Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Invité
avatar
Invité

Jeu 15 Aoû - 21:50


Mission Incognito
Les robes de soies virevoltaient au rythme des violons et instruments à vent, les rubans flottant dans l’air étouffant de la foule qui valsait gaiment dans la grande salle du bal de l’opéra de la Mascarade. Le plus dur était sans doute de rester à la surface de cette marée dansante qui noierait sans problème ceux qui n’y prennent pas garde. Les serveurs, petits navires ravitailleurs, naviguaient avec peine dans cette tempête, pour servir les fabuleux danseurs. Il suffisait de tendre le bras pour obtenir une coupe de champagne et autre canapé de saumon. Toutes ces vagues me donnent la nausée. Planqué à l’écart, au bord de cette masse tourbillonnante, j’observai cette salle de bal avec attention, à la recherche de deux frimousses bien connues. Repérer le maitre des lieux, le connaissant depuis son plus jeune âge, ne serait point difficile pour mon œil de lynx. Sa magnifique compagne, au premier regard, attirait tout aussi l’attention. Si seulement les invités savaient que sous ces traits se cacher un homme mur et à la langue bien pendue…

Le voir dévaler l’escalier un peu plus tôt dans la soirée, vêtu de cette robe blanche et brodée d’or m’avait d’abord laissé sans voix. Puis ma curiosité avait pris le dessus. Dire que j’avais prévu de venir à ce bal serait un très beau mensonge, mais il ne m’avait pas fallut dix minutes pour me décider. Mais qui ne l’aurait pas deviné, me connaissant ? Je ne pouvais point laisser messire Adams et monsieur Belle partir au bal seul, sans personne pour veiller au grain. Cette soirée devait les rapprocher, il n’en pouvait autrement ! Je ne sais pas ce que Lumière en pensera, ni ce qu’il fera, mais rester avec lui, seuls au manoir sans savoir ce qui allait se passer entre ces deux là était pour moi tout à fait impossible.

J’avais ouvert mon armoire en grand, à la recherche du vieux costume de réception de mon bien aimé père. Je n’avais jamais eu l’occasion de porter cette étoffe verte brodée d’or, veston en queue de pie décoré par des boutons soignés. J’étais resté en contemplation devant ce costume dont j’avais prit soin depuis la mort de mes parents. Je l’avais enfilé soigneusement, lissant les plis de mes mains aguerries. Le masque doré assorti sur le bout de mon nez, cachant ainsi mon visage à la perfection, il ne restait plus qu’à ajouter mon beau chapeau plumé pour terminer le tableau.  

Ne me préoccupant ni de Lumière, ni du reste du manoir, j’étais en direction des écuries, sans aucune discrétion, le pas pressant claquant sur le carrelage. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’étais devant mon fidèle destrier. Ce fier Tic-Tac n’était pas vraiment heureux de sortir de son étale, paresseux qu’il était, mais sellé à la va vite, je ne lui avais pas laissé le choix. Il faut dire qu’un cheval aussi mou que lui doit être introuvable. Exactement ce qu’il me fallait, vu mes talents de cavalier qui me permettait tout juste à garder mes fesses sur la selle. Et ainsi, j’étais parti au galop vers le fameux bal.

Un serveur me proposa un verre de vin, que je refusai poliment. L’alcool n’était pas ma spécialité, et rentrer ivre au manoir détruirait ma réputation. Et surtout, je n’avais point trouvé la seule chose qui m’intéressait dans ce bal, mon maitre et son compagnon. Les autres potins étaient tout aussi intéressant, mais loin d’être mon objectif premier. Quoique l’agent Pig et ce dénommé Nemo était un centre d’attention assez particulier, mais l’arrivé d’un petit régurgiteur d’alcool m’avait détourné de cette histoire.

Ne souhaitant pas m’attarder prêt du vomie frais, j’étais parti vers un autre coin de salle. Une jeune femme à forte poitrine accompagnait d’un aveugle, semblait-il, tentaient de résoudre un puzzle, histoire pas assez passionnante à mon gout. Et je retrouvai ce sergent Pig avec un jeune garçon assis derrière un pot de fleur, lui aussi dans son puzzle… On croisait pas mal d’énergumène à ce bal. Et puis, qu’elle est cette histoire de puzzle ?

C’est ce moment que choisit une serveuse pour me tendre une lettre toute déchirée sur un plateau. Et bien la voilà cette réponse ! Ce qui me laissait le choix entre résoudre un puzzle qui m’intriguait un peu, ou chercher encore Messire Beast et son ami Belle. L’ambiance virevoltante de ce bal ne prêtait pas à la réflexion, et lorsqu’une jeune femme me proposa une danse, je ne sus que répondre. C’était peut être un moyen pour moi d’entrer dans cette masse de gens dansant sans avoir l’air louche. J’acceptai donc, plus par intérêt que par plaisir, malgré tout le charme de cette personne.

Et ainsi, je dansais, cherchant du coin de l’œil l’objet de mes potins si chers. Je me laissais porter par la vague, rythmée par une musique enivrante. J’en oublierai presque ma curiosité. Depuis ce nouveau point de vue, le bal semblait tout autre, ne ressemblant plus à cette masse désordonnée, mais à une chorégraphie distinguée et rangée telle la course des aiguilles sur une pendule. Pas un faux pas, toujours à la bonne seconde, on dirait les engrenages d’une horloge sortie de chez l’horloger ! C’était comme si j’étais dans une montre ! Le paradis !

Mais perdu dans ce rêve, j’écrasai le pied de ma partenaire, qui me flanqua une gifle avant de partir. Brutal retour à la réalité. Je retournai aussi discrètement que possible hors de la mer redevenue turbulente. Fini les rêves de pendule. Secouant la tête, je sorti prendre l’air quelques instants à la fenêtre ouverte, attrapant une flute de champagne au passage. Tant pis pour l’ivresse, il fallait profiter un peu, maintenant que j’étais là. Réajustant mon masque d’une main, je soupirai. Finalement, passer la soirée à chercher deux personnes parmi cette foule n’était pas aussi enchanteur que ce que j’espérais, alors autant se défouler un peu, pour l’une de mes rares soirées de libres.

Ce soir, c’est la fête ! Et le service a intérêt à être impec !

Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 16 Aoû - 12:39

Bâfouer ainsi une telle confiance était pour André un acte d'une bassesse extrême ; comment avaient-ils pu le laisser seul derrière ? Belle et le Maître devaient certes partir en tête, mais rien n'expliquait la trahison de son cher ami majordome. Bal honorifique ou pas, il irait éclairer la cérémonie de sa présence et obtiendrait de même une revanche bien méritée. Bien évidemment, il fallait pour cela qu'il passe inaperçu et il avait déjà un plan machiavélique à mettre en place pour réaliser le fruit de sa vengeance.
Bichonné, il regarda sa silhouette dans le miroir avant d'afficher un rictus satisfait. Badigeonné de poudre et recadrant la perruque sur son visage anguleux, il afficha un rictus maléfique en déposant le loup sur son nez. Bêtement, il se surprit à rire de sa propre image et prononça d'une voix faussement féminine une phrase destinée à celui dont il voulait se venger.

"Brute ! Braver ainsi la confiance d'une amie n'est point digne du gentilhomme que vous êtes !"

