Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Invité
avatar
Invité

Mar 30 Juil - 23:49
Le bal avait débuté. Pinocchio était là, et il semblait plutôt s'amuser, ou au moins s'intégrer. C'était positif. Pig était essentiellement venu pour cela, et aussi pour faire plaisir à ses frères. Il avait attrapé une coupe du cocktail mystérieux que transportaient les serveurs. Il était aussi venu à la demande de son supérieur, pour « des raisons de sécurités, et de coopération diplomatique ». On était surtout bien content de se débarrasser de lui pour quelques jours, mais bon, il avait l'habitude, e puis, cette fois, ce n'était pas désagréable. Et puis l'alcool était bon.

Son regard sombre parcourut l'assemblé, avec nonchalance. Franchement, ses supérieurs voulaient qu'il se passe quoi pendant des festivités de ce genre ? A part des mecs bourrés, il ne voyait pas trop. Il tomba sur ses frères, dansant avec gaieté. Ils étaient vraiment adorables. Il ne savait pas ce qu'il ferait sans eux. Il eut un soupir de satisfaction. Ses yeux reprirent leur course silencieuse, et un sourire naquit sur ses lèvres. Il but une nouvelle gorgée de ce succulent alcool et ne quitta pas du regard la personne qu'il avait repéré. Il était étonné de le voir ici après tant d'années. C'était une bonne surprise. Peut-être que c'était à des occasions comme ça que ses supérieurs avaient pensées. Non, ils étaient trop peu imaginatifs pour cela. Non, c'était juste un heureux hasard. La soirée était définitivement plaisante. Il déposa son verre vide sur un plateau, et s'avança doucement, observant toujours.

Sa cible sortit de la salle de bal, pour aller vers l'un des balcons donnant sur l'extérieur. Cela ne pouvait pas tomber mieux. Il se dirigea vers la porte du balcon dissuadant au passage un coupe d'aller sur ce balcon là en particulier. Oui, son regard peut être très persuasif, l'intérêt d'avoir des yeux sombre, ça donne un air de psychopathe. Même quand on a les cheveux roses, oui, oui. Il se glissa donc à l'extérieur. Le fond de l'air était frais et il soufflait une délicate brise. Rien ne pouvait être plus agréable après la moiteur de la salle. Son uniforme de parade, cousu de fil d'argent n'en était que plus étincelant, le gris bleuté du tissu paraissait juste plus sombre. Le pistolet à sa taille était tout aussi brillant, une lueur bleuté flottant au niveau du barillet.

Il s'avança doucement et s'accouda silencieusement à côté de l'homme. D'un homme qu'il avait connu il y a quelques années. Un homme qu'il aurait dû arrêter. Mais, il n'était pas à Oz, et personne ne verrait son manque d'investissement dans l'arrestation de ce grand bandit, alors, à quoi bon ? Il attrapa une cigarette dans sa poche, et l'alluma doucement.


« Cela faisait un moment, Nemo. J'aurai cru que vous m'auriez donné plus de nouvelles. Prendre votre défense m'a valu quelques soucis, mais je crois que j'ai toujours aimé les causes perdues. Oh, j'en oublierais la politesse, vous fumez ? »dit-il d'une voix sympathique à l'homme, en lui tendant ouvert son étui à cigarettes.

Un sourire amusé avait repris sa place sur ses lèvres. Il ne se sentait aucunement en danger face à ce grand criminel, c'était assez ironique.
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 372
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Mer 31 Juil - 15:12
Le jour du bal avait fini par arriver, un peu trop vite à son goût, lui qui n’avait plus eu l’occasion de participer à ce genre d’évènement depuis sa fuite. Il n’y avait bien eu que la curiosité et le désir d’en découvrir plus pour le pousser à participer à une telle folie. Se frayant un chemin parmi les danseurs et autres invités, coupe de cocktail en main, il avait fini par trouver une table vide dans un coin ombragé, se contentant pendant quelques minutes de rester assis à siroter, observant le reste de la foule en train de danser et discuter.

