Fairy Tales, la ville de tous les contes, n'est plus ce qu'elle était. En vérité, tout est en train de changer et vous allez bientôt vivre un cauchemar.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ouverture d'une nouvelle sous-partie du Flood pour votre contenu "fanmade" et autre relatif à l'univers d'HnE.

Partagez | 
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Ven 19 Avr - 18:39
Il n’avait pas fallu plus d’un jour au Nautilii pour rejoindre la terre la plus proche de la zone où s’était « échoué » le Nautilus. Nemo et ses hommes avaient mis pieds en pleine terre des morts et l’intervention d’une bonne âme –un ectoplasme il semblerait- pour les guider allait leur permettre de trouver le matériel manquant aux réparations rapidement. Les quelques jours de marches pour rejoindre la crypte indiqué par le défunt  avaient d’ailleurs permis à ce cher Capitaine Nemo de se débarrasser du « mal de terre » qui l’avait pris au tout début, habitué qu’il était désormais aux doux et légers roulis du Nautilus sous les flots.

Malgré les cinq années entières qu’il venait de passer en mer, il ne fut pas surpris de constater que le monde civilisé était aussi sinistre qu’il le voyait avec ses noires pensées. Il n’était pas à l’aise à terre, en constatant l’agitation et les préparatifs pour ce fameux bal, il avait eu connaissance des récents et étranges événements qui semblaient avoir frappé tous les royaumes. Seule sa curiosité et l’envie de découvrir le tour qui se cachait derrière tout ça l’avait retenu de fuir au fond des mers pours le reste des années à venir. Il avait chargé son second de commencer les réparations à bord du Nautilus, pendant que lui-même s’installait provisoirement dans une des nombreuses maisons abandonnées du village de Cursed Kingdom.

Nemo n’était pas fou, il n’allait pas prendre le risque de retourner à Oz et encore moins à Munchkin bien que revoir la ville lui aurait plut. L’avantage indéniable que présentait ce village abandonné et qui l’avait résolu à s’y installer c’était qu’ici on semblait pas mal se fiche de sa présence et ça, ça lui convenait parfaitement. Le problème c’est que ça convenait également à tout un autre tas de types bien plus louches que lui. Il commençait même à pensé sérieusement qu’il ne serait pas inutile de se procurer une arme plus offensive que son pistogaz.

Il errait dans le dédale de rue sombre, quand il se fit bousculer par un homme aux allures de troll. Loin d’en rester là, le colosse au contraire tira une épée grossière de sa ceinture exigeant de Nemo réparation en espèce sonnante et trébuchante. Le capitaine du Nautilus était peut être inconnu ici, mais ses vêtements de qualité trahissait sa bourse bien remplit. Nullement impressionné par l’énervement et l’agressivité grandissante de l’énergumène, il se contenta de tirer son arme de son holster et de lui tirer dessus. Il y avait peut-être mieux comme réponse mais il doutait que son assaillant ait de quelconque notion de diplomatie. Replaçant l’arme sous son manteau, il abandonna le corps de l’homme ronflant au milieu de la rue et poursuivit sa route. Mouais, il fallait vraiment qu’il se trouve une arme offensive puisqu’il comptait rester à terre un moment.

C’est ainsi qu’il se retrouvait désormais chez ce qui semblait être l’armurier du village à examiner les diverses lames et autres armes que le marchand pouvait proposer. Le choix était difficile, il fallait trouver quelque chose qui soit léger et facile à manier et surtout conviennent à son style.
Revenir en haut Aller en bas
Beast
avatar
I'm a monster

Nom : Adam Beast
Univers original : Beauty and the Beast
Messages : 537
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t315-memoires-d-une-bete
Mer 31 Juil - 16:15
Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire ? Me voilà donc, moi, Beast, le Prince qui vit en ermite chez sois, sans sortir, moi qui suis misanthrope, parti pour aller au bal, accompagner de mon ex-prisonnier qui est plus ou moins devenu, par la force des chose, mon invité. Et vous n'imaginez même-pas à quel point ça me donne mal au crâne rien que d'y penser... Bref, non seulement je me sens extrêmement bizarre quand je le croise, mais en plus il me pourrit toujours autant la vie. Mais bon, monsieur est parti chasser, j'espère au moins qu'il va rentrer, donc j'en profite pour sortir. OUI je m'apprête à sortir de chez moi ! Oui c'est impensable, et non je n'ai pas de raison valable ! En fait je suis sorti pour aller acheter un arc. Et NON je n'utilise presque jamais d'arc, c'est pas pour moi... Belle est parti chasser avec un arc qui doit commencer à se sentir mal, et je n'ai pas vraiment envie que quelqu'un vienne ruiner ma tranquillité en venant me harceler à cause d'un accident. Et optionnellement si il pouvait revenir en un seul morceau de sa chasse je préfèrerais, j'ai pas envie de voir un quelconque charlatan de médecin quelconque chez moi, ni de devoir descendre au cimetière qui est à l'autre bout du royaume.