Ballerines aux pieds, il se dirigea vers l'écurie où il sella lui même Briquet, en soulevant ses jupons au maximum, laissant apparaître en dessous un pantalon d'équitation préparé à l'occasion. Briquet était une brave bête mais loin d'être le meilleur destrier du monde ; il équivalait sans l'ombre d'un doute les talents de cavalier de son propriétaire : bof. Brûlant de désir de se retrouver déjà sur place, André afficha tout au long du trajet un sourire inquiétant, fronçant les sourcils sous son masque. Bien évidemment, il faudra qu'il pense à remercier le Maître d'approvisionner si généreusement la salle des costumes du château après la cérémonie.
Balbutiant quelques mots au réceptionniste, il entra alors dans une salle de fête comme il n'en avait plus connu depuis longtemps. Babélique par les moyens dépensés, le bal était somptueux. Bacchus lui même serait jaloux de tant de festivités : alcool, nourriture à foison, danses courtoise, musique de goût, costumes affriolants... Bienvenue dans le pays des Rêves ! Bercé par cette ambiance entraînante, André se permit de passer la salle en revue. Belle et le Maître n'étaient vraiment pas difficile à repérer tant par leur prestance que par l'espace laissé autour d'eux. Bavardant bruyamment, quelques convives se régalaient avec un puzzle sympathiquement distribué dans des enveloppes. Bizarrement, il ne put se retenir d'en prendre une également, se dirigeant vers une chaise pour se soumettre à l'énigme. Big Ben apparut alors dans son champ de vision : il n'en fallut pas plus à Lumière pour se remémorer la raison primaire de sa venue après son inquiétude pour Beast.
Battant la chamade, son cœur fut douloureux pendant qu'il invitait son camarade à danser : si son déguisement ne marchait pas, il était foutu ! BÂTARD ! Big Ben semblait trop perdu dans ses pensées pour même daigner se préoccuper de la danse ! Bon, s'il voulait jouer à ça, il n'y avait qu'à en profiter ! Bénévolement, André fit un faux pas pour que le majordome ne puisse faire autrement que de lui marcher sur le pied.
Baffe !
Bien fait pour lui, ça lui apprendra à trahir ses amis ! Bénéficiant de l'attention de l’audience, Lumière ne voulut pas attirer davantage l'attention sur lui pour le moment, son déguisement de fortune ne pouvait lui permettre ce luxe. Bazardant son cavalier de danse, il fit semblant de s'intéresser au buffet avant de le suivre vers la fenêtre, face à la mer. Beuglant pour se faire entendre, il n'abandonna pas sa fausse voix féminine.

"Batifoler n'est pas votre tasse de thé, mon ami ! Baladons nous où il y a moins de monde s'il vous plait, crier me fait mal à la gorge..."

Bousculant la manchette de son interlocuteur, il tenta de l'attirer dans un coin plus paisible afin de reprendre éventuellement une voix moins factice. Bâillonné par son rôle, il se pencha alors sur son épaule avec une tête fort inquiétante avant de chuchoter au creux de son oreille quelques paroles bien viriles.

"Ben, je te conseille vivement de me suivre, on a des comptes à régler entre bons vieux camarades... Bâbord toute, on fait semblant de jacasser comme un "couple" en s'éloignant ; si tu as le malheur de vouloir compromettre mon déguisement, je te ferai taire d'un moyen qui doit m'enchanter au moins autant que toi."

Bécoter Big Ben l'enchantait même encore moins que ça mais si cela était le seul moyen de parvenir à ses fins, il s'y résoudrait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Ven 16 Aoû - 13:38


Mademoiselle ?
Rêvassant devant ma fenêtre sur la beauté du lieu, je ne remarquais qu’après coup mon ancienne cavalière effarouchée qui avait osé me gifler. Que me voulait-elle encore ? Ma joue portait surement la trace de sa fine main, voulait en marquer l’autre ? D’abord sceptique, je la suivis à contre cœur, dans un coin plus éloigné du brouhaha qui régnait dans la salle de bal.

« Si c’est pour votre pied, sachez que ma joue en souffre tout autant… »
Mais la demoiselle semblait penser tout autre chose, se rapprochant de mon épaule pour me murmurer quelques paroles trop viriles pour une dame de son genre. Une dame… Non, voyons, ce n’est que Lumière qui semble avoir décidé de faire comme Belle : se travestir royalement. Un soupire blasé s’échappa de mes lèvres. Les habitants du manoir allaient très vite être pris pour des cinglés ! Et puis, des comptes à régler ? Qu’ai-je fait ? Jouer les couples ? Me faire taire ? Pourquoi autant de menace ? Mon seul désir était d’espionner Messire Beast et sa « compagne ».

« Lum… »
Je me ravisai aussitôt, dire son nom allait-il compromettre son déguisement ? Je chuchotai donc :

« Mais qu’est ce que tu fabriques ? Et puis qu’elle est cette tenue ? Tu as décidé d’imiter monsieur Belle ? Si c’est le cas, tu devrais t’habiller plus souvent de cette manière.»
Je le regardai des pieds à la tête, détaillant celui qui avait joué ma partenaire de danse. Quelle idée lui avait traversé la tête pour faire ce genre de chose ? Et puis… Où avait-il trouvé cette robe ? Si on ne le connaissait pas, on le prendrait sans problème pour une fille.

« Bien, je présume que j’ai fait quelque chose de mal selon ton point de vue. Tu veux me dire quoi ? Je ne compte pas jouer les couples toute la soirée si c’est pour me gifler à nouveau. Désolé pour ton pied, soit dit en passant. Et si tu veux jouer à ça…»
Lumière voulait jouer, alors on allait jouer. Je l’entrainai vers la piste de danse pour reprendre la valse de tout à l’heure, une main tenant fermement sa taille, l’autre emprisonnant sa propre main. Il voulait jouer les femmes ? Soit, il serait ma cavalière pour la soirée. Glissant entre les autres danseurs, je nous conduisis vers le centre de la piste, ne lui laissant aucune échappatoire.

« Donc. Pourquoi autant de rancœur chère demoiselle ? Je présume que tout ça n’est pas pour votre malheureux pied, sinon je vous prendrai pour une mégère, votre gifle m’excusant.»
Un sourire en coin sur le visage, je m’amusais. Je n’en avais pas toujours l’occasion au manoir, alors il était temps pour moi de me défouler, à ma manière, bien que je doute que cela plaise à mon ami. Les cours de danse pratiqués à l’époque où Maitre Adams apprenait l’art de la valse n’étaient pas oubliés, et ma concentration était fixée sur le visage de Lumière, caché par son masque.

Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 16 Aoû - 14:10

Lumière avait été d'abord satisfait de voir l'expression choquée de son ami avant d’écarquiller à son tour les yeux d'effarement. Depuis quand le sage Big Ben était devenu si joueur ? Avait-il eu une si mauvaise influence sur lui ? Une étincelle de malice apparut dans ses yeux tandis que son cavalier entamait un nouveau round sur la piste cirée. Il voulait jouer à ça ? Il allait voir qui était le plus malin des deux ici ! Frissonnant de dégoût en sentant la main sur sa hanche, il dut faire un effort pour se retenir de fuir en pleurant. C'était un jeu... Rien qu'un jeu... Il ne fallait pas qu'il se laisse tourmenter par l'allusion salace concernant son travestissement réussit. Crispant les doigts sur l'épaule de Big Ben, il espéra qu'il le serra assez fort pour lui faire mal. C'est à ce moment qu'il tenta de parler, la voix haut perchée rendue inégale par la colère qu'il tentait de maîtriser.

"Loin de moi l'envie de ressembler à Belle, et je n'ai pas l'intention de vous gifler toute la soirée, monsieur. Mais voyez vous, il est vexant de savoir que vous pensiez à UN autre au point de ne point remarquer la personne avec qui vous partagiez un moment privilégié. Vous y pensiez tellement en avance que vous m'aviez lâchement laissé derrière au moment de partir d'ailleurs, à moins que ce soit par un fâcheux parcours de circonstances que vous ayez décider de faire cavalier seul ? Je me sens... Si... Vexé ! Ouh... Ouuuh..."

Il n'en fallait pas plus pour que Lumière fasse preuve de ses talents d'acteur. Au milieu de la foule tournoyante, profitant de sa voix instable pour rendre sa fausse tristesse pertinente, il prononça ses propos assez fort pour se faire entendre des couples environnants et attirer le blâme sur son ami.

"Comment osez vous ainsi me traiter de mégère alors que mon cœur est ainsi bafoué par celui qui m'est si cher ! Vous êtes cruel, mon ami !"