Il n’était décidemment plus habitué à toute cette foule et a autant d’amusement. Pourtant quand il vivait encore à Munchkin il n’avait pas été en reste et se présentait au contraire régulièrement aux soirées mondaine, son frère toujours à ses côtés cela allait sans dire. Mais aujourd’hui son petit frère n’était plus là et c’était entièrement sa faute. Oui en cette soirée pourtant si agréable pour les autres, lui ne rêvait que du calme et du confort de son cher Nautilus et de la quiétude du fond des océans. Se pouvait-il qu’il soit devenu allergique à l’être humain ? Non il n’avait aucun problème avec son équipage, ni avec les quelques rares personnes qu’il avait pu croiser au cours des dernières années. Là, c’était simplement trop d’un coup pour lui qui allait devoir réapprendre tel un enfant à se sociabiliser.

Non malgré tous les efforts qu’il voulait bien faire, ça restait trop bruyant, trop animé, trop oppressant… Il avait besoin d’air et de calme pour se recentrer. Repérant les portes donnant sur les balcons, il se leva et prit la direction du plus proche afin d’échapper à cette chaleur qui l’étouffait. Il aurait pu simplement retirer sa veste de costume gris anthracite diriez-vous, mais en ce cas la petite arme non létale rangée dans son holster n’aurait pas manqué d’attirer l’attention. Aucune mauvaise action en vue, mais depuis qu’il avait remis pied sur terre il ne s’en séparait pratiquement plus. Sans ce détail le capitaine aurait pu se contenter de simplement porter le gilet gris aux broderies de velours noirs et la cravate grise et argent qui allait avec le reste du seul costume de soirée qui lui restait. L’ensemble était certes un peu passé de mode, mais il faisait parfaitement l’affaire.

Le silence et le petit air qui vint faire voleter quelques mèches de ses cheveux, tout le contraire de l’endroit qu’il venait de quitter, le firent soupirer d’aise alors que son regard se perdait dans le ciel étoilé. Au moins lui n’avait pas changé. Mais voilà que déjà quelqu’un d’autre faisait son apparition sur le balcon. Il allait finir par croire qu’il n’y avait plus moyen d’être seul à terre. Enfin pour une seule personne il n’allait pas en mourir.  Si la voix ne lui avait pas été familière, la chevelure rose ne lui aurait de toute façon pas permis de se tromper sur celui qui venait de s’installer à ses côtés. Un homme qu’il connaissait bien dans sa précédente vie. Un homme dont il aurait surement du se douter qu’il se trouverait ici.

« Agent Pig … A moins que vous ayez fini par être promu ? Je suis navré pour les soucis que vous avez eu, mais si j’avais donné des nouvelles, vous auriez eu droit à du travail supplémentaire. Ce n’est pas pour rien que je me donne du mal à jouer les morts.»

Et tout le monde ou presque à Oz savait a quel point la motivation de l’agent Pig pouvait être fluctuante selon la tâche qui lui incombait. Oui pour être sans doute un des seuls à croire en lui et pour ne pas s’inquiéter plus que ça de la présence au bal, de celui qu’on accusait de terrorisme et autre, le Tinmen devait adorer les causes perdues. Refusant poliment d’un geste la cigarette, il détailla un peu plus le visage de l’homme dont il ne savait si le sourire devait le rassurer. Nemo n’était pas un gros fumeur, c’était seulement à l’occasion et bien que tentante en cette soirée, il avait l’impression de se voir offrir la dernière cigarette du condamné par le policier.