Je descends donc aux écuries préparer un cheval, Belle à pris Sultan, il va quand même falloir que je lui apprenne à monter à cheval parce que c'est pas très académique, mais il se démerde bien pour quelqu'un qui n'a jamais fait d'équitation, je dois avouer. Je m'avance vers un étalon noir comme l'encre avec juste une tache blanche sur le bout du nez et commence à seller le dénommé Black Diamond, qui est mon cheval personnel par ailleurs. J'en profite pour placer les sacoches de voyage derrière le troussequin, et comment à monter en selle, direction le "village" ou plutôt ce qu'il en reste. Étant donné que cela reste MON village, j'ai toujours connaissance, via mes domestiques, des meilleurs armuriers, forgerons et ébénistes, et même des tailleurs. Première étape de mon "périple", parce que oui sortir de chez moi c'est tout un périple, l'armurier. Je vais lui prendre des gantelets temps que j'y suis, ça lui fera plai-... Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Je m'en fou complètement que ça lui fasse plaisir ! Et puis zut je suis là alors autant que je soit pas venu pour rien !

Je descends et attache Black Diamond, qui est suffisamment connu dans le coin pour que même les pires criminels du coin ne me le pique pas, tout le monde sait que je peux être très sévère en sanction quand il s'agit de ma personne et je crois qu'ils ont pris soin de faire passer les représentations de chacun de mes biens pour éviter les ennuis. Qu'elle fut ma surprise de voir que je ne suis pas seul, un homme, qui n'est vraisemblablement pas du coin, est lui aussi à l'armurerie. Il n'y a jamais personne d'autres que des trafiquants dans le coin, mais passons. Je ne vais pas en tenir compte, déjà parce que je m'en moque il fait ce qu'il veut, mais aussi parce que je doute que Belle soit bien contente si je fais une émeute chez nous--- enfin non je veux dire chez moi ! Je m'approche donc de l'armurerie, repérant des gantelets qui recouvre le poignet et le dessus de la main, verts, avec les bords en argents, qui sont d'ailleurs réglable et de taille suffisamment petite pour les poignets de Belle qui est quand même un peu freluquet. Je m'adresse à l'armurier qui est alors méfiant mais s'affaire près de moi pour me satisfaire, bien que je ne sache pas trop ce qu'il craint de moi....


"Mon brave, je prendrais ces gantelets-ci, ils m'ont l'air de bonne fracture."

Je donne alors une petite bourse de pièces d'or au marchant et jettes alors un léger regard à l'homme au look étrange alors que l'armurier prépare les gantelets.


Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Jeu 1 Aoû - 17:05
L’armurerie semblait disposer d’un commerce bien plus prospère que les autres boutiques qu’il avait pu croiser en chemin. L’insécurité qui régnait dans la ville devait fortement profiter au gérant du lieu. Commençant d’abord par faire un tour des différentes armes exposé, le capitaine s’était attelé à la recherche d’une arme qui pourrait lui convenir. Il était assez difficile dans ses choix et pouvait certainement passer des heures à comparer tel et tel marchandise, au point de finir par rendre les vendeurs chauves. C’était d’ailleurs pour ça qu’il avait fini par se résoudre à fabriquer lui-même la plupart des choses dont il avait besoin, mais malheureusement ses compétences n’étaient pas assez développées quand il s’agissait d’armes classiques. Sauf qu’il savait exactement ce qu’il voulait, soit une arme légère, facile à transporter et à manier, qu’il puisse facilement dissimuler, le tout en gardant un certain esthétisme.