Oui, bien qu'il parvenait à jouer son rôle à la perfection, il y avait quelques termes auxquels il ne pouvait se résoudre à employer. Par la même occasion, il ne pouvait pas se résoudre non plus à utiliser des mots le désignant ouvertement au féminin. Dans son coin, André ne voulait pas regarder les visages des invités qui les entouraient, préférant appuyer son front sur l'épaule légèrement plus basse du majordome. S'il les regardait, il rirait pour sûr. Oh oui, il se bidonnerait comme il n'avait pas ri depuis longtemps !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Ven 16 Aoû - 14:43


Dansons Une Valse !
Lumière me faisait passer pour le premier des goujats, et si je le laissai faire, plus jamais je n’oserais parler à une femme du royaume. L’heure de la contre attaque n’allait pas tarder ! Serais-je le seul à m’en mordre les doigts ? Certainement pas ! Je fis basculer mon cher partenaire fémininement faux en arrière, le retenant par la taille. Tant pis s’il était à deux doigts de m’arracher l’épaule, l’amusement était trop grand.

« Je vous pris de m‘excuser, mais je ne peux accorder tout mon temps à votre personne, je vous supporte déjà bien assez durant mes journées. Et en ce moment de bal, je pensai pouvoir rencontrer d’autres personnes que vous. Mais même là, je n’ai pas eu de chance. »
Mon visage à deux doigts du sien, mon sourire en disait long sur ma pensé. André allait regretter amèrement d’avoir attiré le regard des autres sur nous, maintenant prions pour Messire Beast et monsieur Belle ne soit pas dans le coin pour nous admirer.

« Mais peut être arriverais-je à faire pardonner mon comportement odieux au cours de cette magnifique soirée. Vous comprendrez que je ne sors point souvent, il est donc possible que je me sois laissé emporter en apprenant qu’un bal aurait lieu et en découvrant la beauté du lieu, bien qu’elle ne soit égale à la votre. »
Et ainsi, je reprenais cours à notre valse, le menant d’une main de fer. J’imaginais bien mon cher Lumière fulminer intérieurement. Il me reprochait de l’avoir laissé au manoir ? Ce n’est pas comme si je lui avais interdit de venir au bal. Je ne comprenais qu’à moitié le comportement de mon ami, mais c’était une manière de s’amuser ensemble, bien qu’elle soit assez étrange. Mais il n’était pas dans mon idée de traumatiser mon collègue de travail non plus. Je lui chuchotai donc à l’oreille, de sorte que personne n’entende.

« Tu veux qu’on arrête là ? Sinon je me ferais un plaisir de continuer. Ce serait dommage d’attirer l’attention du maitre sur nous, que penserait-il de nous ? Surtout en te voyant habillé comme ça ?»
Cette valse était comme mon travail de majordome en quelque sorte. Mener attentivement les troupes pour que tout file droit sans un pas de travers. Comme une danse bien réglée, dont l’aiguille serait pile à l’heure. Un sourire malicieux se dessiner sur mon visage caché par mon masque. C’était un vrai bonheur. Faites moi penser à participer au prochain bal qui aura lieu dans le coin.


Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 16 Aoû - 16:58
Il y avait réellement un faussé entre ce que Lumière pensait et ce qu'il laissait paraître. En temps normal le contraste était déjà assez préoccupant mais il avait atteint des sommets pendant ce bal. Intérieurement, André hésitait entre s'enfuir en pleurant, vomir au visage de son ami ou s'évanouir sur place. En pratique cependant, il se contenta de buguer violemment, trop choqué pour réagir. En entendant la voix dans son oreille, un frisson d'horreur le ramena à la réalité, non sans lui ôter sa mauvaise foi légendaire. Il ne fallut pas plus de trois secondes pour qu'il se ressaisisse et sourie avec un air narquois. Sa voix était faussement calme et assurée, pas plus haute qu'un murmure, lorsqu'il répondit en se redressant.

"Ha ! Je savais bien que tu n'aurais pas le courage d'aller jusqu'au bout ! Et si tu oses donner cette image de moi au Maître, je t'assure que je ferai en sorte qu'il ne puisse plus te reconnaître. Au passage, c'est quoi cette histoire de "continuer avec plaisir" ? Je sais que je suis si beau que je peux moi même difficilement le supporter mais je me sens comme un légume ce soir. Pas toi, mon cher ? Allez viens, je t'entraîne, je veux aller me poser. Je ne sais pas comment Belle peut mettre des talons, rien qu'avec des ballerines j'ai les pieds en compote."

Éludant totalement la situation précédente, Lumière se dirigea vers les sièges et sembla se passionner pour les broderies de sa robe de soirée. Confus comme il était possible de l'être après une telle scène, il sursauta légèrement lorsque Big Ben le rejoignit. Ses nerfs étaient mis à rude épreuve et un coup d’œil vers Beast et Belle suffit pour transformer ses incertitudes en colère. Ne voulant plus parler avec sa voix haut perché, il cria en chuchotant à l'adresse de son camarade.

"Je peux savoir pourquoi tu m'as laissé tout seul au château ! J'ai tourné en rond comme un fauve en pensant qu'il t'était arrivé quelque chose ! Quand un domestique m'a dit qu'il t'avait vu partir au bal, j'ai cru que j'allais te pendre sur place ! C'était vraiment trop te demander de me prévenir avant de partir ? Espèce de sale égoïste flippant ! Et depuis quand tu sais draguer toi ? C'est pas comme si t'avais déjà eu l'occasion de t’entraîner ! Et en plus je suis ton aîné je te rappelle, tu n'as pas le droit de faire ce que tu as fait ! Si ton père était encore là, il serait outré par ta conduite dépravée ! Et qu'est-ce que tu aurais fait si quelqu'un t'avais poussé, hein ? Tu y as réfléchi à ça ? Je me serais brisé le dos en tombant, nos déguisements auraient été compromis e en plus on se serait... On se serait... Qu'est-ce que tu aurais fait si ça était arrivé, espèce de puceau écervelé ? Tu mériterais vraiment une bonne correction à l'ancienne ! On mettait la fessée aux impertinents de mon temps, et je trouve vraiment que ça se perd quand je vois ce que le monde devient ! non mais vraiment..!"

Une fois lancé, Lumière était sans doute l'homme le plus rabat-joie du monde. Surtout que là, il avait besoin de montrer son autorité et de reprendre contenance. Vraiment, depuis quand Big Ben était devenu un tel fanfaron ? Lui qui était de la même génération que le Maître, cette perspective l'effrayait tout à coup.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Ven 16 Aoû - 17:41


Innocent ?
Mon cher Lumière prit finalement la fuite vers les sièges, apparemment vexé, et les pieds douloureux. Et en plus de tout ça, il me menaçait. Le jeu était terminé me semblait-il. Finalement, je dois avoir un très mauvais sens de l’humour, vu qu’André n’a rien comprit à la blague. Donc depuis le début il était sérieux ? Cela me laisse assez perplexe cette histoire. Le suivant dans un coin pour qu’il puisse poser son derrière sur une chaise, je répondis, à demi las et amusé :

« Et bien, quelle violence ! Je ne faisais que suivre ton petit manège, après tout, c’est toi qui as commencé ! Et qui est venu habillé en fille aussi. Et qui a attiré l’attention de tout le monde aussi. Je n’allai pas te laisser me faire perdre toute crédibilité ! Tu ne récoltes que ce que tu sèmes.»
Restant debout, je l’écoutai partir dans son monologue d’une oreille plus ou moins distraite, faisant un tri dans ce qui m’intéressait vraiment, m’intéressant plus à Messire Beast que je repérai enfin. Dommage que Lumière monopolise mon temps… Se prenait-il pour mon père ? Et puis qui était dépravé ? Celle qui faisait sa mégère sur la piste de danse parce qu’elle n’était pas capable de venir au bal toute seule ? Au pardon, il, c’est vrai que le travestissement est courant à cette soirée.