« Vous êtes venu voir se que je manigançai ? A moins que ce ne soit le moment où vous vous décider à dire que j’ai assez couru comme ça ? Ou alors celui où vous êtes venu voir jusqu’où c’était enfoncé votre cause perdu ? »

A n’en pas douté si l’agent Pig c’était penché sur son cas avec assiduité, il n’aurait jamais pu disparaitre avec autant de facilité. Et c’était d’ailleurs un peu dans la crainte que le vent ne finisse par tourner qu’il s’était réfugié au fond des mers. Pas seulement pour fuir ses démons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mer 31 Juil - 23:08
L'agent eut un léger rire en entendant parler de sa promotion. Un rire franc, simple. En aucun un rire dont il faudrait se méfier. Il fit un léger « non » de la tête, ne souhaitant pas lui couper la parole. On peut être flic et être poli non ? Son sourire s'agrandit à ses paroles. Oui, il jouait plutôt bien les morts. C'était juste qu'il n'avait jamais voulu admettre que quelqu'un de si talentueux soit mort aussi discrètement, ou aussi bêtement. Il se permit de prendre doucement la parole, de sa voix grave et rassurante.

« Pas de promotion, je cherche trop les problèmes pour ça. Et toutes mes condoléances alors... Mais je dois dire que pour un mort, vous avez plutôt l'air en bonne santé. »

Il rangea son étui à cigarettes. Le fond de l'air était vraiment agréable, mais si ses cheveux n'avaient pas été fermement attaché en catogan, il aurait sans doute pesté contre la légère brise qui l'aurait tout ébouriffé. Il s'accouda à la rambarde, nonchalant, occupant l'espace de sa charismatique personne.Son sourire s'agrandit à ses questions. Il était terriblement imaginatif. Heureusement qu'il n'était pas influençable et qu'il ne courait pas après la gloire. Sinon, il aurait sans doute été de le faire prisonnier. Mais ce serait gâcher trop de talent. Oh et mince alors, quel étourdi il faisait, il n'avait pas de menottes sur lui ! Oh zut alors ! Bref, toute façon, il n'était pas là pour ça.

« Ma foi.... Aucune des réponses ne semblent correspondre. Pour dire vrai, je suis venu pour faire plaisir à mes frères avant tout, et on m'a aussi chargé de surveiller la sécurité des lieux, en complément des gardes de ce royaume. En gros, on m'a invité à boire un cocktail. Alors ne craignez rien. Je suis juste heureux de vous voir vivant. Vous êtes trop talentueux pour mourir aussi bêtement que ce que l'on raconte. Quoique la version où vous vous noyez dans une flaque d'eau est assez hilarante... Un ivrogne de Munchkin qui me l'avait raconté. »dit-il d'une voix amusée.

Il s'arrêta pour regarder l'homme. Non, il ne venait pas pour constater les dégât. Il savait ce que c'était que perdre un proche. Il venait plutôt pour voir ce qui était positif. Il voulait voir si l'homme tenait le coup. Ce n'était qu'une simple visite auprès d'une personne qu'il appréciait. Quand bien même il ne le connaisse finalement que peu. Il avait du respect pour Nemo. C'était une chose assez difficile à expliquer, mais c'était ainsi. Il eut un sourire, et demanda d'une voix que seul Nemo pourrait entendre.


« Et la vie de marin vous convient-elle mieux que la mort véritable ? »

Quoi ? Vous doutiez que Pig, ce pilier de comptoir n'ait pas entendu les rumeurs ? Les dépôts de civils sur les côtes ? Un mystérieux navire pirate qui coulait tous les autres ? Et des dates qui coïncide ? Franchement, vous sous-estimait l'agent Pig.
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 372
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Jeu 1 Aoû - 21:26
Le rire léger de l’agent Pig eu le drôle d’effet de réussir à calmer ses nerfs et à le sortir de cet état de stress dans lequel la foule l’avait plongé. Le caractère si particulier du policier sans doute et peut-être un peu le fait de pouvoir discuter avec un autre représentant du pays d’Oz. Bien qu’il se considère plus aujourd’hui comme un élément immuable du décor sous-marin, il n’avait jamais pu complètement renoncer à sa ville d’origine. Et si un sourire un brin mélancolique avait commencé à apparaitre sur son visage, le masque du capitaine avait bien vite repris sa place au son des condoléances. Ce n’était peut-être que l’expression de sa compassion face à son destin, mais Nemo ne pouvait également s’empêcher d’y rattacher le goût amer des condoléances liées à la perte de son frère. Mais ça il ne voulait pas le montrer, alors il avait continué d’écouter, avant de se forcer à poursuivre la conversation.