Il passa rapidement sur les quelques épées, s’arrêtant plus longuement sur les dagues et poignards, examinant les lames, vérifiant parfois la maniabilité de certaines. Une dague lui serait certainement utile, mais ça n’était pas encore assez proche de son style et surtout il ne pourrait sans doute pas y apporter énormément d’amélioration. Car en tout bon inventeur qu’il était, le cerveau de Nemo fourmillait d’idées et d’innovations et il ne passait pas un moment sans qu’il finisse par ajouter sa touche personnelle. Mieux valait qu’il demande directement à l’armurier.

« Vous pourriez me montrer vos différents modèles de canne-épée ? Si vous en avez bien sûr. »

Ca lui paraissait étrange qu’il n’en ait pas au moins un ou deux modèles vu la bonne place que sa boutique semblait occuper. Ce devait même certainement être le fournisseur officiel des dirigeants du royaume. Le vendeur allait passer à l’arrière pour répondre à sa demande quand un nouveau client fit son entrée. C’était un homme grand, aux cheveux longs et qui n’avait pas grand-chose à voir avec tous les malfrats que Nemo avait pu croiser jusque là et dont l’expression du vendeur lui confirma que ce ne devait pas être n’importe qui. Précipitamment, l’armurier déposa devant lui cinq modèles de cannes avant de partir immédiatement s’occuper de la demande du nouveau venu et sans plus ce préoccupé de lui désormais. Il s’en fichait un peu de toute façon, il n’était pas aux pièces et aurait ainsi le temps de faire son choix à loisir.

Son regard fut immédiatement attirer par un modèle en ébène et au pommeau d’argent. Pas trop lourde, la lame était assez fine et donc facilement maniable. De plus la simplicité de l’ouvrage lui permettrait de faire toute les modifications qu’il souhaitait. Dégainant complètement la lame pour y jeter un dernier coup d’œil, il manqua complètement les regards que le noble pouvait porter sur lui. Il examinait toujours son futur achat, quand les éclats d’un début de rixes commencèrent à se faire entendre, obligeant le capitaine à relever la tête, le faisant soupirer d’agacement.

« Décidément ils ont oublié les bienfaits des mots silence et tranquillité ici. »

Cette remarque n’avait été murmuré que pour lui-même, signe de son agacement face à toute cette agitation qui pouvait régner sur terre et à laquelle il n’était décidément plus habitué. Et après certain se demandait encore comment il pouvait supporter de demeurer au fond des océans. Mais parce qu’au fond des océans il était au calme, sans personne pour venir le déranger, l’agacer ou pour lui faire commettre les pires erreurs. Non il n’y avait qu’en quittant définitivement la terre qu’il avait pu passer outre son dégout de lui-même. Il n’avait peut-être que la solitude pour seul compagnie mais ça lui convenait très bien comme ça.

« Excusez-moi, mais est-ce que vous avez terminé ? »

Canne-épée toujours en main, il s’était retourné vers le noble pour savoir où il en était. C’était assez osé et déplacé, mais l’agitation de plus en plus forte à l’extérieur l’irritait énormément même s’il demeurait calme en apparence. Alors oui c’était un peu pressé, mais il n’avait qu’une envie c’était de retourné s’enfermer dans cette maison abandonné qu’il avait trouvé, histoire de poursuivre ses recherches en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Beast
avatar
I'm a monster

Nom : Adam Beast
Univers original : Beauty and the Beast
Messages : 537
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t315-memoires-d-une-bete
Jeu 1 Aoû - 19:44
Une fois mes emplettes terminée, ou presque, je constate un certain vacarme extrêmement déplaisant... Les gens le font exprès ? L'armurier à alors l'air un peu inquiété en voyant mon agacement face à tout ce boucan. L'homme à coté de moi n'arrangeant rien en me demandant, bien que poliment, si j'avais terminé. Lui il est vraiment pas du coin. Mais ne nous énervons pas. Vivement que les abrutis d'adolescent de derrière arrêtent leurs conneries.... J'interromps l'homme quelques instant en m'excusant deux minutes et me retourne vers les garnements et le reste du peuple pas très futé, qui, voyant leur monarque qu’ils craignent pour une raison inconnue qui plus est, l'ignorent complètement. Je me racle la gorge avec un air nonchalant et mal léché. Les bruits atténués et les parents demandent à leurs enfants d'arrêter avec des pluies d'excuses bidon.