« Bien… bien… Tu as fini ? Je ne savais pas que j’étais irremplaçable au point que je ne puisse pas me prendre une soirée pour moi. Après, il est vrai que j’aurai pu t’en toucher un mot, mais tu serais sans doute venu, que je te le dise ou non. Après, tu te dis l’ainé, mais ta manière d’agir correspond plus à celui d’un enfant qui ne veut pas laisser partir sa maman ! Et surtout, je ne te permets pas de me dire ce que penserait mon père. »
Me grattouillant le menton, je fis une pause, réfléchissant un peu sur quoi dire ensuite, et lui laissant ainsi un temps pour répondre. Il fallait que je me calme, pour qu’au moins l’un de nous deux reste présentable. Qu’arrivait-il à Lumière pour qu’il s’énerve à ce point ? Il voulait me rendre coupable pour pas grand-chose au final.

« Tu me prends pour un mauvais danseur en plus ? Je sais ce que je fais. Et puis, vu ce que tu me fais là, ne t’inquiète pas, je n’ai aucune envie de… Enfin tu vois ce que je veux dire. Tu me déçois un peu… Et fais attention, à t’énerver comme ça, tu vas avoir des rides ! »
Un peu remonté, je le plantai là pour sortir prendre l’air devant l’entré de l’opéra. Mes envies d’espionnage passaient un peu aux oubliettes, je n’avais plus la tête à ça. L’impression d’être condamné à vivre au manoir sans pouvoir jamais en sortir me courrait sur le système. La malédiction ne touchait peut être pas que le maitre en fin de compte. Dans tout les cas, je retenais Lumière qui m’avait gâché cette belle soirée. Assis sur les marches qui menaient à la grande porte de l’opéra, je fulminai en silence, ne laissant rien paraitre sur mon visage.



Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 16 Aoû - 18:57
En un sens, Lumière arrivait enfin à obtenir quelque chose qu'il contrôlait de Big Ben : la colère. Oui, il n'y avait rien de plus familier et rassurant pour lui que la rancœur et la haine. Ce qui était en un sens très contradictoire avec le sentiment de déception qu'il ressentait. Lumière n'y était pas allé de main morte avec les sermons mais Big Ben lui avait renvoyé l'ascenseur comme à son habitude, sans oublier de couper court à toute discussion en s'enfuyant. Le lâche ! Lumière le laissa partir en fulminant dans son coin, regardant Beast et Belle en attendant que la tension redescende. Après tout, c'était une des premières leçons que le père de Big Ben lui avait enseigné : "si tu es énervé au point de vouloir arrêter ton travail et que tu en veux à tes amis, alors tais toi, attend d'être calme de nouveau et va parler avec ceux qui t'embêtaient". Et effectivement, fermer sa grande bouche avant que la situation ne dégénère aurait été une très bonne idée. Malheureusement, la surprise et la gène n'étaient pas exactement comme la colère et Lumière ne savait pas vraiment comment gérer ce genre de problème. Il n'aurait tout simplement pas du quitter le château. Il appartenait au château et aurait du rester là où tout le monde l'avait planté.
Non.
Non, ça n'allait pas. Pourquoi n'aurait-il pas le droit de s'amuser lui aussi ? Les événements firent un tour complet dans sa tête avant que tout ne s'éclaircisse. Le besoin de s'expliquer avec son ami se fit alors sentir et c'est avec détermination qu'il se leva de sa chaise. Ses pieds lui rappelèrent alors pourquoi il s'était assis et c'est avec un manque de classe certain qu'il se rendit vers l'endroit où Big Ben s'était dirigé, ressemblant à un dindon perdu dans le poulailler d'à côté. Il connaissait assez bien son ami et n'hésita pas longtemps avant de se rendre à la sortie du manoir, souriant d'aise en voyant la silhouette assise sur les marches. Il avait enlevé ses chaussures entre temps et enleva également son loup lorsqu'il s'assit à côté du brun. Un soupir lui échappa et il ne tenta même pas de déguiser sa voix. De toute façon, il n'y avait personne ici.

"T'as raison sur un point, j'aurais pas du venir ici en fille. Je suis vraiment pas fait pour ça..."

Premier silence. Il ne savait pas trop comment dire la suite sans passer pour plus débile qu'il ne l'était déjà.

"J'avais beaucoup de respect pour ton père, tu sais..? Je pense que j'ai du mal à vous voir grandir, Adam et toi. Ca m'a un peu fait peur de te voir prendre les devants tout à l'heure... J'ai eu l'impression de voir le Maître et monsieur Belle et... Tu sais ce que je pense de ça."

Second silence. La dernière partie était la plus dure à dire, non pas parce qu'il était honteux ou quoi que ce soit, mais parce qu'il était sincèrement blessé que Big Ben lui même ne s'en soit pas rendu compte auparavant. Il regarda son ami dans les yeux avec une lueur d'espoir au fond des siens. D'un geste vague désignant son costume, un entonna son explication sur le plus gros problème de la soirée.

"Et si tu te demandes pourquoi j'ai fait "ça", il faut que tu me promettes que tu me laisseras parler sans me couper la parole. Tu promets ? Genre une promesse entre amis ?"

Sa voix s'était étranglée sur le dernier mot. Sans nul doute, il y avait un indice là dedans. En espérant que son ami ne prenne pas déjà cela de travers...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Ven 16 Aoû - 21:17


Promis !
Je regardais les étoiles quand Lumière me fit l’honneur de me rejoindre. Allait-il encore me faire des reproches ? Je pensais avoir ma dose pour la soirée. Pieds nus et sans masque, il s’assit à mes cotés, et n’utilisa plus, à mon grand plaisir, cette voix fluette qui cachait son identité depuis le début de la fête. Il semblait plus calme, tout comme moi, et peut être prêt à parler sans créer de nouvelles crises. Il m’accorder au moins un point sur lequel j’avais raison. Vraiment, venir habiller en fille, à part Belle, qui oserait faire ça ? S’il venait à se faire démasquer par quelqu’un d’autre que moi, sa crédibilité serait anéantie en moins d’une demi-seconde. Un léger sourire s’afficha sur mon visage en l’écoutant, alors que j’enlevais mon propre masque afin d’être tout aussi à découvert qu’il ne l’était.

Je pouvais aussi comprendre qu’André ait du mal à nous voir grandir, maitre Adams et moi, il nous connaissait alors qu’on portait des couches… Mais j’ai quand même vingt-sept ans maintenant ! Il serait peut être temps de me laisser grandir… Et puis prendre les devants… J’avais juste suivi son manège, et rien d’autre. Cette femme élégante qui m’avait demandé une danse, pour ensuite me gifler, revenir me voir, et commencer à jouer à la mégère… J’aurai dû me laisser faire ? Je n’allai pas me faire marcher dessus non plus, seul maitre Adams en avait le droit !

« Comme quoi, monsieur Belle n’a pas toujours de bonne idée… »
Je pris une pause, faisant bien attention à mes mots, ne voulant pas déclencher une autre querelle pour une parole de travers.

« Tu sais, il faut nous laisser grandir un peu, il serait temps d’ailleurs, on est adultes depuis belle lurette. Sinon, je doute que mes talents de dragueur soient vraiment efficace… Je n’ai fait que répondre en fait, faut dire que tu m’as un peu cherché quand même. »
J’espérais qu’il comprendrait mon point de vue, je n’avais aucune envie de me disputer à nouveau avec lui. Lumière était un peu ma seule compagnie de la journée, alors ne plus l’avoir serait un drame pour moi. Le maitre d’hôtel agrippa mon regard, une profonde lueur d’espoir dansant dans ses iris. Il me demander de lui promettre de ne pas lui couper la parole. Je n’étais pas un rustre tout de même, et cela me semblait n’avoir rien de compliqué. Une main sur mon cœur, je promis :

« Je promets de ne point te couper la parole ! Mais pourquoi je te la couperais d’ailleurs ? »
Une promesse entre ami… Mais qu’avait-il à me dire pour être aussi inquiet. Sa voix étranglée me faisait plus peur qu’autre chose. J’avalai ma salive difficilement, attendant crispé ce qu’allait me dire mon cher ami Lumière.


Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 16 Aoû - 21:46
Les laisser grandir ? Facile à dire. Avec plus de dix ans d'écart, Lumière ne les voyait pas comme des enfants de vingt sept ans mais il avait plutôt du mal à s'imaginer en adulte de trente huit ! Etant donné qu'il avait été un enfant devant réaliser les même objectifs qu'un adulte, la transition entre les deux phases de son existence n'avait jamais été nette. Il avait ainsi toujours gardé son côté joueur mais capricieux, sérieux mais inconscient. Et surtout : il avait toujours les mêmes cauchemars.
Il sourit légèrement en écoutant Big Ben parler de drague. Il eut presque envie de lui dire que cette notion était assez étrangère pour lui mais se retint en se disant que ce n'était pas un élément indispensable de la conversation. En effet, il fut bien rassuré que le majordome donne sa parole. Il prit donc une grande inspiration, conscient que ses propos risquaient de l'énerver au premier abord. Il ne quittait pas le brun du regard, à la recherche du moindre signe dévoilant ses émotions par rapport à ses paroles.

"Et bien je pense que tu pourrais me la couper car certains propos pourront te sembler... Sinon déplacés je dirais "injustifiés". Et comme la justification viendrait par la suite, je souhaiterais que tu me laisses finir pour qu'il n'y ait pas de méprise à propos d'un propos incomplet. Donc, je commence. Ahem. J'ai donc fait tout ça parce que j'étais légèrement en colère contre toi, comme tu peux l'avoir deviné. Et j'étais en colère parce que tu es parti seul au bal. Enfin... Tu sais déjà tout ça et ça n'explique rien. Haha. Bon, je me lance et me regarde pas mal : j'étais en colère parce que je me suis senti trahi que toi, mon ami, me laisse derrière seul dans un château sombre sans même me prévenir alors que tu es au courant que j'aime pas être seul ! J'ai... Fait une crise de panique dans le couloir et c'est le domestique qui m'a trouvé qui m'a dit où vous étiez tous. J'ai revu mon père et... Et les allumettes... Suite à ça, je pense que tu imagines bien la scène. J'ai eu peur, puis en colère, j'ai voulu me venger et comme je ne peux pas en vouloir au Maître ni à Belle, ça t'est tombé dessus. Je..."

Il avala difficilement sa salive en levant les yeux au ciel. Un poids s'envola de sa poitrine en même temps qu'une boule lui nouait la gorge. Bon sang, pourquoi c'était toujours aussi difficile à dire !

"Je suis désolé... Ben."

Silence. Il regarda ses orteils en jetant de temps en temps des coups d’œil à son camarade, soucieux de sa réaction. Il se sentait con. Et en même temps, rassuré. Il était toujours rassuré quand son ami était là. Il ne pourrait pas se permettre de le perdre. Sa sincérité enfantine lui servirait au moins à éviter que ce genre de situation désastreuse finisse par arriver un jour où l'autre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Sam 17 Aoû - 19:19


Promis !
Je l’écoutai attentivement reprendre son monologue presque interminable. Je pouvais lui accorder un point : je sais très bien que moi-même n’aurait pas apprécié de le voir partir sans moi au bal, et me laisser seul dans ce manoir lugubre. Il faut dire que quand il n’y a personne à l’intérieur, cette grande bâtisse n’est pas vraiment accueillante. Et je voyais bien à quel mon ami n’avait pas apprécié ma sortie nocturne. Jamais je n’aurai pensé qu’il puisse paniquer autant juste pour ça. La panique mène souvent, d’ailleurs, à la colère, comme il le disait. Et bien sur, c’est moi qui ai tout pris sur le coin de la gueule. Une petite saute d’humeur de la part de mon collègue que j’allai accepter sans rien dire, comme à mon habitude. Les conflits, très peu pour moi,  je n’aime pas quand ils durent, cela perturbent les gens quand ils travaillent et les met de mauvaise humeur. C’est donc avec un visage impassible que j’écoutai ce cher Lumière qui semblait être en proie à un problème existentiel. Mais pour tout ça, le maitre d’hôtel s’excusait. Il me fallait donc en profiter, car il ne le ferait pas tous les jours.

C’est avec un sourire non contenu que je lui filai une petite tape derrière la tête.

« Excuses acceptées ! À la simple condition que tu ne t’habilles plus jamais en femme ! Et puis, tu sais bien que jamais je ne t’abandonnerais, qu’est ce que tu ferais sans moi ? Et puis, où veux tu que j’aille, j’ai passé ma vie dans ce manoir…»
Je me relevai, époussetant mes affaires, et tendis ma main vers mon cher ami pour l’aider à se relever. Restait la question de savoir ce que l’on allait faire maintenant. Retourner au bal ? Je n’avais plus le gout de danser, ni d’espionner maitre Adams et son compagnon.

« Et si on rentrait à la maison ? On aura qu’à faire la fête à la maison, au moins il n’y aura personne pour se faire de mauvaise idée de nous. »
Restait juste à savoir où nos chevaux avaient été parqués, n’ayant nullement l’envie de rentrer à pied. Surtout si je devais porter Lumière sur mon dos à cause de son mal de pied. Que la maison, ce n’était pas la porte à coté non plus.

« Ça ira pour tes pieds ? Il ne faudrait pas que tu tombes de cheval à cause de cela, je me ferais empailler au retour du maitre sinon… »



Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Dim 18 Aoû - 10:25
Un soulagement sans précédent dans la soirée permit à André de sourire comme au bon vieux temps. Après coup, bien sûr que c'était évident que Big Ben, Maître Adam et monsieur Belle reviendrait dans le château, mais la solitude et la peur exacerbent de manière incontrôlée la confusion et les cauchemars du pauvre petit cœur fragile du maître d'hôtel. La petite tape derrière la tête passa presque crème et il put s'empêcher de ricaner également en entendant la promesse qu'il devait faire à son ami. Regardant son bon ami se relever, il évalua sérieusement la proposition qu'il venait de lui faire. Continuer la fête à la maison ? Certes il se pardonnerait difficilement de manquer de vigilance envers le Maître, mais vu ce qu'il avait surveillé depuis le début de la soirée, une petite voix anxieuse au fond de son esprit lui implora de retourner à la maison avec son copain. Sa décision fut donc rapidement prise. Quant à ses pieds, il les regarda d'un air hautain avant de répondre d'une voix proche de l'exaspération.

"Tu sais, au pire, je les enlève et je monte pieds nus... Et j'enlève ces fichus jupons avant de monter aussi, je ne monte pas deux fois en robe ! Comment font les dames pour trotter ainsi vêtue ? Enfin... Certes, je sais que les dames ne montent pas en général, mais si c'est vraiment lié à ces tenues ridicules, ce n'est que pur masochisme qu'elles continuent de porter "ça"... A moins qu'elles ne fassent ça pour Sega ou Roberto, deux fameux nobles péteux au brushing plus complexe que leur cerveau !"

Se levant tout en parlant, il ne prit même pas la peine d'ôter la poussière des ourlets de la robe complexe. Tout en continuant à parler, il se dirigea vers les écuries où il avait laissé Briquet un peu plus tôt dans la soirée.

"Et ne t'inquiète pas pour la promesse, je te jure aisément de ne pas me travestir de la sorte de nouveau. Ce fut une expérience enrichissante mais largement satisfaisante tant qu'elle restera unique. Et ne me sous-estime pas, je peux faire beaucoup de choses sans toi ! Je ne m'ennuierai que si tu n'es pas là quand je m'ennuie !"

