre le début d'une longue queue de chat de la même couleur que les oreilles. Il peut également sortir les griffes alors attention à ne pas lui chercher des noises. Il doit également à son côté animal son agilité et son sens de l'équilibre. Il peut facilement retomber sur ses pattes quand il tombe de haut. Bon, pas trop haut non plus, hein, s'il saute d'un immeuble de trente étages, il meurt, quand même. Et puis dernier détail par rapport à ça. Avant, il était nyctalope. Mais ça, c'était avant.

Et pour finir, la tenue vestimentaire. Pod'paille accorde de l'importance à son physique. Un peu contradictoire pour quelqu'un qui ne voit même pas son reflet dans un miroir, je vous l'accorde. Aussi, ses cheveux seront toujours bien coiffés, pas un poil de pilosité sur le visage et sa tenue, toujours soignée. Généralement, il porte un long manteau avec un haut simple et un pantalon qui n'a rien d'exceptionnel, ainsi que de grandes bottes. En soit, ça casse pas trois pattes à un canard unijambiste, mais il les porte correctement, pas de t-shirt déchiré à moitié mit dans le pantalon. Non, non, soigné j'ai dit !

Et ce sera tout !

Auteur


Pseudo :… Pody ? Ou IPod, enfin comme vous voulez xD
Double Compte : Nop
Mais encore ? Ah bah c'est malin tu m'as mit la chanson dans la tête ! ><



Dernière édition par Chat de Brême le Mer 13 Mai - 13:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Headless Horseman
avatar


Nom : Dullahan & son cheval Gan Cean
Univers original : Folklore Irlandais, La Légende de Sleepy Hollow
Messages : 81
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t330-dullahan-le-cavalie
Mer 4 Fév - 21:32
Tu es des nôtres !


Re bienvenu Pody ! Bien évidemment on te valide, pas de soucis. Et c'est très ironique que tu ais une "musique" dans la "tête" (j'ai pris ce compte uniquement pour cette blague oui...).
Aucun soucis en particulier, très bien comme la première version quoi. A la fois drôle et émouvant je dirais même. On va faire un truc pour faire la promo des personnages qui ont besoin d'être joué je pense, histoire que tu ais des copains x)

Bon jeu !

Votre Dévoué Staff
Revenir en haut Aller en bas
Chat de Brême
avatar


Nom : Pod'Paille
Univers original : Les Musiciens de Brême
Messages : 215
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t313-la-musique-est-la-l
Mer 4 Fév - 21:36
Oh merci je veux des copaiiiiiiins ><
En tout cas merci pour les compliments, merci pour la validation et merci pour la blague qui m'a bien fait rire XD
Revenir en haut Aller en bas
Beast
avatar
I'm a monster

Nom : Adam Beast
Univers original : Beauty and the Beast
Messages : 537
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t315-memoires-d-une-bete
Mer 4 Fév - 21:39
Pour l'instant je laisses ta fiche là t'inquiètes pas c'est histoire qu'on l'archive pas avec les autres x)


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: Premières Pages :: Il était une fois... :: ... ton histoire :: Histoires Publiées-