« Vous seriez sans doute surpris de voir à quel point le monde des morts est plus vivace que celui des vivants eux-mêmes. »

Lui-même n’avait eu la surprise de le découvrir que récemment quand avec son équipage il avait été obligé de le traverser pour parvenir jusqu’ici. Non sa vie à lui n’avait pas grand-chose à voir avec celle d’un mort, mais il comprenait où l’agent Pig voulait en venir. Mal à l’aise sur le sujet il avait finalement préféré dévier sur la présence du policier et sur ce qu’il comptait faire. Il y avait certainement pire que de se faire arrêter par le policier à la chevelure rose et il était certain qu’il y avait pire comme compagnon de soirée. S’appuyant à son tour sur la rambarde, se mettant ainsi plus à l’aise, il ne put empêcher un léger rire de lui échapper.

« Vraiment ? Je ne la connais pas celle là, il faudra que je me renseigne. »

Il avait connaissance des rumeurs concernant sa disparition, certaine venant même de lui, tel que celle de l’accident d’atelier, celle où il finissait occis par une bande de brigand et même celle où il se faisait rouler dessus après avoir trop bu. Mais celle-là elle était vraiment bien trouver quand on savait que l’eau dans laquelle il se noyait habituellement n’avait rien d’une simple flaque.

« Merci de votre sollicitude mais je ne mérite vraiment pas tant de compliment. Surtout  quand on sait où m’a mené mon talent. »

L’agent Pig avait encore des personnes pour qui vivre, ce que Nemo avait définitivement détruit de ses propres mains. S’il se plaisait à remuer le couteau dans la plaie ? A vrai dire c’était une plaie qu’il avait toujours refusé de se laisser complètement fermé, ne méritant pas pour le moment qu’on atténue sa faute. Il aurait sans problème accepté sa condamnation si elle ne lui avait pas paru trop douce face à ses crimes et s’il n’y avait pas eu une autre personne à faire tomber avant.

« Je vous crois sans problème, mais êtes-vous ben certain que je ne crains rien ? Après tout ma présence ici pourrait- être vue comme une brèche dans la sécurité. Bien que sécurité soit une notion très particulière dans ce royaume. »

C’était d’ailleurs une des choses qui l’arrangeait assez et qui lui avait permis de s’éterniser autant. La conversation avec l’agent Pig n’avait rien de désagréable après tant d’années, mais sans doute était ce du au personnage. C’était presque comme deux amis qui se retrouvaient. Un personnage qui le surpris une fois de plus, un éclat d’étonnement passant dans ses yeux quand il fit allusion à sa nouvelle vie. Comme quoi il n’était pas le seul sur ce balcon à être beaucoup trop talentueux et pour ça il méritait bien plus de respect que ce que certain semblait bien vouloir lui donner. Le fait d’attirer les problèmes n’était qu’un moindre mal à côté de ça et Nemo en était parfois une belle preuve.