Un vieux sourire provocateur sur le visage indiqua que Lumière était de retour sur le ring. Et il n'y avait pas que du faux dans ses propos : avec onze ans de plus, c'était en quelque sorte lui qui avait du s'occuper de Big Ben et Adam il y a de là vingt ans. En revanche, il était vrai qu'il deviendrait probablement fou si l'un des deux venait un jour à disparaître définitivement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Dim 18 Aoû - 12:47


Jupons et Thé de Wonderland...
Monter pied nu n’était pas forcement une bonne non plus en soit, mais je n’allais pas non plus lui proposer de monter avec moi, je doute qu’il apprécierait ce genre d’idée. Mais son histoire de jupon en revanche me faisait bien rire. Lumière ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, mais j’étais d’accord avec lui sur ce point. Comment les femmes pouvaient-elles porter ce genre de chose ? D’un autre coté, je n’avais jamais porté de jupon, peut être que c’était agréable, au contraire de ce que disait mon ami… Hum… Je devrais peut être penser à autre chose.

« Mon cher ami, il va te falloir te débrouiller avec cette robe jusqu’à ce que l’on soit arrivé au manoir, à moins que tu ne veuilles rentrer à moitié nu. La vu serait intéressante pour les passants, mais j’ai bien peur que ta crédibilité n’en prenne un coup. Quoique te voir galoper en robe… Non en fait je te conseille de ne plus sortir du manoir pendant quelques semaines, voir plus... »

Bien sur que je le charriais, mais vu que mon bon vieux André était de retour, j’en profitai un peu pour reprendre mes petites taquineries pas bien méchantes. C’était mon petit jeu quotidien, même si mon humour peut sembler assez désagréable, il faut savoir que je ne me prends jamais au sérieux. Loin de là mon idée de le blesser, juste réfléchir, au maximum. En direction de l’écurie, je sellai rapidement Tic-tac pour enfin prendre la route du manoir. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’étais assis dessus prêt à partir. J’attendais maintenant de voir comment mon cher maitre d’hôtel allait monter. Avec ses jupons ? Pied nu ? Tout nu ? Non, il n’est pas assez fou pour ça.

« Le travestissement est une expérience que je ne tenterais même pas. Du moins, cela ne me viendrait pas à l’idée… Que dirais-tu qu’une fois arrivé au manoir, je fasse mon fameux thé pour nous remettre de cette soirée ? Ensuite on pourrait… Quel genre de fête voudrais-tu en fait ? Quoique cette fête soit, je garantie juste un service impec ! »

Ce fameux thé qui n’avait jamais le même gout… Lumière l’aimait tellement ! Son gout variait selon le temps qu’il restait à infuser dans l’eau chaude, d’où la difficulté d’en faire un très bon thé. Chaque seconde compte dans ce thé ! Je suis le seul à savoir bien le gérer, les secondes n’ayant jamais de retard avec moi. Oui bon d’accord, je suis la seule personne à aimer ce thé importé de Wonderland, grâce à un marchand itinérant. Mais c’est grâce à lui que je suis toujours aussi détendu.


Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Mar 20 Aoû - 14:00
Lumière afficha un sourire carnassier en écoutant son ami parler. Malgré l'annonce du fameux thé, il ne pouvait calmer l'élan de fierté qui avait gonflé son orgueil soudainement. Il ne put cependant se résoudre à en signaler le sens pour le moment, devant en priorité répondre à des questions bien plus préoccupantes pour son ami. Ami qui du écouter la réponse calme prononcée par un visage calculateur et limite terrifiant. Il voulait un planning ? Rien de plus logique que de demander ça à un maître d'hôtel ! Le cerveau de Lumière était déjà lancé bien que son visage semble toujours crispé sur un rictus maléfique.

"Je prendrai volontiers ton délicieux thé, mon cher Big Ben ! Nous pourrions également nous pencher sur... Ceci ! Ils en distribuaient un peu partout dans la salle de réception et je suis persuadé qu'elle nous divertira un bon moment si j'interprète correctement les visages anxieux de ceux qui en ont fait leur occupation première. Pour le reste, je te proposerai bien une autre danse mais seulement si on inverse les rôles ! Je ne t'impose pas les froufrous, mais ma virilité a assez souffert pour le reste de l'année."

L'esprit vaquant toujours sur les problèmes de jupons, son image n'avait pas bougé d'un pouce. Et c'est contre toute attente qu'il replia l'enveloppe pour la glisser dans un des nombreux ourlets de la robe complexe. Faisant bien attention à ne pas la laisser tomber, il tourna le dos à son ami et se retint pour ne pas rire en formulant sa demande.

"Allez, viens dans l'angle du mur où personne ne nous verra, j'ai besoin de toi pour enlever la fermeture de cette horreur !"

L'image qui pouvait se former dans l'esprit du majordome était un spectacle jouissif dans la tête tordue son son camarade. Il n'arrivait même pas à lui parler du pantalon d'équitation qu'il avait enfilé en dessous en prévision d'un tel événement. Se dirigeant vers l'angle de mur adjacent, il arqua un sourcil d'un faux air aguicheur en reprenant sa voix de femme utilisée plus tôt.

"Allons mon chou, viens donc libérer mon corps de ces drapés ! Et donne moi ta veste au passage, tu peux rester en chemise, personne n'y verra que du feu !"

Oui, il n'avait pas pu enfiler de haut masculin en s'habillant de la sorte. Par chance, la queue de pie de son compagnon lui ira très bien dans le noir. Ils faisaient la même taille de toute façon...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mer 21 Aoû - 17:52


Qui a remplacé mon ami ?
Lumière veut bien de mon thé ? Rien que ça, ce n’est pas très net. Cela ne présageait rien de bon pour la suite mais au contraire, il me parla de la fameuse lettre que j’avais moi aussi reçu plus tôt dans la soirée. Je l’avais presque oublié et pourtant, c’était une bonne idée que mon ami avait là. Mais malheureusement, il dériva très vite sur un tout autre concept. Comme si j’allais accepter le rôle de la femme le temps d’une danse ?! Même sans froufrou, très peu pour moi, merci, on repassera.

« Tu crois vraiment que je vais danser avec toi après cette soirée ? Surtout si je dois jouer la femme, ça sera sans moi. Je préfère résoudre l’énigme, un bon thé pour nous accompagner, voilà une bonne soirée à mon gout. »

Mais Lumière continua dans ses pensées douteuses. Et il osait dire que j’étais entreprenant ? Mais d’où lui venait ce genre d’idée ? Certes, il avait peut être besoin de mes mains agiles pour ouvrir la fermeture de sa robe, mais il n’était pas obligé de le dire de cette manière. Et si quelqu’un l’entendait ?  Je ne pouvais m’empêcher de rougir, honteux d’avoir un ami tel que lui. Je descendis en vitesse de mon cheval pour le faire taire et ouvrir cette fichue fermeture.

« Tu vas te taire oui ?! Je croyais que t’arrêtais de jouer à la femme, ou à l’allumeuse, à toi de voir. Tu n’aurais pas bu avant de danser ? Si oui, je vais te faire un litre de thé pour faire passer ça ! »

Légèrement énervé ? Tout à fait. Je ne sais pas ce qu’à but mon ami durant le bal, mais cela ne m’a pas l’air très net. Et rien ne vaut mon thé de Wonderland pour remédier à ça ! Soupirant bruyamment, j’enlevai ma belle veste verte pour lui lancer. C’est avec un regard réprobateur que je lui lançai :

« Fais-y attention, elle était à mon père… »


Avec sa folie de la journée, j’avais peur de ce qu’allait faire ce cher maitre d’hôtel. J’avais hâtes d’être rentré, là où personne ne pourrait nous voir, et où on n’aurait plus honte de rien. Un homme qui se comporte comme une femme, cela passe assez mal dans la haute société. Si jamais on le reconnaissait, cela pourrait nuire à Messire Adams, et c’était bien la dernière chose que je souhaitais.



Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Dim 25 Aoû - 10:55
Quelle mijaurée ce Big Ben quand il s'y mettait ! Penser que Lumière puisse oser faire quelque chose d'inconsidéré sans s'être assuré que ses actes ne puissent avoir aucune répercussion négative pour le maître était presque insultant et c'est un geste monotone qu'il empoigna la veste avant de l'enfiler en deux secondes. Il ne s'attendait pas à ce que son compagnon comprenne toute la finesse de son humour, après tout, c'était bien pour ça qu'il s'amusait à le taquiner de la sorte, mais oser penser que Lumière risquait de compromettre l'image de son Maître avec ses blagues, c'était presque insultant ! Lui dont la dévotion n'avait d'égal que la nullité de ses blagues, c'était un outrage que de lui dire une telle chose. Ou alors le majordome était juste sur les nerfs parce que la blague était à son intention. Le canular devait être un peu trop poussé pour son petit cœur fragile, rien de plus. André relativisa, soupirant avant de retourner à son état normal.

"Oui j'y ferai attention, je vais juste monter à cheval, pas faire un bivouac au creux d'un marais ! Et pour ton information, Môsieur, non je n'ai rien bu d’alcoolisé malheureusement. Il faut croire que je m'habitue de plus en plus à l'immonde breuvage fade dont la haute société est affublée au quotidien ! Et va pour l'énigme ! Je meurs d'envie de savoir ce que renferme cette enveloppe ! Tu voudras qu'on se concerte pour résoudre ça au plus vite ou tu es partant pour un petit défi chacun dans son coin ? Tu as ta propre enveloppe non ?"

Son imitation du noble faussement triste aurait pu valoir une médaille du pire acteur de l'année tant il avait caricaturé les traits. La suite était pourtant cent pour cent signée Lumière et comme à son habitude, il ne rechignait pas à concourir en s'amusant. L'important pour lui n'était pas spécialement de gagner, mais de savoir que les autres faisaient de leur mieux pour lui. Et pour ça, il fallait qu'il donne lui même son maximum ! Voilà où était toute l'excitation du jeu ! Mais avant, il fallait rentrer. Briquet fut sellé en deux minutes par les écuyer embauchés pour l'occasion et il monta dessus lourdement. Il fallait vraiment, qu'il s’entraîne à monter plus souvent... Ou pas. Il n'y penserait jamais de toute façon. Alors même qu'il s'avançait hors de l'écurie, un détail lui piqua les yeux et il s'adressa à son compagnon.

"Tu as pensé à emmener une lanterne en venant ? Je n'avais pas pensé à l'obscurité de la nuit en venant... Si on avance comme ça, on risque de blesser les chevaux et de tomber. Au pire, tu penses qu'on peut en emprunter ?"

La problématique était réelle. Sans parler du fait qu'il serait impossible de retrouver son chemin sous la cime des arbres, il serait impossible d'éviter un trou ou une crevasse. C’était bien trop dangereux et il leur faudrait sans doute descendre de cheval et les guider rênes longues afin de s'assurer de rentrer vivant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mer 11 Sep - 14:32


Et que la lumière soit
J’étais heureux de voir qu’André passait à autre chose. Je crois que s’il me ressort cette voix de femme encore une fois, je le défenestre sans somation. Qu’est ce que cela donnerait si jamais mon cher Lumière venait à boire de l’alcool ? Encore pire que le spectacle auquel il s’est donné ce soir ? Il y a de quoi avoir les nerfs à vifs. En plus, c’est moi ou il se moque de mon thé ? Je savais bien qu’il le détestait !

« J’ai plutôt envie de la résoudre au plus vite, ma curiosité est touchée au vif. »
Je tâtai la poche de mon pantalon, à la recherche de l’enveloppe au papier doré, avant de la sortir comme si je tenais le saint Graal dans ma main.

« A ton avis, on va trouver quoi dans ce tas de papier ? Je doute que ce soit une carte au trésor, sinon on peut s’attendre à se abattre juste pour éliminer la concurrence, vu que tout le bal la reçue… »
Il était inutile de chercher la réponse à une énigme dont l’enveloppe est encore fermée, et encore moins sur le dos d’un cheval. Vint alors le problème de lumière. Et non pas de Lumière, mais bien de la lanterne. Rentrer dans le noir était bien trop risqué, comme le soulignait mon ami le maitre d’hôtel.

« Je n’y ai pas pensé non plus pour tout te dire… A qui pourrait-on demander ? Je me vois mal rentrer pied à terre dans le noir complet et dans la forêt.»
Je suis un habitué des maisons, loin des campagnes et arbres pouvant vous crever l’œil pour cause d’une branche mal rangée. Ces arbres ne sont que des sauvages ! Et à cela on peut y ajouter les loups, qui se feront un plaisir de nous prendre pour un des sept chevreaux. Non, décidément, rentrer dans le noir, très peu pour moi, je ne suis pas assez courageux pour ça.

« Au pire du pire, si on ne trouve pas de lumière, on peut attendre la sortie du maitre et suivre son carrosse en toute discrétion, même si nous aurions l’air de les espionner plus qu’autre chose. »
C’était certes l’objectif premier de ma soirée, mais me faire prendre en flagrant délie, très peu pour moi. Il devait y avoir une autre solution. Et puis au pire du pire, on piquait une des lanternes de l’entrée, et on filait avec comme de simples voleurs. Tant que l’on ne nous reconnait pas… J’ai vraiment de drôles d’idées parfois…

Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Jeu 12 Sep - 11:11
Big Ben avait l'air d'avoir retrouvé sa sérénité et sa bonne humeur. Lumière retrouvait bien là son cher ami curieux et farfelu. Quand il évoqua la possibilité de suivre le carrosse d'Adam et Belle, André écarquilla les yeux comme s'il lui avait évoqué la venue d'un dragon au manoir. Il ne fallut pas trois secondes pour qu'il réagisse en agitant ses mains en signe de négation.

"Non non non non non ! Je suis supposé être au manoir moi ! Je ne sais pas pour toi, mais j'avais pas d'invitation à la base ! Si le maître apprend que je suis sorti, je suis fichu ! Enfin... Non, je suis sûr qu'il fera mine d'en avoir rien à faire, mais c'est question d'honneur ! On doit être rentré avant eux ! On peut toujours demander aux écuries s'ils ont une torche ou une lampe à nous donner et s'ils refusent, on en dérobe une au fond du jardin."

Il était très sérieux. Son image auprès de Messire Adam était une chose sur laquelle il ne plaisantait pas. Et en parlant d'image, il y avait un dernier point sur laquelle cette dernière risquait d'être compromise. Avec son habituel sourire narquois, il reprit la parole afin de souligner un léger problème à son compagnon.

"Par contre, c'est toi qui va demander... Je peux berner une grand mère dans la nuit mais je doute que les écuyer pensent réellement que je sois bien habillé avec juste à veste. Je manque gravement de froufrous alors que tu es beau comme un cœur. Allez, en avant jeune éphèbe, je te soutiens au loin !"

Une étincelle de malice brillait dans ses yeux. Il ne se lasserait jamais de taquiner son ami, c'était une des bases de son équilibre mental. Il repensa alors à l'enveloppe : ce n'était sûrement pas une carte au trésor comme l'avait suggéré Big Ben mais le contenu n'en restait pas moins intrigant. Son instinct lui disait que cette enveloppe était importante. Bien plus que l'espionnage de Maître Adam qui était en sécurité au milieu d'un bal masqué.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Jeu 12 Sep - 13:29


Et enfin on quitte le bal...
André voulait être au manoir avant Messire Beast et monsieur Belle, sous prétexte qu’il n’était pas invité. Pourtant si justement on avait nos soirées de libre, c’était bien pour aller au bal.