"Excusez-nous votre altesse nous ne vous avions pas vu !"

La foule se dissipant et les gens se tapissant dans les boutiques intérieurs, je me retourne vers mon interlocuteur, avec un air blasé, prenant soin de prendre un grande bouffé d'air afin de retrouver mon calme. C'est ça de vivre en ermite dans un château on est plus habituer au bruit. Même sinon niveau nuisance sonore Belle atteint quelques records, ou alors peut-être est-ce moi, ou un tout allez savoir, c'est n'est pas de la mauvaise nuisance sonore, c'est de la communication. Et puis cela ne nuit à personne comme je suis chez moi et qu'il n'y a personne sur plusieurs hectares pour nous entendre, hormis Ben et André, mais ils sont payés pour ça. Sur ce, je me retourne vers l'étranger.

"Bonjour étranger. Vous, vous n'êtes pas du coin, je me trompe ? Et oui, aller-y, je m'apprêtais à y aller, il faut que je retrouver l'emplacement de l'ébéniste, il ne me semble pas que je l'ai viré, il doit avoir déménager... Depuis le temps..."

Cette dernière phrase s'adressant à moi-même, je m'apprête à continuer ma route et par la même occasion à laisser mes achats sur place, l'armurier surement trop stressé pour le remarquer.

"Au fait, très bon choix de lame, mais celle avec le manche en tête de dragon dorée me semble mieux équilibrée. Vous n'êtes pas non plus un épéiste à ce que je vois."

Bon, l'ébéniste. Je lance un coup d’œil rapide autour de moi, essayant de repérer mon chemin, les habitants n'osant surement pas m'indiquer ma route, bien que tenter de le faire par pur fayotage. Dommage pour eux, ça ne prends pas avec moi. Et puis je ne suis pas SI cruel, je ne vais pas virer quelqu'un ou le faire exécuter s’ils osent m'adresser la parole... D'ailleurs maintenant que j'y pense à moins de s'approcher du château et d'intenter à la vie d'un de ses habitants, je ne vois pas trop ce qu'il pourrait me pousser à tuer quelqu'un. Si on exclut cet abruti de chasseur en fait...


Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Dim 4 Aoû - 19:43
Il n’était apparemment pas le seul à être dérangé par la foule bruyante au dehors, l’autre client prenant un air des plus agacé. Sa question tombait mal du coup, mais ça ne l’inquiétait pas plus, attendant plutôt la suite des évènements. Et le spectacle fut intéressant si l’on puis dire ou en tous cas riche d’enseignement. D’abord la crainte et la peur qui s’empare de chacun face à l’irritation de cet homme. Une personne à craindre ? Il ne voyait pas trop pourquoi mais bon la suite pourrait peut-être le lui apprendre. Il ne fut d’ailleurs pas déçu et même un peu surpris en entendant que cet homme qu’il avait pris pour un simple client était en fait le monarque du royaume. Les convenances avait du drôlement changer avec les années pour que les souverains fassent désormais leurs emplettes eux-mêmes et surtout seul. Encore que ça pouvait sans doute un peu expliquer l’état d’abandon qu’il avait noté un peu partout.

La populace ayant vidé les lieux avec empressement, Nemo pu voir le monarque reporter son attention sur lui. Devait-il se sentir flatter qu’un souverain daigne lui répondre ? En tout cas, il se contenta pour toute réponse d’un simple hochement de tête pour ne pas interrompre la tirade. Vu son style vestimentaire ça devait en effet bien se voir qu’il n’était pas d’ici, d’ailleurs ça ne l’aidait pas à passer inaperçu, mais il ne se voyait pas vraiment porter autre chose. Surtout que le monarque semblait tout comme lui se perdre dans ses propres pensées avec cette histoire d’ébéniste. Autant ne pas le déranger plus longtemps en ce cas.

« Merci du conseil. »

Il s’apprêtait quand même à acheter le modèle et argent qui bien que mal équilibré serait mieux pour supporter les améliorations que Nemo avait déjà en tête et qui déséquilibrerait surement le modèle conseillé par le souverain. Sortant sa bourse, il remarqua alors que le monarque avait laissé ses achats et que l’armurier surement trop pressé de le voir partir ne s’en était pas aperçu. Quand à son niveau d’escrime, il connaissait les rudiments et savait se battre avec une lame mais ce n’était pas là que résidait son talent. Et comme il n’avait pas totalement perdu ses bonnes manières et son éducation au fond des mers, il se racla une nouvelle fois la gorge.