« Disons qu’elle m’apporte une certaine tranquillité d’âme. Je vois que je ne suis pas le seul à avoir du talent à revendre…Vos supérieurs sont vraiment aveugles ma parole, mais j’ajouterai quand même une chose agent Pig…Ne croyez pas pouvoir percer tous mes secrets comme ça ! »

Un sourire entendu fit son apparition sur son visage, peut-être un brin provocateur. Le policier n’avait jamais complètement perdu sa trace apparemment, il était donc curieux de savoir jusqu’à quel point il avait pu se renseigner sur lui et surtout curieux de savoir s’il allait finir par devoir s’en méfier un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mar 6 Aoû - 1:13
 Siméon eut un sourire à l'évocation du pays des morts. Il espérait que ses parents y étaient et vivaient leur mort avec autant de joie que leur vie. Il se demandait s'il aurait l'occasion d'y aller. Il aurait tellement voulu les revoir. Juste une fois pour s'excuser de sa lâcheté, leur montrer qu'il était devenu quelqu'un qui aurait pu les défendre, qu'il avait continué leur travail et que ses frères étaient à présent de beaux jeunes hommes épanouis.

« C'est tout le mal que je souhaite aux défunts, de vivre leur mort avec plus de fougue que leur vie encore. »murmura-t-il presque plus pour lui-même.

Il eut un léger rire ensuite. Oh, il ne devait pas s'ennuyer s'il intéressait aux différentes versions concernant sa présumée mort. Cela montrait comment l'imaginaire collectif était développé ! Si Pig décidait un jour de se faire passer pour mort, il ne donnerait aucun élément tangible, et s'amuserait à écouter les rumeurs, en les amplifiant, déformant et colportant, ce serait tellement drôle ! Peut-être que Nemo faisait déjà cela en fait.

« Oh, ne vous inquiétez pas, dans tous les cas, je vous couvrirai. Mais ici, personne ne vous recherche vraiment. Et puis, même à Oz, vous faites presque parti de l'histoire ancienne vous savez. Les gens oublient. Ils oublient beaucoup. »dit-il d'une voix assurée.

Il fit une pause. Sa cigarette se consuma un peu entre ses lèvres. Il était triste de voir cet inventeur si talentueux nier ses facultés. Trop de génies meurent sans avoir employé leurs compétences jusqu'au bout. Il avait peur que cela soit le cas du capitaine. C'était fort dommage. Il aurait aimé le connaître mieux avant tout ce qui l'avait plongé en disgrâce. Il aurait égoïstement souhaiter avoir son aide pour mieux rendre justice. Peut-être qu'avec un tel génie, il aurait pu un jour empêcher les crimes d'être commis au lieu de punir des coupables. Mais ce rêve ne s'accomplirait sans doute jamais. Parce qu'on le croyait coupable.

« Ce n'est pas parce que vous avez failli une fois que votre talent n'est plus là. Il suffit juste d'apprendre de ses erreurs. Personne n'est parfait. Vous n'êtes pas le seul à avoir échoué pour sauver un proche. »dit-il alors que la fumée sortait de ses lèvres en même temps que les mots.

Des mots amers. Des drames, il en voyait tout les jours. Il en avait vécu. Non, Nemo n'était pas seul. Loin de là. Ils étaient tellement nombreux, comme lui à regretter à tort ou à raison. Mais les regrets ne servent à rien. Ils ne font qu'hanter les esprits. Il eut un léger soupir. Si seulement il savait appliquer ses propres idées à sa vie. Il serait un homme meilleur à n'en pas douter. Son sourire revint quand Nemo le complimenta.

« Oh, mais je suis très heureux que mes supérieurs soient aveugles. Et puis, ils me fichent la paix, c'est tout ce dont j'ai besoin vous savez. Les médailles, ce n'est pas trop mon truc. Je préfère qu'un gamin me dise qu'il veut être comme moi plus tard. Ça a plus de valeur, vous voyez ? »dit-il avec un sourire moqueur.

Il se releva un peu, et s'approcha un peu plus du capitaine, sans doute un peu prédateur, ou séducteur, les deux allant parfois de pair. Il posa une main sur l'épaule de l'homme, et se pencha à son oreille.