« Je doute que le maitre t’en veuille, il nous avait laissé la soirée pour qu’on s’amuse je pense. Il n’aurait pas eu le cœur à nous abandonner au manoir pendant que tout le monde fait la fête. Mais tu le connais, jamais il nous aurait clairement dit de venir au bal. »
Mais vu le refus obstiné de mon ami, j’étais bien bon pour aller chiper une lanterne au fond du jardin. Ou en demander une, même si cela ne m’enchantait guère. De quoi aurais-je l’air à demander la lumière à deux écuyers qui me prendrait pour un plouc ? J’en fais surement des caisses, mais c’est avec appréhension que je m’avançais vers eux. L’échange ne dura pas bien longtemps, obtenant une torche grâce à la gentillesse de ces messieurs. En priant pour que cette torche ne s’éteigne pas à cause du vent. Mais c’était toujours mieux que rien. C’est donc à moitié triomphant que je revenais vers Lumière pour l’éclairer de ma torche.

« J’espère que cela suffira, je n’ai pas eu mieux. Reste plus qu’à prier pour que le vent ne se lève pas. »
Je la lui tendis avec un demi-sourire, puis remontai à cheval, ce pauvre Tic Tac ne devait pas trop comprendre se qu’il se passait. On allait enfin pouvoir partir ! A croire que l’on aura passé plus de temps dans les écuries qu’au bal.

« Et pour le prochain bal, je te jure que je t’y trainerais de force, pour être sur que tu ne me fasses pas le même coup ! »
Sur le ton de la rigolade, je lançai ma monture en avant pour indiquer le départ. Mais j’étais bien forcé d’attendre le maitre d’hôtel, propriétaire de notre seule lumière. Je n’avais pas l’envie de tomber dans un trou ce soir. J’imagine bien la tête de maitre Adams s’il nous voyait rentrer tout boueux après son arrivée. Cela serait assez désopilant, j’ai bien envie de tenter rien que pour voir ça, mais ma fierté en prendrait un sacré coup, et puis Lumière n’apprécierait pas du tout.


Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Ven 27 Déc - 20:48

Lumière se retint difficilement de se charrier son vieil sur son manque de perspicacité à propos de la torche. Il aurait largement pu demander une lanterne portable en verre comme on en trouvait partout ! Au lieu de ça, il saisit la torche de fit très attention en remontant sur son brave Briquet pour ne pas lui brûler les crins ni la peau. Une fois en selle, il répondit cependant avec un air faussement choqué à la boutade de son compagnon. Il se donnait vraiment de la peine pour l'embarrasser et se moquer gentiment de lui. Sans doute était-ce une autre répercussion de la solitude ?

"M'y traîner de force ? Tu souhaite ainsi révéler notre liaison au grand publique ! Jeune dévergondé, tu ne cesseras donc jamais ta traque ! Mon coeur est pris et tu le sais ! Que deviendrais notre bon Maître si nous le négligions à force de fricoter dans notre coin ? Mon amour pour toi est certes grand mais je ne pourrais jamais permettre cela."

Le maître d'hôtel avait papillonné des yeux avec la mimique des garçons de joie qu'on pouvait croiser ici et là. Toujours aussi mauvais comédien et victime incomprise de situations grotesque, Lumière adorait détourner les propos de Big Ben pour le faire tourner en bourrique. Il anticipait déjà la réaction blasée qu'il allait avoir et s'en délectait. Talonnant son brave destrier, il vint se mettre à hauteur de son ami en tenant sa torche assez haut de sa main extérieure. Avant d'avancer d'avantage, il lui glissa quelques ridicules mots doux à l'oreille.

"Allons mon bichons, cela ne nous empêchera pas de continuer ce qu'on a commencé une fois rentrés à la maison !"

Sa voix suave et son air cajoleur lui donnait presque des frissons d'horreur tant il avait poussé le bouchon loin. Loin ? Jamais assez ! Il recommencerait de toute façon alors il n'avait pas de quoi s'inquiéter. Lentement mais sûrement, André avançait en tête sur son hongre qui progressait d'un pas assuré à la lumière de la torche.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Dim 29 Déc - 21:29


Un retour au calme ?

Je l’avais senti venir, connaissant Lumière, mais c’était bien sur inévitable avec lui. Quoique j’aurai pu dire, je m’en serais pris le contre coup. Et après c’est moi le jeune dévergondé… Blasé, je soupirai, fatigué par cette soirée. Je ne préférai même pas répondre, sachant que cela me reviendrait dessus. Et j’allai encore finir en bourrique, comme à chaque fois. Un fin joueur, je dois l’avouer ce Lumière. Et le seul moyen de le calmer était peut le silence comme réponse. Devenir muet, un simple regard pour réponse, que pourrait-il répondre à cela ? Lui trouvera surement quelque chose, dans le cas contraire, j’aurai réussi mon coup. J’ai peut être une petite chance de ne pas finir cette soirée au comble du ridicule.
Ses allusions douteuses me firent accélérer l’allure de Tic-tac, hésitant à finalement aller dormir en arrivant. Mais non, il fallait attendre le maitre et monsieur Belle. Quelles misères m’attendaient encore en arrivant ? Finalement, j’irai peut être résoudre ce puzzle dans mon coin. Un peu de calme ne me ferait pas de mal. C’est en baillant que je demandai, espérant une réponse normale pour une fois dans la soirée :
« Tu ne te fatigues jamais avec ces histoires ? Je veux dire, tu ne trouves pas ça un peu répétitif à force ? »
Certes, c’était amusant, mais ce petit jeu durait depuis un trop long moment maintenant. J’espérai faire comprendre à mon ami que j’en avais fini pour ce soir, l’amusement était fini, il était temps de redevenir sérieux, tel  le majordome que je suis. Et tout le monde sait à quel point j’aime être sérieux. Être sérieux me rendait discret, invisible, prêt à espionner ce qu’il se passe dans le manoir. Oui, le prochain bal ne sera pas avant un moment pour moi, finalement le travail c’est peut être mieux que les vacances.



Revenir en haut Aller en bas
Lumière
avatar
Tête d'Ampoule

Nom : Andrés DesLumières
Univers original : La petite fille aux allumettes - La Belle et la Bête
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t238-lumiere-andre-deslu
Dim 29 Déc - 22:04
Déjà lassé ? Grosse fatigue ce soir, Lumière lui avait connu des jours meilleurs. Mais c'était ainsi entre eux : Lumière était une source d'énergie intarissable et Big Ben était la force posée qui savait quand il fallait s'arrêter. Le majordome ne lui en voudrait jamais, il n'y avait pas de rancœur à avoir car il savait que quoi qu'il arrive, leur amitié n'en serait jamais altérée. La était la vraie force de ce duo inséparable. C'est d'ailleurs avec un sourire naturel qu'il répondit à son compagnon de route.

"Aucunement ! Pour moi, tout cela n'est qu'exercice pour affûter mon esprit ! La parole est l'arme des gens civilisés et tu sais à quel point je raffole de ce genre de joute. Cela ne me dérange cependant pas d'arrêter car je prends comme une forme de victoire de te voir capituler, mon ami. Et puis, nous passons tellement de temps ensemble que je crains que nous finissions par nous ennuyer si l'un de nous ne trouve pas fréquemment quelques boutades à nous lancer. N'es-tu pas d'accord ? Cependant, je reconnais bien qu'il est plaisir de retourner parler sérieusement après avoir dérivé de la sorte. C'est un divertissement bien plus enivrant que l'alcool et le retour à la réalité et moins violent."

Il tentait de meubler sur le trajet en sachant qu'il serait long. Les cheveux ne pouvaient avancer vite à cause de l'éclairage et mine de rien, le château n'était pas la porte à côté. Que de gentillesse, ce Lumière, toujours à chercher à rendre sa compagnie plaisante ! Il ne leur restait plus qu'à s'occuper le temps d'arriver sur place pour ouvrir ces enveloppes comme convenu. Lumière mourrait déjà d'impatience...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: Archives RPs-