« Navré de vous importunez encore … votre altesse… mais… vous oubliez vos achats. »

Il n’était pas le genre à donner de l’altesse à tout bout de champ, mais puisqu’il était là en tant que résident provisoire mieux valait adopter assez vite les coutumes locales pour éviter les ennuis. Sa voix restait égale, alors que l’armurier lui n’en menait plus large du tout. Et comme Nemo en était à rendre service et à se montrer sociable, il en profita pour ajouter une dernière remarque, se retournant pour à nouveau voir le souverain.

« Je ne sais pas si vous chercher une boutique en particulier, mais j’ai vu qu’il y avait un ébéniste à trois rue d’ici sur la droite. »

Prélevant la somme désirée pour régler la canne-épée à l’armurier, il récupéra son achat, rangeant sa bourse sous son manteau, évitant de trop montrer son pistogaz par ce geste. Le calme régnant à nouveau dans la ruelle, il était d’humeur plus charitable et pouvait même guider cet homme jusque chez l’ébéniste, bien qu’en y pensant c’était presque drôle que cet homme ne puisse pas se repérer dans son propre royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Beast
avatar
I'm a monster

Nom : Adam Beast
Univers original : Beauty and the Beast
Messages : 537
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t315-memoires-d-une-bete
Mar 6 Aoû - 0:27
L'étranger me remerciant, à mon départ, alors que je m'apprêtais à monter en selle, un raclement de gorge me stoppa et me fit me retourner, l'armurier devenant alors pâle en fond de scène. Je me sens alors un peu idiot sur le moment. Tout ça à cause des gosses ! Je pousse un soupire exaspérer et remercie le visiteur, retirant mon pied de l'étrier et retournant chercher mes achats sur le comptoir. Je retourne alors près de Black Diamond à moitié en liberté et me met fluidement en selle après avoir glissé les gantelets dans une des sacoches fixés à ma selle. Espérant ainsi avoir une meilleure vision d'ensemble de se qui est chez moi, je suis de nouveau interrompu par cet homme à l'air pourtant peu bavard, obligeant ainsi l'armurier à s'assoir pour reprendre son souffle, le pauvre homme frôlant la crise cardiaque. Alors un peu surpris je commence à m'adresser à l'armurier.

"Mon brave vous devriez vous calmer, le stresse intensif vous mènera à une crise cardiaque certaine avant même que je n'ai prononcé votre mort." lui dis-je dans un soupire blasé.

Ne prêtant plus garde à l'armurier je me re-concentre sur les dires du brun. Évidemment que je cherche cet ébéniste vu qu'il n'y en a qu'un seul. Mais.... A trois rues ? Pourquoi il est là lui ? J'ai alors un regard légèrement étonné et regarde au loin dans les ruelles. Je hausse les épaules, ça fait bien longtemps que je ne suis pas venu mais je ne m'attendais pas à être guidé par un étranger. Un étranger qui débarque du cimetière d'ailleurs.... Étrange... Soit, je me retourne vers lui.


"Je vous remercie mon brave, cela va faire si longtemps que je ne suis pas descendu dans ces rues délabrés que je ne suis plus au courant des commerces. A charge de revanche, si vous me cherchez il ne sera pas difficile de me trouver."

A ses mots, s'en était trop pour l'armurier qui s'est alors littéralement évanoui. Je prends alors un air des plus blasé et soupire longuement. Les gens d'ici voient des criminels, des meurtriers et la pire vermine tous les jours et ils ont peur de quoi ? D'un écrivain associable ! C'est démoralisant... Mais c'est chez moi, j'y suis surement pour quelque chose... après tout c'est peut-être un peu de ma faute si tout est si.... Enfin non, c'est aussi de la faute de la vielle bique ! Enfin j'avoue que je n’y ai pas mi du mien, mais quand même je suis pas aidé ! De toute façon je m'en fou de se village. Même si il serait plus sécurisé, je serais plus tranquille pour Belle et il pourrait sortir et donc être plus heureux... Je ne sais pas si c'est une bonne chose ni si il resterait cela dit... Je me retourne donc vers l'étrange étranger et lui fait un signe de la tête avant de commencer à faire faire demi tour à Black Diamond. Je ne partirais pas sans avoir trouver un arc.