« Vous savez, connaître tous les secrets d'une personne la rendrait bien trop ennuyeuse à mon goût. Mais j'admire votre bonté d'âme. Vous savez que certaines personnes viennent parfois au commissariat pour demander au gouvernement d'Oz d'offrir le statut de citoyen d'honneur à un pirate qui les aurait ramené sur les côtes... Ils mentionnent aussi souvent des choses étranges à propos d'un bateau allant sous les eaux. Beaucoup pensent que ces naufragés ont eu un délire à cause du sel de mer. Pour ma part, je pense que vous êtes trop bon pour avoir tué la seule personne que vous sembliez aimer. Mais ce n'est que mon avis, et je ne suis qu'un simple agent de police. »

Sa voix s'était faite suave, charmeuse, et rieuse. Il se recula doucement, sa main caressant très légèrement le bras de l'homme en revenant le long de son propre torse. Oui, il aimait jouer. Il aimait surtout croire qu'un jour, il pourrait compter Nemo dans ses alliés pour couvrir sa fuite pour faute grave. La vie sous les mers le tentait plutôt comme retraite.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Mar 13 Aoû - 21:48
Ça y est ! J'y suis. Dire qu'il y a, à peine un, mois j'imaginais les humains comme des monstres hideux, avec des dents pointues et des yeux injectées de sang, et là je me retrouve dans une salle de bal entouré d'hommes et de femmes, tout ce qu'il y a de plus normaux.
Je dois remercier Sim, car c'est comme ça qu'il veut que je l'appelle, de m'avoir forcé à venir.

Maintenant que je suis là, autant en profiter pour observer les gens et voir comment ils se comportent entre eux, comme ça, je n'aurai qu'à faire pareil, quand quelqu'un viendra me parler, parce que je ne pense pas que ce soir, j'aurai le courage d'aller à qui que ce soit.

Je décide donc de m'asseoir dans un coin pour me faire oublier, ce qui n'est pas compliqué, car à partir du moment où Sim m'a lâché, il m'a dit :

« Voilà, on y est. Ne t'inquiète pas, ça va bien se passer. Il n'y a pas de raisons. Maintenant, je reviens. »

Je m'assoie donc dans un coin, quand tout à coup, j'entends une petite voix à côté de moi qui me dit :

« Monsieur, vous désirez ? »

J'ai mis au moins trente secondes pour m'apercevoir que c'est à moi qu'il s'adressait. Je tourne la tête et je vois un monsieur qui me sourit et qui tient dans ses mains un plateau avec des verres dessus. J'hésite longuement avant de m'apercevoir que tout le monde ou presque avait un verre à la main. Je décide de m'en prendre un.

Ce qu'il y a dans le verre, je n'en avait aucune idée, mais c'est plutôt bon. Très bon, même. Une fois fini, j'essaye de trouver le serveur pour lui remettre mon verre. Je croise un autre serveur, lui remet mon verre, en reprend un autre et retourne m'asseoir. Et cela pendant une bonne heure et demi.

Cette boisson est bonne, mais j'ai maintenant une étrange sensation, c'est comme si toute la salle tournait autour de moi. J'ai chaud et je ne me sens pas du tout bien. Je décide d'aller prendre l'air. Je me lève et me dirige vers la porte, du moins j'essaye car la porte devant moi, ne fait qu'aller et venir devant mes yeux comme si elle pouvait se déplacer. Je vois les gens me regarder et je ne comprend pas pourquoi ils rient en me regardant.

Avec beaucoup de mal, j'arrive quand même à la porte et dehors, sur le balcon, je vois Sim en pleine discussion avec quelqu'un. Je vais contre la rambarde, en m'interposant entre les deux, contre ma volonté.

« Merzi de m'afoir emmenjer parze quje tu zavais raizan , les zotres il zont comme moua. Ils zont zteus bras , zteux jampes. Z'est mon bére qui avait dort , et doi d'avais raison.  Je t'zaime monpapa.
Parze quje l'autre là, c'esst bas mon bére,  et ze l'emm...... »

Et c'est à ce moment là que les cocktails ingurgités, aussi bon soient-ils, ont décidés de sortir par ma bouche, j'ai juste eu le temps de me pencher par dessus la rambarde. Une fois ceci fait, mon corps a décidé de me lâcher et je m'effondre sans pouvoir me relever.
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 372
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Dim 29 Déc - 19:34
Spoiler:
 

L’agent Pig cachait décidément bien son jeu et si Nemo avait été à la place des dirigeants de la police d’Oz il n’aurait été que trop heureux de compter un homme pareil dans ses rangs, quand bien même attirait-il parfois les ennuis. Finalement le policier semblait avoir raison et ennuis avaient souvent l’air d’aller de pair avec talent. Et c’est avec un sourire tout aussi moqueur que l’agent aux cheveux rose qu’il enchaina.

« Imaginez donc la tête de vos supérieur face à la perspective d’une nuées d’enfant se donnant pour but d’être comme vous, ils seraient perdus, mais ça me semble en effet être la meilleur des récompenses. »

Le policier se rapprochait de lui d’une démarche de prédateur, le poussant à l’observer d’un œil scrutateur. La voix à son oreille aurait presque pu lui provoquer un frison, mais loin de se reculer Nemo sourit. Si l’agent Pig voulait jouer à ce jeu alors ils joueraient. Ce n’est pas comme si le capitaine en avait souvent l’occasion d’ailleurs. Sentant le policier se reculer, il fit demi-tour, réduisant à nouveau ‘espace entre eux et murmura d’un ton le plus bas possible à l’oreille de l’homme.

« Je vais donc tacher de conserver au mieux mes secrets, bien que je ne doute pas trop que vous pussiez un jour les découvrir. Et même si vous êtes au final le seul à les connaitre je vais parier sur le fait de ne pas risquer grand-chose. Après tout bon nombre n’y croirait surement pas. »

Il redevint néanmoins légèrement plus grave face à l’allusion à ses activités de pirate sous-marin. Bien que le terme pirate soit grandement exagéré et qu’il se refuse à ce genre d’activité. En tout cas l’agent Pig ne cessait de le surprendre et Nemo se demandait vraiment jusqu’à quel point il était découvert. Il reprit néanmoins se sourire mystérieux et se décida à continuer de jouer le jeu du faux innocent.

« Et bien moi à la place de ce pirate je refuserai ce titre, il n’y a rien de pire pour faire tomber un homme que trop de reconnaissance et je sais de quoi je parle. Quand à savoir si un bateau peut aller sous les eaux, c’est une idée intéressante et sans doute des plus fantastiques si elle est vraie, vous ne croyez pas ? En tout cas je vous remercie de toute cette confiance que vous semblez me porter, je tacherai de ne pas trop vous décevoir…et qui sait votre instinct de policier finira peut être par avoir raison. »

Peut être prenait-il un risque, mais il avait envie de croire en cette confiance que lui accordait le policier et que lui-même se refusait. Peut être était-ce la chose qui lui manquait pour réellement accomplir de grandes choses tels qu’il se les était imaginé dans sa jeunesse. Il se pencha un peu plus avant prêt à ajouter une nouvelle touche de mystère, mais le grincement de la porte le força au contraire à ce reculer, laissant ainsi la place à un jeune garçon qui avait à coup sûr abuser de quelques cocktails de trop. Si Nemo n’avait pas tout compris de son discours, il remarqua bien vite le signe que les choses se compliquait et cru même un instant que le garçon ne lui décor ses chaussures, mais par chance le jeune homme se pencha en avant juste à temps avant de se laisser glisser au sol.

« Et bien agent Pig, il semblerait que vos connaissances n’aient pas toutes la même descente que vous. Enfin si c’est bien un ami à vous ?»