Dernière édition par Beast le Sam 7 Sep - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Captain Nemo
avatar
Roi des Sphynx

Nom : Dakkar Windson
Univers original : 20 000 lieues sous les mers
Messages : 371
Voir le profil de l'utilisateur http://happy-neverending.forumactif.com/t334-mobilis-in-mobile-l
Jeu 8 Aoû - 21:22
Il ne put retenir un rire discret face à la remarque du prince concernant la crise cardiaque prochaine de l’armurier. Il ne pouvait qu’approuver d’ailleurs, mais ce qui le faisait rire c’était que ces paroles risquaient sans doute d’augmenter encore plus la tension et la peur qui régnait chez le pauvre homme. Son propre achat en main, il sortit tranquillement de la boutique, attendant à l’extérieur que le souverain ressorte avec ses nouveaux gantelets et qu’il remonte en selle.

Faisant tourner la canne entre ses doigts avec souplesse, il était toujours autant amusé de constater que le cavalier qui devait vivre ici depuis toujours avait plus de mal à se retrouver que lui qui n’était présent que depuis un peu plus d’une semaine. Enfin, les explications ne tardèrent guère et une fois de plus Nemo fut surpris des coutumes étranges qui semblaient avoir pris place ici. Ce pouvait-il que le prince se soit comme lui trouvé une vocation d’ermite ? C’était en tout cas assez intéressant pour attiser sa curiosité en bon homme de science qu’il était. Une curiosité dont il devrait sans doute plus se méfier maintenant qu’il était revenu sur terre car qui sait jusqu’où elle pourrait l’emmener. En mer c’était différent, car son esprit restait le plus souvent tourner vers la recherche et les nouvelles découvertes et surtout, le fond des océans n’était pas un lieu de tumulte sans fin. Oui au fond des mers le capitaine ne vivait presque que pour le travail.

Nemo était un chercheur dans l’âme, un explorateur de l’inconnu dont la curiosité et la soif de repousser les limites étaient sans fin. Une chose qu’à terre il était bien loin de savoir canaliser autant qu’il le faisait à bord du Nautilus. Alors pourquoi un souverain avait-il choisi de rester enfermer chez lui ? Peut-être se sentait-il écrasé par les charges qui lui incombaient ? Le royaume de Nemo s’étendait d’un bout à l’autre de son sous-marin et ça lui convenait parfaitement. Il n’avait pas besoin de plus. Mais pour un Prince ? C’était une question qu’il avait bien envie de creuser.

« Je n’en mérite pas tant mais merci. »

Comment y parvenir sans s’attirer d’ennuis et sans se mettre à dos le monarque était également une très bonne question. Peut-être pouvait-il se servir du passe droit qu’il venait de gagner ? Il avait eu un fin sourire à cette phrase d’ailleurs. C’est vrai que la maison d’un dirigeant ça ne se rate pas en général. Ne prêtant pas attention au malaise de l’armurier qui se remettrait certainement mieux seul –de toute façon il n’était pas médecin mais inventeur- il emboita le pas à la monture et prit le chemin de l’ébéniste, se faisant ainsi guide improvisé. Conduisant ainsi le prince jusque devant la boutique qu’il cherchait tant, il osa après un trajet plutôt silencieux pousser sa curiosité plus loin.

« Vous voilà arriver. Ce n’est pas un grand service vous savez et je me contente de pas grand-chose, donc peut-être accepteriez vous de simplement satisfaire ma curiosité ? Comme vous l’avez remarqué je suis totalement étranger à ce royaume alors je me pose quelques questions et ne demande qu’à comprendre comment tout marche ici. »

Se reculant pour laisser la place libre à son interlocuteur, il croisa les mains dans son dos, attendant de voir quelle pourrait bien être la réaction de l’homme face à sa demande quelque peu étrange.

« Enfin tout ceci peut attendre, je ne voudrais pas vous empêcher de poursuivre vos achats en paix. »

Il avait prévu de rester à terre pour encore un moment alors il n’était pas pressé. Et puis au fond, Nemo était un être d’une très grande patience.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy NeverEnding :: Archives RPs-