Il lança un sourire ironique à l’homme au cheveu rose avant de s’agenouiller au côté du pauvre garçon bourré afin de s’assurer de son état. Qui sait s’il ne s’était pas trompé d’interlocuteur avec tous les verres avalés ? Claquant des doigts sous les yeux du jeune homme pour attirer son attention.

« Ca va aller ? Je sais que certain se sentent en général mieux après ce genre de chose, mais peut être qu’encore un peu d’air frais vous ferez plus de bien ? »

Ca dernière gueule de bois remontait à il ne savait plus quand exactement, ayant rarement l’occasion de boire ou de faire la fête à bord du Nautilus, mais une chose était sûr, le garçon risquait de ne peut-être pas apprécier l’après coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Sam 4 Jan - 16:50
Le jeu avec Nemo aurait pu durer des heures, à se tourner autour, à se faire des compliments à peine déguisés, à se chercher un peu... Oui, c'était amusant, et clairement le genre de Siméon. Mais cela ne pouvait pas durer une éternité, c'était trop beau. Il avait fallu que Pinocchio débarque complètement... défoncé. Il n'y avait pas d'autres mots ! Bon sang, ces serveurs n'avaient pas remarqué que ce n'était encore qu'un frêle adolescent ? On ne peut plus faire confiance à personne en ce bas monde ! Quoi, il aurait dû suivre ce gamin à la trace ?! Eh, ce n'était pas son pèr... Siméon eut un brusque frisson en entendant le discours décousu du jeune garçon. C'était lui son « papa » ? Ohlala, non, non, non, c'était beaucoup trop de responsabilité, il était bien trop jeune, et merde. Papa ? Sérieusement ! Il faudrait vraiment qu'ils aient une discussion quand il aurait décuvé. Il était hors de question qu'un gamin lui fasse prendre vingt ans d'âge d'un coup ! Alors là, jamais !

« Oui, c'est effectivement un ami... »répondit-il à Nemo en s'agenouillant un peu précipitamment à côté de son protégé. « Et effectivement, il n'aurait jamais dû boire autant ! C'est inadmissible qu'on l'ait servi ainsi ! Il n'est même pas encore majeur ! »

Oui, Pig s'énerva tout seul. Il n'aimait pas voir son nouveau protégé dans cet état. Ses frères avaient pourtant dit qu'il le surveillerait ! Merde, impossible de compter sur eux ! Ou alors, ils en avaient fait exprès ? Des fois, il se demandait si ses frères n'étaient pas un peu jaloux de ce nouveau venu dans la famille. Pourtant pour Siméon, il ne remplacerait jamais ses frères, c'était juste quelqu'un d'autre à protéger le temps qu'il puisse voler de ses propres ailes. Siméon aperçut un serveur dans l'encadrement de la porte, il le héla et lui ordonna d'une voix autoritaire d'aller lui chercher de l'eau et une serviette mouillée, et ce rapidement s'il ne voulait pas passer par dessus la rambarde. Oui, Siméon sait avoir des arguments de poids pour obtenir ce qu'il veut !

Il se tourna à nouveau vers Pinocchio et le capitaine, fronçant les sourcils à la remarque de Nemo.

« Oui, un peu de fraîcheur ne lui fera pas de mal... Pinocchio, tu as bu combien de verres au juste ? Et tu as intérêt à rester éveillé, sinon tu ne vas pas apprécier ton réveil, jeune homme ! »dit-il d'une voix paternaliste.

Le serveur arriva en courant avec un pichet d'eau, une serviette, et un verre, s'excusant de ne pas avoir été plus rapide. Pig le remercia sèchement, et appliqua doucement le tissu sur le visage du garçon, lui nettoyant le visage, il rinça la serviette et tamponna son front. Puis il remplit le verre, et l'amena à sa bouche.

« Bois ça, ça te fera du bien. Après, on essayera de te trouver un coin tranquille pour que tu te reposes... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: Archives RPs-